Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/11/18 : Le pont d'Aquitaine sera fermé à la circulation pour des travaux de maintenance dans les 2 sens de circulation entre les échangeurs 2 et 4a le 14 novembre de 21h jusqu'au 15 6h et le 15 novembre de 21h jusqu'au 16 6h.

13/11/18 : [Rectificatif] Le Parc Marin fait savoir ce soir que contrairement à ce qui a été annoncé à l'issue du vote du Parc Marin le 8 novembre, le grand port de La Rochelle n'avait pas voté pour le projet d'extraction de granulats dans l'estuaire.

12/11/18 : La Rochelle : à partir de lundi prochain, Pierre Thepot succédera à Alain Michel au poste de Directeur Général du Groupe Hospitalier de La Rochelle-Ré-Aunis, des Centres Hospitaliers de Rochefort et de Marennes et de l’EHPAD de Surgères.

09/11/18 : 1ères Assises régionales de lutte contre le gaspillage alimentaire en Nouvelle-Aquitaine, les 13 et 14 novembre au lycée Vaclav-Havel de Bègles portant sur « Alimentons la Transition écologique et solidaire ! »

07/11/18 : Semaine européenne pour l'Emploi des Personnes Handicapées. Table ronde à Bordeaux pour un échange sur le thème de l'inclusion des personnes handicapées le 22 novembre de 9h à 11h30 au Pullman Bordeaux Lac organisée par l'Agefiph

07/11/18 : 17338. C'est le nombre de visiteurs que Cap Sciences à Bordeaux a reçu en 15 jours pendant les vacances de La Toussaint.

07/11/18 : La semaine de la petite enfance, organisée par La Cali du 12 au 17 novembre, dédiée aux enfants/parents porte sur « Aider à grandir les 0 - 4 ans », et a lieu à Izon, St Quentin de Baron, Coutras, Libourne, St Denis de Pile, Nérigean et Génissac.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/11/18 | Réunions publiques sur les digues de protection dans le Marmandais

    Lire

    Les digues de protection contre les crues de Garonne au cœur de 5 réunions publiques dans l’agglomération du Val de Garonne. Ouvertes au public, elles ont lieu à Marmande, jeudi 15 novembre à 18h30, à Fauguerolles, lundi 19 novembre à 18h30, à Meilhan-sur-Garonne, lundi 26 novembre, à 18h30, à Monheurt, jeudi 29 novembre à 18h30 et à Tonneins, lundi 3 décembre à 18h30.

  • 13/11/18 | Billère: une expo pour les plus petits

    Lire

    Jusqu'au 31 décembre, la médiathèque d'Este à Billère (64) présente "Jouons avec les livres", une exposition pour les tout-petits de l'illustratrice Emilie Vast qui met en scène plantes et animaux, comme autant de personnages venant raconter leurs histoires dans des illustrations stylisées, douces et poétiques. Amoureuse de la nature et inspirée par les arts graphiques du passé, l'univers graphique de l'illustratrice, qui est aussi auteure et plasticienne, joue avec les lignes pures, la couleur en aplat et le contraste. Tout pour plaire aux 3 ans et plus. Entrée libre

  • 13/11/18 | Le campus euro-régional Bordeaux Pays basque récompensé

    Lire

    Le 8 novembre à l’Ambassade d’Espagne à Paris, les Universités de Bordeaux et du Pays Basque ont reçu le Prix Dialogo France pour «leur projet commun de développement d’une communauté euro-régionale de recherche, formation et transfert de connaissance». Leur alliance renforcée depuis 2011 a en effet permis la création de 5 doubles diplômes, l’augmentation de la mobilité étudiante entre Bordeaux et Pays Basque, la délivrance de doctorats en cotutelle, la création de 2 laboratoires transfrontaliers communs et le projet de campus Ocean Experience qui s’appuie sur un cluster de 50 entreprises euro-régionales.

  • 13/11/18 | Vous avez 4 heures

    Lire

    Le 19 novembre, la Communauté de Communes 4B, la ville de Barbezieux-Saint-Hilaire et la CCI Charente organisent « 4 Heures de la transmission-reprise d’entreprise » au Logis de Plaisance à Barbezieux. Au cours cette après-midi,une table ronde sur « les clés d’une transmission d’entreprise réussie » aura lieu à 14h30. S’en suivra des rdv individuels de 20 minutes avec des professionnels tels que des notaires, avocats, experts-comptables... pour toutes les personnes qui souhaitent reprendre une entreprise ou bien transmettre.

  • 12/11/18 | Mérignac: Le stade nautique acté par la Métropole

    Lire

    Après un passage en conseil municipal le 5 novembre, puis un vote le 9 novembre en conseil de Métropole, le projet du futur stade nautique de Mérignac, reconnu d’intérêt métropolitain, est lancé. Ce complexe aquatique, mêlant apprentissage de la nage, loisirs, bien-être, pratique sportive et accueil de compétitions d’envergure grâce à un bassin de 50 m doté de 10 couloirs, répond au besoin de plans d’eau inscrit dans le Plan Piscine élaboré par Bordeaux Métropole en mars 2017. Le coût de la construction sera assuré par Bordeaux Métropole (57%) et Mérignac (43%) pour une livraison prévue à l'été 2022

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Un nouveau dispositif d’aide pour les quartiers prioritaires

10/07/2018 | La Région a pris de nouveaux engagements en matière de Politique de la ville, pour les quartiers urbains les plus défavorisés

Politique de la ville

En Nouvelle-Aquitaine, ce sont près de 210 000 habitants qui vivent dans des quartiers prioritaires. Pour ces quartiers, le défi de l'insertion sociale et de lutte contre la précarité sont des enjeux majeurs, bien plus qu’ailleurs. Voté le 26 mars dernier, le nouveau dispositif spécifique à la Politique de la ville, emmené par Benoît Tirant, conseillé régional délégué à la Politique de la ville, s’est donné pour objectif de réduire les inégalités sociales et territoriales, ainsi que d’améliorer les conditions de vie des habitants de ces quartiers. La Région a débloqué un fonds de 5,8 millions d’euros.

En 2014, la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine a redessiné le périmètre d’intervention de la politique de la ville, pour l’orienter essentiellement vers des quartiers prioritaires (quartiers les plus en difficultés). Ces quartiers prioritaires remplacent les anciens dispositifs tels que les zones urbaines sensibles (ZUS) ou les contrats urbains de cohésion sociale (CUCS). En Nouvelle-Aquitaine, ce sont 81 quartiers situés dans 46 communes et 26 intercommunalités qui sont classés comme quartiers prioritaires. Dans les chiffres, plus de 40% des foyers dans ces quartiers vivent en dessous du seuil de pauvreté et le taux de chômage est 2,7 fois plus élevé que dans les unités urbaines englobant ces quartiers défavorisés. D’autres contraintes comme un accès à la mobilité plus restreint ou un échec scolaire plus important créent des inégalités et participent à l’exclusion. Benoît Tirant, conseillé régional délégué à la Politique de la ville rappelle que « ces quartiers sont tous différents et ont tous une spécificité. Dans ce sens, il est plus efficace de travailler à la carte sur le territoire ».
Pour mettre en place les différents projets du dispositif, une multitude d’acteurs, élus locaux et associations sont en collaboration pour remettre l’habitant au centre des attentions. Les porteurs de projets locaux envoient leur dossier à la région, qui décide ensuite de les accompagner ou non. Un travail quartier par quartier donc, qui prend du temps, mais qui permet de prendre en compte les spécificités de chacun, à travers cinq axes principaux.

Des projets à la pelle

Les deux premiers points sont consacrés au soutien de l’activité économique, notamment à travers l’aide à la création d’entreprises, et au développement de l’emploi, via un accès à la formation et à l’insertion professionnelle. Un des projets phares du nouveau dispositif de la Politique de la ville est le développement de l’agriculture urbaine dans les quartiers prioritaires. Selon Benoît Tirant, ce projet a tous les atouts pour réussir : « Cela pourra créer de l’emploi, créer un circuit court de consommation pour les habitants, faire venir des personnes extérieures et aussi changer l’image de ces quartiers ».  Reste à savoir si cela aura un impact réel pour les habitants à l’avenir. Un autre projet a quant à lui déjà prouvé son utilité. Il s’agit du restaurant d’insertion « Le Jardin pêcheur », soutenu à hauteur de 150 000€ par la région et qui emploie aujourd’hui 30 personnes en insertion, dont 15 travailleurs handicapés issus des quartiers prioritaires. Dans le quartier de Bellevue-Boiffiers, à Saintes (17), l’un des arrondissements les plus pauvres de la région, une repasserie a été ouverte dans le centre commercial, dans le but de favoriser l’intégration sociale. Si celle-ci n’embauche que deux personnes (deux femmes en difficulté d’insertion), Benoît Tirant affirme « qu’il n’y a pas de grands ou de petits projets. Tout type de projet est bon à prendre, à partir du moment où il s’inscrit dans une dynamique positive ».

Le troisième axe du dispositif concerne l’accès aux formations et à la lutte contre l’échec scolaire. Dans ce sens, le projet « Des étoiles et des femmes » a permis à douze femmes en difficultés d’insertion et issues des quartiers prioritaires de décrocher un CAP cuisine en seulement un an (formation initialement prévue en deux ans), avec une formation dans de grands restaurants bordelais. Quatrième axe du dispositif, il concerne la mobilité. Elle est souvent reconnue comme un frein à l’insertion sociale. 46% des 18-24 ans déclarent avoir renoncé à un travail, un entretien ou à une formation, faute de pouvoir s’y rendre. L’association APREVA, soutenue par la région et intégrée au nouveau dispositif, lutte contre ce manque de mobilité via ses différents garages solidaires. Enfin, le cinquième et dernier point est consacré à l’accompagnement et au soutien des actions locales, à travers diverses associations.
Ces nouveaux engagements en matière de politique de la ville apparaissent prometteurs, mais ne convainquent toujours pas les élus du Rassemblement National (ex Front National), qui avaient voté contre ce dispositif et qui pointent du doigt des chiffres moyens et des résultats inefficaces de cette politique. Benoît Tirant a répondu : « Sans ce dispositif de politique de la ville, je pense que la situation serait bien pire qu’aujourd’hui. Quand les habitants des quartiers prioritaires sont formés, une grande partie d’entre eux décide de partir. Les bailleurs sociaux les remplacent alors par de nouvelles personnes en grande difficultés sociales. On ne peut donc pas faire des quartiers gentrifiés partout ». Ce dispositif concerne vingt quartiers intégrés au nouveau programme de renouvellement urbain 2014-2024 de l’ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine).

Nicolas Laplume
Par Nicolas Laplume

Crédit Photo : Nicolas Laplume

Partager sur Facebook
Vu par vous
6204
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !