Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

15/10/18 : Dominique Bussereau, président du Conseil départemental de Charente-maritime et de l'ADF ( Départements de France) rencontre ce mardi 16 à l'Elysée Emmanuel Macron en présence du premier ministre et du président du Sénat.

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.

11/10/18 : Plongez dans le monde des robots les samedi 13 et dimanche 14 octobre de 14 h à 19 h à Cap Sciences où expositions, ateliers, démonstrations, défis, conférences, spectacles vous permettront de mieux appréhender cet univers.

11/10/18 : Venue de Nathalie Loiseau, ministre chargée des affaires européennes, le 12 octobre à Bordeaux, à l’invitation d’Alain Juppé, pour participer notamment à une consultation citoyenne sur les attentes des jeunes vis-à-vis de l’UE organisée par Kedge BS

11/10/18 : A Bordeaux, rassemblement pour le climat le 13 oct. à 14 h, place Pey-Berland. Débutant par une prise de parole, la mobilisation se poursuivra par la remise officielle du rapport du GIEC au Maire de Bordeaux et psdt de BM pour cheminer jusqu'à Darwin

11/10/18 : Du 19 au 29 octobre : prévention contre les AVC dans la Métropole bordelaise soit 1 000 prises de tension, 10 000 tensiomètres offerts, 8 conférences, sensibilisation sur les marchés, places publiques, galeries marchandes et dans le tram AVC.

11/10/18 : La Maison de l’Europe de Bordeaux organise une grande consultation citoyenne sur « Quel projet européen pour quelle unité européenne ? » le lundi 15 octobre à 19 h à la ME 1 place Jean Jaurès, à Bordeaux. Entrée gratuite.

11/10/18 : Tour de France : la fédération est venue visiter la Charente-Maritime il y a peu, annonce aujourd'hui le président du Département Dominique Bussereau. La Charente-Maritime saura si elle fait partie des étapes du tour 2019 mi-octobre...

11/10/18 : Dans les Landes, samedi 13 Octobre, un rassemblement, statique, est prévu à Dax dans le cadre de la Marche pour le climat de 10h30 à 13h, place Roger Ducos, devant la Cathédrale

10/10/18 : La Rochelle : Pierre Larrouturou donnera une conférence publique sur le Pacte Finance-climat 2020, mardi 16 octobre à 18h30 au Musée maritime.Inscriptions : climat.ocean@ville-larochelle.fr ou 05 46 28 03 00

09/10/18 : Le pont d'Aquitaine sera fermé dans les 2 sens de circulation pour des travaux de maintenance entre les échangeurs 2 et 4a de 21h à 6h les 10 et 11 octobre ainsi que le 12 de 22h jusqu'au 13 18h entre les sorties 2 et 4.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/10/18 | L’accès au numérique pour tous dans le Marmandais

    Lire

    Vendredi 12 octobre, le Conseil Territorial du Numérique (CTN) Garonne Guyenne Gascogne s’est réuni à Marmande pour aborder l’avancée du Plan Numérique Territorial et travailler des actions visant à l’accès au numérique pour tous. Et notamment en proposant un accompagnement individualisé assuré par un « aidant numérique » et des cours collectifs sur le numérique dans des lieux proches des habitants. A terme, une charte « Territoire d'action pour un numérique inclusif » verra le jour.

  • 15/10/18 | Conseil municipal à hauts risques ce soir à Biarritz

    Lire

    Ce soir lundi 15 octobre, le Conseil municipal se réunira avec une seule question à l'ordre du jour: le financement des travaux de l'Hôtel du Palais et son futur mode de gestion. Un sujet essentiel qui vise le patrimoine de la ville et son impact touristique et qui, en quelques mois, a créé un climat de haute tension parmi les élus de la ville impériale. Notamment le financement d'indispensables travaux dont le coût varie de 65 à 85 millions d'euros, le choix des partenaires mais aussi, tout simplement, l'avenir du contrôle du palace, aujourd'hui propriété de la ville.

  • 15/10/18 | Tailleur de pierre, un métier à découvrir à Limoges

    Lire

    Suite aux travaux de réhabilitation qui ont débuté en septembre au Jardin d’orsay, la Ville de Limoges, l’entreprise Blanchon et la Fédération compagnonnique des métiers du bâtiment proposent des démonstrations des métiers de taille de pierre et de maçonnerie tous les mercredis après-midi du 17 octobre jusqu’à la fin novembre de 14h à 17h. Ces démonstrations gratuites, commentées par des professionnels, s’adressent à tous et notamment aux jeunes souhaitant découvrir ces métiers.

  • 15/10/18 | Le rugby pour toutes avec l’UBB !

    Lire

    L’Union-Bordeaux-Bègles rencontre l’USAPerpignan, au stade Chaban-Delmas, dans le cadre de la Challenge Cup, le samedi 20 octobre à 19 h. A l’occasion d’Octobre rose, la mairie de Bordeaux invite les Bordelaises à venir assister à ce match. Invitations à retirer de 9 h 30 à 18 h du lundi au vendredi à l’Hôtel de ville (entrée 4). Seules les femmes pourront accéder au stade, munies de ce billet (un code est intégré au ticket).

  • 14/10/18 | Elus pour des "Assises départementales de la décentralisation"

    Lire

    Ils n'ont pas participé au rassemblement girondin mais considérant que "le débat sur le fonctionnement et le rôle des collectivités locales est légitime" et que "le modèle lyonnais ne peut s'appliquer à l'identique à la Gironde les conseillers départementaux Jacques Mangon, Agnès Verspuy, Xavier Loriaud, Géraldine Amouroux et Pierre Lothaire appellent à l'organisation d'"Assises départementales de la décentralisation" sous l’égide conjointe des Président de Bordeaux Métropole et du Conseil Départemental associant toutes les collectivités locales de Gironde pour "faire émerger un modèle girondin."

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Une rentrée très hiérarchisée pour Alain Juppé

14/09/2018 | Le maire de Bordeaux a effectué sa nouvelle rentrée politique ce vendredi. L'occasion pour lui d'aborder les dossiers transports, logement... et élections, notamment européennes.

Alain Juppé

La rentrée politique d'un maire comme celui de Bordeaux est toujours un moment intéressant pour prendre la température politique de la métropole et, plus généralement, du contexte précis dans lequel elle s'inscrit. Au cours d'un exposé dans lequel la mobilité et le logement ont fait office de chefs de file, Alain Juppé a fait le choix de distiller quelques annonces sur les orientations politiques des mois à venir. Il n'a pas non plus oublié l'échéance des Européennes (le mouvement observé dans ses rangs n'aurait de toute façon guère fait illusion) et des plus lointaines municipales qui semblent déjà se préparer. On vous résume l'essentiel.

Mobilités : la vitesse supérieure

Le président de Bordeaux Métropole et maire de Bordeaux, Alain Juppé, a fait sa rentrée politique ce vendredi 14 septembre. L'occasion pour lui de lister un certain nombre de priorités politiques pour les habitants de la métropole, de reparler un instant du grand chantier lancé autour de Bordeaux 2050 et de faire une petite sortie de piste sur l'Europe et les futures échéances électorales (Européennes, bien sûr, mais aussi, à mots couverts, municipales). Avant de se pencher sur ces futurs scrutins, notons qu'encore une fois, la question de la mobilité s'est retrouvée dans le peloton de têtes des préoccupations majeures de la métropole bordelaise. Un dernier sondage de satisfaction IFOP paru en mai dernier ayant recueilli, sur 59 pages, l'avis de 801 bordelais, soulignait déjà cette problématique, notamment concernant les fameux trajets domicile-travail. "Cette politique de mobilité a une responsabilité à trois niveaux : celle de l'Etat avec lequel nous souhaitons renforcer notre coopération notamment dans la gestion de la rocade dont il reste propriétaire, qui est toujours sous-dimensionnée et une des causes de la congestion (18 des 25 plus gros bouchons bordelais s'y trouvent). Malgré les récents travaux, la régulation des feux dont nous allons mesurer l'impact dans les prochains mois, j'ai demandé à la ministre des transports de transférer la propriété de la rocade de l'Etat vers la Métropole", a notamment précisé le maire de Bordeaux, avant d'ajouter que la régulation du trafic, notamment des poids lourds et une éventuelle taxe qui leur serait réservée étaient encore des dossiers à l'ordre du jour, et que la question du grand contournement se posait toujours.

La récente création du syndicat mixte des transports, auquel la métropole est associée aux côtés de la région et du département, a visiblement un lourd poids sur les épaules. "Nous attendons de ce syndicat la création future d'un véritable plan rail, l'utilisation des TER dans les gares de la métropole étant insuffisante" (des maires de la rive droite s'en étaient déjà émus lors d'un colloque de Bordeaux 2050 en juillet). "On demandera aussi un meilleur cadencement et une meilleure régulation". A ce titre, la réouverture de la gare de la Médoquine semble (enfin ?) être devenue une priorité pour les élus, de même que l'idée déjà depuis longtemps évoquée d'un "métropolitrain". Côté bus, les cars express à l'extérieur de l'agglomération semblent être une piste sérieuse pour faire face à ces questions de déplacement domicile-travail, de même que le co-voiturage qui cherche par tous les moyens à faire ses gammes. Si le département de la Gironde est déjà plutôt actif sur les aires qui lui sont consacrées (il en inaugure une nouvelle à Latresne la semaine prochaine), la métropole réfléchit encore aux meilleurs moyens de le favoriser, avec toutefois quelques craintes de forme. "Il y a parmi nous un certain scepticisme sur le co-voiturage, il est difficile à introduire dans les moeurs. Pour que ça réussisse, il faut sans doute qu'il y ait des lois dédiées. En attendant, nous réalisons sur l'aéroparc une première expérience de réservation de places au co-voiturage. Je crois aussi beaucoup à son implémentation dans des plans de déplacement d'entreprises et d'administration. Au terme de la loi, toutes les entreprises de plus de cent salariés doivent aujourd'hui créer un plan de déplacement d'entreprise, incitant leurs salariés à venir travailler autrement qu'en voiture. Je pense que quand on va travailler au même endroit, il y a une forte incitation à co-voiturer", a ainsi souligné le maire de Bordeaux. Un bonus mobilité dédié au co-voiturage (qui permettra aux "bons élèves" d'obtenir des cadeaux, pas encore annoncé) devrait être déployé entre septembre et octobre.

Réseau et stationnement

Côté transports en commun, l'extension du réseau actuel se poursuit à une vitesse plutôt convenable, de l'aveu de l'élu. L'extension de la ligne C du tramway doit ouvrir début 2019, les travaux de la ligne D sont toujours censés se terminer à la fin de la même année et les études ont déjà été commandées pour la future extension vers Saint-Médard-en-Jalles. Quant au prolongement de la ligne A vers l'aéroport, le démarrage de l'enquête publique est toujours prévu d'ici la fin du mois de septembre. Pour la liaison entre Pellegrin et Gradignan, "aucune décision n'a été prise définitivement" sur son tracé. L'annulation de la déclaration d'utilité publique du BHNS censé relier la Gare Saint-Jean à Saint-Aubin-de-Médoc n'a visiblement pas refroidi la métropole, qui avait annoncé rapidement son intention de faire appel; les mois à venir diront si elle a eu raison de le faire. Mais Alain Juppé en a profité pour militer en faveur de la création d'une première ligne de BHNS électrique à Bordeaux. "C'est possible. A Amsterdam, on inaugure le centième bus de ce genre dans quelques mois. Evidemment, ça coûte plus cher qu'un bus au gaz mais ce surcoût se discute puisque le bilan socio-économique des bus électriques est positif. Enfin, en vue d'améliorer le réseau de tramway, régulièrement saturé, le maire de Bordeaux a fait savoir que trente rames supplémentaires allaient être livrées d'ici 2020 (portant leur nombre à 130). A ce titre, notons que la nouvelle billetique du réseau TBM (qui doit techniquement donner lieu à l'instauration d'un tarif social), confiée à Thalès, a été repoussée à la rentrée 2019 faute de tests concluants.

Directement rattachée à la question des transports, celle du stationnement n'a pas été en reste. "Nous avons commis une erreur en voulant mettre le stationnement payant en bloc sur tout un quartier au moment de l'instauration du nouveau système de contrôle du stationnement payant", a ainsi reconnu Alain Juppé comme il l'avait déjà fait au moment de revenir sur ses pas concernant l'instauration du stationnement payant dans les quartiers de Saint-Augustin (où il ne manque d'ailleurs plus que les horodateurs) et de Caudéran, qui avait valu aux élus quelques prises de bec avec les habitants. A ce titre et pour, visiblement, tenter de continuer sur le ton de l'apaisement, l'élu a précisé que depuis l'instauration du nouveau système (en fait, la mairie a fait appel à une compagnie privée pour délivrer les amendes), "on a dépassé un taux de paiement de 95%". Il a également annoncé sa décision de "créer un moratoire sur l'extension du stationnement payant sauf demande express des habitants d'une rue ou d'un ensemble de rues. S'ils le souhaitent et à condition que cette demande soit explicite, nous procèderons à des extensions. Nous allons aussi regarder si cette libération de places nous donne des possibilités d'assouplissement du système, soit pour certaines catégories professionnelles ou des couples qui ont deux véhicules" (autrement dit, une volonté clairement affichée d'assouplir le macaron résidentiel). Des annonces devraient être faites d'ici fin 2018/début 2019. En attendant, les parcs relais ouvriront 1600 nouvelles places d'ici les prochains mois (notamment à Blanquefort et Villenave d'Ornon) et les parkings en ouvrage devraient se doter, tous travaux confondus, de 2400 places supplémentaires. La mairie, en revanche, ne compte visiblement pas transiger avec le groupement Razel-Bac, le groupement d'entreprises (dans lequel figure Fayat) auquel a été confiée la construction du Pont Simone Veil qui a connu un brusque coût d'arrêt pour des "divergences financières"  en juin. Le tribunal administratif a déjà désigné un médiateur sur la question, son avis est attendu avant la fin de l'année.

Le logement, force de frappe de l'attractivité locale

La deuxième priorité majeure de la métropole et de la municipalité bordelaise pour l'année 2019 (et au-delà) semble être, sans surprises, le logement. Sur le sujet, la grande frilosité de nombreux maires de la métropole souhaitant visiblement préserver leur pré carré (Franck Raynal, le maire de Pessac, a confirmé la tendance il y a quelques jours) ne semble pas vraiment partagée. "Depuis quelques années, nous construisons beaucoup. La question se pose de savoir s'il faut continuer. Dès lors que nous avons fait le choix d'arrêter l'étalement urbain, qui a été la caricature de notre agglomération pendant vingt ans, il faut densifier. La densification n'est pas populaire. Il y a aussi une interrogation chez beaucoup de maires parce que construire plus c'est être tenu de mettre à disposition des habitants des équipements (écoles, gymnases, crèches, ect.). Je pense néanmoins qu'il faut continuer à construire parce que nous sommes dans une agglomération en tension et même en pénurie", a ainsi recadré le président de Bordeaux Métropole. "Nous avons une pénurie de logements sociaux dans certaines communes malgré un effort très significatif. Depuis dix ans, nous avons mis à disposition 16 000 logements locatifs sociaux, soit une croissance de 19%. Nous avons un rythme d'un peu plus de 3000 nouveaux logements sociaux par an. Nous avons une pénurie de logements en accession à la propriété à prix maîtrisés destinés aux familles, une pénurie criante de logements étudiants et de logements adaptés aux personnes les plus en difficulté. Sur ce point, nous avons par exemple sur Bordeaux décidé de construire des maisons de famille dans chaque quartier. Il y en a six, bientôt huit mais il faut absolument que toutes les communes s'engagent dans le processus. C'est pourquoi nous envisageons d'avoir un éventuel bonus dans les contrats de co-développement pour les communes qui accepteront d'accueillir ces populations". Le ton est donc clair pour tout le monde : pas question de mettre le pied sur le frein. A voir si d'autres oreilles plus concernées l'entendront différemment ou non.

La question des plateformes de locations saisonnières, Airbnb en tête, est bien évidemment revenue sur le tapis. Selon les derniers chiffres recueillis par l'observatoire qui lui est consacré (fondée par l'élu socialiste Matthieu Rouveyre), le phénomène est, comme rapporté ces derniers mois, loin d'être anecdotique (notamment pour les étudiants). Ainsi, on observait en mars 12 552 offres totales et 9815 offres de logements entiers : en 18 mois, cette dernière a augmenté de 146%. Les récentes mesures prises par la municipalité (numéro d'enregistrement, limitation à 120 nuits par an pour la location saisonnière et l'obligation, au-delà, de proposer un bien à usage d'habitation dans le même secteur) témoignent d'un coup de vis sensible et ce vendredi, le ton est resté ferme.
"Nous ne voulons pas construire pour Airbnb. Le phénomène que nous avons vu se développer très fortement, ce sont des investisseurs qui achètent des appartements pour les mettre directement sur ces plateformes. Nous n'en voulons pas parce que c'est une concurrence déloyale avec le secteur hôtelier mais surtout parce que ça change la nature des quartiers, avec des habitants qui changent tous les quinze jours. Il faut donc continuer à construire du neuf. Depuis les nouvelles règles, on voit apparaître un premier mouvement sur le marché : des investisseurs qui revendent sur le marché des logements qu'ils avaient destiné à une location Airbnb". Même si l'échéance est encore loin, la concurrence très sérieuse d'Airbnb devrait s'apaiser d'ici 2050, date choisie pour la grande réflexion prospective (toujours en cours) démarrée par la mairie de Bordeaux il y a quelques mois et à laquelle Alain Juppé a consacré quelques mots. "Nous devons nous interroger sur ce que nous voulons faire de notre ville. Faire du chiffre n'est pas un objectif en soi. D'après les premières réactions que nous avons enregistrées aux questionnaires (plus de dix mille réponses déjà comptabilisées), l'idée d'une métropole millionnaire n'est pas très excitante. Il serait paradoxal que l'attractivité de Bordeaux, qui est fondée sur la qualité de vie, finisse par tuer cette dernière. Il faut que nous soyons vigilants. Nous souhaitons avoir une métropole qui reste à taille humaine, verte avec une meilleure interpénération dans la ville entre la nature et le bâti, une métropole conviviale et à forte intensité culturelle".

Les juppéïstes creusent les rangs

Bien qu'il se soit défendu de toute prospective électoraliste avec cette consultation populaire, on voit bien que depuis quelques semaines les rangs s'agitent en vue des municipales de 2020. Esprit Bordeaux (mouvement de soutien des juppéïstes à sa candidature aux prochaines municipales) est déjà en ordre de marche et organise un futur séminaire baptisé "Dans quelle ville je vis" le 27 septembre prochain, les prémices non dissimulés d'un futur programme électoral. L'intéressé, de son côté, a annoncé lors d'un déplacement à Copenhague et Amsterdam qu'il donnerait une réponse définitive avant l'été 2019. "Cela  laissera un an pour faire campagne et c’est largement suffisant". A cette question, évidemment posée lors de sa rentrée politique, Alain Juppé a largement botté en touche. Il a en revanche été bien plus disert sur la plus proche échéance des élections européennes. Les 8 et 9 septembre dernier, Alain Juppé a réuni, à l'occasion de la seconde édition des Vendanges de Bordeaux, ses proches politiques (dont, notamment Jean-Pierre Raffarin et Dominique Bussereau). Même s'il n'est pas candidat, le maire de Bordeaux a un avis plutôt tranché sur la nécessité d'une véritable force de frappe européenne.

"Lors de ce week-end nous avons constaté une convergence totale sur le fond", a-t-il ainsi martelé. "Compte tenu de l'Etat du monde, l'Europe est plus nécessaire que jamais. Nous sommes dans un monde dangereux, on est revenu au Concert des Nations du 19ème siècle mais avec les Etats-Unis, la Chine et la Russie notamment. On sait à quoi ça mène : à des tensions, à des risques, au nationalisme. Sans parler du terrorisme et des défis démographiques et écologiques. La France, toute seule, ne pourra pas affronter ces grands défis. Plus que jamais, l'union fait la force et mon premier message c'est que nous allons nous battre avec la plus grande énergie contre ceux qui veulent démolir l'Europe. Il y a des forces au travail qui minent le coeur des valeurs européennes. Un dernier sondage met la liste En Marche à 21% et celle du Rassemblement National à 20%. Il y a un enjeu fort, on va se battre. Il y a des questions internes aux partis qui se posent, nous devons donner un nouvel élan à l'Europe. D'abord sur les valeurs : si on est ensembles, c'est parce qu'on croit à la justice sociale, à la paix et au droit d'être unis dans la diversité. Il y a des politiques à mettre en place vis à vis de nos concitoyens qui ont le sentiment que l'Europe est impuissante, notamment progresser dans la création d'une défense européenne. 72% des gens sont pour le maintien dans la zone euro, une immense majorité est contre toute espèce de Frexit. Là-dessus, nous avons constaté notre accord".

Sur la stratégie électorale, en revanche, rien n'est encore vraiment arrêté. Le maire de Bordeaux a déjà annoncé sa présence ce dimanche 16 septembre au congrès fondateur d'Agir à Montévrain en Seine-et-Marne. D'aucun diront qu'il veut s'engouffrer dans une brèche, ténue mais palpable, entre Macron et le chef de son ancien parti Les Républicains, Laurent Wauquiez, avec qui le divorce est depuis longtemps assumé. "La stratégie, c'est la seule chose qui intéresse, hélas, et je crains fort qu'à nouveau, lors des élections européennes, on n'ait pas de débat de fond sur l'Europe. Mr Mélenchon a annoncé que ce serait un référendum pro ou anti-Macron... première perversion de ces élections. Entre nous, il y a plusieurs hypothèses possibles. Certains considérent que pour défendre ces valeurs, il faut être à En Marche, d'autres pensent qu'il vaut mieux rester à LR pour peser (je leur souhaite bien du plaisir), d'autres encore pensent qu'il faut une liste spécifique avec l'UDI sauf qu'il n'y a pas de leadership et que les perspectives actuelles de scores sont très faibles (un récent sondage Ifop-Fiducial crédite d'ailleurs de 4% d'intentions de vote une liste commune entre l'UDI et Agir). "Mais ça, ce n'est pas mon boulot, je ne suis plus chef de parti..." a ironisé Alain Juppé. Plus chef, mais visiblement toujours d'attaque pour creuser les rangs. Les Européennes ne devront en tout cas pas faire oublier les priorités politiques métropolitaines évoquées plus haut, et il y a clairement du pain sur la planche.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
2731
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !