Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/01/19 : La Rochelle : la Nuit de la lecture se tient samedi 19 janvier de 14 h à 7 h dimanche à la Médiathèque de Laleu/La Pallice, à la Médiathèque Michel-Crépeau et au Muséum d’Histoire naturelle. Des lectures et des animations variées sont organisées.

16/01/19 : Le lanceur de poids bordelais Jean-Luc Mastromauro a battu le record de France des moins de 50 ans. Il a réalisé 17m19 à Fronton le 13 janvier, améliorant ainsi son propre record de France, établi une semaine plus tôt avec 16m90.

16/01/19 : Dans le cadre du dispositif "Permis de Jardiner" et à l'initiative du collectif Pau Sud, la rue Jacques Terrier sera revégétalisée. La Maison du Jardinier organise le 18 janvier de 14h à 17h une après-midi de plantation participatif.

15/01/19 : le Préfet de la Dordogne a désigné le sous-préfet de Nontron, Frédéric Roussel, référent départemental pour le grand débat national. Il est joignable à l'adresse : pref-granddebat@dordogne.gouv.fr. Plus d'infos : www.granddebat.fr

15/01/19 : Solène Ndama, licenciée au Bordeaux Athlé commence bien la saison. La jeune athlète bordelaise (20ans) réalise la meilleure performance mondiale de la saison au pentathlon (5 épreuves) en salle à Clermont-Ferrand.

14/01/19 : Didier Lallement, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la Gironde, a nommé Thierry Suquet, secrétaire général de la préfecture de la Gironde, comme référent pour le Grand Débat National en Gironde.

13/01/19 : Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français: Faut-il reconnaître le vote blanc? Faut-il rendre le vote obligatoire? Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques

12/01/19 : GJ.La préfecture de Gironde a fait le point suivant à 19h45: 6000 manifestants, 35 interpellations, pas de blessé du côté des forces de l'ordre, des vitrines et du mobiliers urbains dégradés ainsi que des poubelles brûlées.Dernières dispersions en cours"

11/01/19 : Manifestations du samedi 12 janvier. Alain Juppé, maire de Bordeaux, en accord avec le Préfet, a décidé de fermer les lieux publics. L'opération de parking gratuit sur la place des Quinconces est reconduite ce dimanche 13 janvier.

10/01/19 : Avec 6,8 millions de passagers et + 9,3% de hausse de trafic, l'Aéroport de Bordeaux conclut une 9ème année de croissance consécutive. En gagnant 576.000 voyageurs supplémentaires, 2018 représente la meilleure année sur la plateforme bordelaise.

10/01/19 : Pour la période des soldes, le réseau des bus de l'agglomération d'Agen fait voyager en illimité sur l’Agglo pour 1,20€ (au lieu de 2,50€). Offre valable les samedis 12, 19 et 26 janvier 2019.

10/01/19 : Fermeture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation en raison de travaux, du jeudi 10 janv 21h au vendredi 11 janv à 6h. Des déviations seront mises en place par la rocade intérieure et la rocade extérieure, via le pont F. Mitterrand.

09/01/19 : Bernard Giraudel, patron charismatique du Vieux Logis, le restaurant étoilé de Trémolat en Dordogne, est décédé ce mercredi. Il a trouvé la mort sur les routes de Dordogne, à l'âge de 93 ans. Il a fait un arrêt cardiaque au volant de sa voiture.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/01/19 | 150 postes à pourvoir à l'aéroport !

    Lire

    Pôle Emploi et l’aéroport de Bordeaux-Mérignac organisent un job dating inédit en partenariat avec la Ville de Mérignac le 31 janvier prochain. 150 postes seront à pourvoir immédiatement autour d’une vingtaine de métiers allant de l’agent d’exploitation au steward, en passant par l’agent de sûreté ou l’agent de piste. L'occasion, CV en main, de rencontrer directement toutes les entreprises de l’aéroport qui recrutent sur terre ou dans les airs ! Commerces, restaurants, loueurs de véhicules, compagnies aériennes, etc. Infos et détails des postes à pourvoir sur : www.pole-emploi.fr

  • 16/01/19 | Le Raid Saint-Martin : volume 2

    Lire

    Le département de la Vienne et le Stade Poitevin Triathlon organisent les 21 et 22 juin 2019 le 2ème Raid Saint-Martin. Cette épreuve sportive, labellisée, festive et culturelle permet de découvrir le 4ème chemin de randonnée lié à Saint-Martin en Touraine et Poitou. Deux formules XL (150km) seront proposées pour cette édition 2019 et un raid de 90 km. Les équipes s’inscriront par 2,3 ou 4 et pourront profiter d’étapes de course à pied, run and bike, VT canoë et course d’orientation.

  • 16/01/19 | Pyrénnées : partenariat Altibus-Air'Py

    Lire

    Présents actuellement au salon Grand Ski à Chambéry, le gestionnaire de l'aéroport Pau-Pyrénées et Altibus en ont profité pour signer un partenariat qui permet de relier par navette l'aéroport Palois à 18 stations de ski des Pyrénées. Ainsi, Altibus s'implante pour la première fois dans les Pyrénées! Les navettes sont proposées au tarif de 15€ l'aller simple, en correspondance avec les vols de Paris Orly, Brest, Caen, Lille et Strasbourg.

  • 16/01/19 | Dartess et Inno'vin main dans la main

    Lire

    Le leader français du conditionnement et de la logistique des vins et spiritueux, Dartess, souhaite devenir un acteur de l'innovation. En rejoignant le cluster INNO'VIN, qui rassemble plus de 150 acteurs viti/vinicoles en Nouvelle-Aquitaine, Dartess met ainsi l'innovation au cœur de son développement, afin de mieux prendre le virage digital. Ce rassemblement d'acteurs de l'innovation permet de s'associer avec des startups, entreprises ou organismes de recherche et mener des expérience concrètes

  • 16/01/19 | La Nouvelle-Aquitaine consommatrice de glyphosate

    Lire

    Alors qu'un sujet d'Envoyé Spécial y est consacré cette semaine, une étude récente enquête réalisée par France Info sur le glyphosate. Trois départements de Nouvelle-Aquitaine figurent dans les territoires où l'herbicide s'est le plus vendu en 2017 : la Charente-Maritime (271 tonnes), la Charente (270,1 tonnes) et la Gironde (248,9 tonnes). Selon cette enquête, qui se base sur les données de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris), 2017 "représente la troisième année où le produit s'est le plus vendu en dix ans".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Transports : la Charente-Maritime adopte une motion sur la dégradation du réseau ferroviaire

25/10/2018 | La motion sera votée le 26 octobre lors de la clôture de session du Département

Illustration voies ferrées

Les élus du Département de Charente-Maritime s’apprêtent à signer une motion de défiance vis à vis de SNCF Réseau et du Plan Etat-Région (2015-2020), lors de la clôture de la session d’automne. En cause : le mauvais fonctionnement de la ligne Angoulême-Saintes-Royan et des retards de travaux concernant la modernisation de cette même ligne, ainsi que « l’abandon » de la modernisation de la signalisation sur l’axe La Rochelle-Saintes.

« Scandaleux », « hallucinant », les élus du Département de Charente-Maritime n’ont pas de mots assez forts pour exprimer leur mécontentement sur la situation, de son président Dominique Bussereau au conseiller départemental  et représentant du groupe PS Mickaël Vallet (maire de Marennes). Il faut dire que l’histoire est relativement ubuesque, comme le raconte Dominique Bussereau : « SNCF Réseau a rénové la voie entre Saintes et Royan (l’hiver dernier). Les trains devaient reprendre au printemps un rythme moyen de 100 km/h, le temps de stabiliser le ballast, puis reprendre leur vitesse normale de 120 km/h. Or il se trouve qu’Eiffage a loupé 1,5km de voie, faisant que les trains sur 6,5km de voie ne roulent qu’à 40 km/h là où ils sont censés rouler à 120km/h ». Un constat fait depuis des mois par les usagers, qui ont dû composer avec des temps de trajets plus longs, sur cette ligne majoritairement fréquentée (hors saison estivale) par des travailleurs et des jeunes scolarisés à Saintes ou à Royan. Et dont le mécontentement a fini par remonter aux oreilles de la SNCF, puisque c’est le représentant régional de SNCF Réseau lui-même qui aurait fini par informer le Département de ce « loupé », « avant que la presse ne le remarque».

Une transparence à retardement qui ne suffit pas à apaiser la colère du président de la Charente-Maritime :  « Six mois de travaux et un réseau tout neuf pour un loupé, on a clairement un problème ! ». Elle est d’autant plus insuffisante que la nouvelle survient après une accumulation de mauvaises nouvelles concernant le réseau entre les deux Charentes, les Deux-Sèvres et la Gironde. A commencer par la modernisation de la ligne Angoulême/Saintes qui a pris beaucoup de retard. Comme le précise la motion, « seuls 25% des travaux ont été réalisés et la poursuite des travaux n’est pas prévue par SNCF Réseau avant fin 2021, pour une mise en service éventuelle de la nouvelle signalisation fin 2023 »… Ceci en sachant que l’électrification de la ligne Angoulême/Saintes/Royan étant elle-même soumise à la réalisation notamment de ces travaux, la mise en service ne devrait pas survenir avant au moins 2026.

Autre sujet de mécontentement venant s’accumuler : la non inscription au plan Etat-Région de la réfection de la dorsale Niort/Saint-Jean d’Angély/ Saintes/Bordeaux. « Certains maires situés sur l’itinéraire ont fait voter par le conseil municipal des motions hostiles à l’autoroute ferroviaire prévue par le Grenelle de l’environnement, expliquant que ça allait couper des grandes villes du nord et du sud plusieurs fois par jour alors qu’il s’agit d’un train par jour dans chaque sens », dénonce Dominique Bussereau, « Du coup, la voie ferrée Niort/Saintes qui devait être refaite entièrement et à 100% aux frais l’Etat, entre la région parisienne et le sud des Landes, est restée telle quelle. Résultat : dans le contrat de plan Etat-Région, il n’y a pas un sou sur le Niort/Saintes ni sur Saintes/Bordeaux. […] C’est très mauvais pour notre département qui investit beaucoup dans le ferroviaire. » Dominique Bussereau refuse notamment de voir péricliter la desserte de Saint-Jean d’Angély, à l’heure où la ville porte un projet de station thermale. « Ca peut tout à fait nous arriver », prévient-il, donnant en exemple les lignes Saintes/Angoulême/Limoges et Poitiers/Angoulême/Limoges, à l’arrêt depuis plusieurs mois. Lui ne voit qu’une seule solution : renégocier le contrat Plan Etat-Région. La demande ainsi que la motion seront transmises au préfet de Région, via le préfet du département Fabrice Rigoulet-Roze. En plus du respect du contrat de région de 2015, la motion est accompagnée d’une demande de mise en place d’un comité de pilotage avant décembre 2018 dans le but de définir un calendrier des opérations à mener et de leurs financements.

« Le réseau ferroviaire de Nouvelle-Aquitaine est en train de craquer »

A la Région, le vice président chargé des Infrastructures, des Transports et de la mobilité Renaud Lagrave s’étonne un peu de ce deuxième coup de semonce de la Charente-Maritime, concernant des sujets sur lesquels il n’y a « rien de nouveau ». « Le CTER 2015-2020 est encalminé et je partage l’avis de Dominique Bussereau sur le fait que le compte n’y est pas concernant les travaux qui devaient être lancés », affirme Renaud Lagrave, assurant qu’il n’a pas plus de réponses venant de l’Etat ou de SCNF Réseau que Dominique Bussereau. « A l’échelle de la région, on est loin d’avoir lancé ne serait-ce que la moitié des travaux qui devraient être réalisés.»

Il reconnaît également l’urgence de la situation : « Le réseau ferroviaire de l’ensemble de la Nouvelle–Aquitaine est en train de craquer […] Il faut rappeler que lorsque la grande région s’est constituée, nous avons récupéré les 3 contrats Plan Etat-Région des 3 ex-régions, réalisés à une époque où on ne connaissait pas l’état réel des réseaux. Or certaines voies n’ont pas été entretenues depuis les années 1970 ». La Région a aujourd’hui la sensation d’en être à sauver les meubles pour s’éviter le pire : « Nous sommes obligés de parer au plus pressé pour éviter des fermetures pures et simples de lignes. Pour ce seul sauvetage nous avons besoin d’un milliard deux cent millions d’euros, à trouver pour les 6 à 7 ans à venir ». Sept lignes seraient concernées, dont l’axe Angoulême/Limoges et le Limoges/Poitiers, à l’arrêt déjà depuis plusieurs mois, mais que la Région espère faire repartir. « On va mettre le maximum dans les lignes les plus en difficulté […] Le problème, c’est qu’on fait du sauvetage permanent avec des coûts exponentiels ». En atteste la réfection en cours de la voie Bergerac/Libourne, dont la Région dit avoir avancé les 25 millions d’euros promis par l’Etat… Sans avoir ni date ni garantie de remboursement.

A entendre Renaud Lagrave, on pourrait croire que face à l’état de décrépitude de certaines voies régionales, les lignes de Charente-Maritime ne se portent pas si mal et ne seraient donc pas prioritaires.  « On n’a jamais dit ça et surtout, ce n’est pas vrai. La preuve, nous avons investi dans la réfection des voies de l’axe Saintes/La Rochelle, qui étaient en train de tomber en ruines », explique Renaud Lagrave. L’élu trouve d’ailleurs injuste le reproche de la Charente-Maritime, dont la motion accuse la Région d’avoir « abandonné la modernisation de la signalisation de la ligne » : « Ca n’a pas de sens de moderniser une signalisation de trafic si les voies elles-mêmes ne sont plus en état. Nous avons donc logiquement commencé par ce qui était le plus urgent », explique l’élu régional. Il reconnaît néanmoins le retard anormal des travaux de modernisation de la signalisation de la ligne Angoulême/Saintes, « mais ce n’est pas nous qui faisons le calendrier, c’est SNCF Réseau ». Concernant le retardement du projet d’électrification, qui pourrait permettre à terme d’amener les TGV, le sujet fait toujours débat entre Alain Rousset et Dominique Bussereau, et n’est clairement pas la priorité de la Région.

 Bussereau convié à la table des négociations

Concernant la renégociation du contrat plan Etat-Région demandé par Dominique Bussereau, « c’est ce que nous demandons à l’Etat depuis plus d’un an », assure Renaud Lagrave, « Ce qui me paraîtrait utile, c’est que le Département de Charente-Maritime fasse partie du dispositif pour demander une rallonge financière à l’Etat dans le cadre du CTER ». L’élu régional affirme même « soutenir la motion » et invite les élus de Charente-Maritime comme d’ailleurs à prendre ce genre de position officielle pour se faire entendre par l’Etat. « Nous, on est prêt à prendre tous les soutiens possibles pour faire bouger les choses ».

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
5940
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !