Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/03/19 : Le préfet de Nouvelle-Aquitaine Didier Lallement est nommé préfet de police de Paris en remplacement de Michel Delpuech, après les violences sur les Champs-Élysées.

17/03/19 : Grande America : les "boues" observées par l'association Sea Shepherd hier à Hourtin en Gironde, ne sont en fait qu'un phénomène naturel de décomposions de déchets organiques bien connus des habitants, et non du mazout, relate ce matin la préfecture.

16/03/19 : Naufrage du Grande America : l'association Sea Shepherd rapporte que des plages de Gironde auraient été touchées. La préfecture maritime ne confirme pas et demande de "ne pas se fier aux photos alarmiste", et promet des prélèvements sur zone.

16/03/19 : Naufrage du Grande America : la 3e nappe d'hydrocarbures de 4,5 km de long découverte hier près du naufrage devrait "évoluer sous forme de plaques", a annoncé la préfecture maritime cet après-midi. Un conteneur a été observé à 200 km de La Rochelle.

15/03/19 : Naufrage du Grande America : une nappe d’hydrocarbures d’une longueur de 4.5 km et d’une largeur de 500 mètres, d’aspect compact, a été observée à proximité de la zone de naufrage, à environ 175 nautiques (environ 325 km) des côtes françaises.

15/03/19 : La Rochelle : Mounir Mahjoubi, secrétaire d'Etat, chargé du Numérique viendra à la Maison du Département 17, lundi, pour signer la charte Territoire France Connectée avec le président Bussereau et rencontrera le réseau Net Solidaires.

14/03/19 : Naufrage du Grande America : deux nappes d'hydrocarbures se dessineraient désormais au large de la Charente-Maritime, a annoncé ce soir la préfecture maritime de l'Atlantique. Sur la côte, les collectivités locales se tiennent prêtes à intervenir.

13/03/19 : Suite à l'incendie de la sous-préfecture de Lesparre-Médoc le 9 janvier dernier, le point numérique réouvrira le lundi 18 mars prochain. Il est à la disposition des personnes non équipées à internet ou en difficultés avec les usages du numérique.

13/03/19 : Dordogne : des marches pour le climat sont organisées samedi 16 mars. A Périgueux, le rendez- vous est à 10 h devant la préfecture avant de rejoindre le centre ville. A Bergerac, un rassemblement est prévu devant l'église Notre Dame à partir de 9 h.

12/03/19 : Prévoyant une trentaine de recrutements en 2019, la Sobeval, spécialisée dans le veau de boucherie, organise un forum pour l’emploi, le 20 mars de 13 h à 17 h dans ses locaux de Boulazac (Dordogne). Un test par simulation sera proposé par Pôle emploi.

12/03/19 : En Lot-et-Garonne, la semaine prochaine, inauguration des sites multi-opérateurs d'accès à l'internet mobile à Hautefage La Tour, Massels, Thézac. Les communes de Frespech et Auradou sont également concernées par la couverture de ces nouveaux sites.

12/03/19 : Les Algériennes et les Algériens de Bordeaux (collectif indépendant) appellent à un grand rassemblement le dimanche 17 mars à 13 h 00 Place de la Victoire, en soutien au peuple algérien "qui lutte pour la Démocratie et qui veut dégager le Système".

11/03/19 : La Rochelle: La tour Saint-Nicolas, qui surplombe l'entrée du port, est fermée au public jusqu'à nouvel ordre. Une mesure de précaution prise par le Centre des monuments nationaux qui a constaté une fragilité des soubassements.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/03/19 | Le maire de Poitiers rencontre des jeunes pour le climat

    Lire

    7 jeunes représentants poitevins de l’association « Youth for climate » ont choisi ce lundi 18 mars de sécher les cours pour rencontrer Alain Claeys. Le maire de Poitiers leur a parlé des initiatives en matière d’écologie lancées sur le territoire de Grand Poitiers. Il a aussi évoqué les objectifs du plan climat-air-énergie territorial : réduction à l’horizon 2030 de 25% des consommations d’énergie, et la multiplication par 3,6 de la production d’énergie renouvelable. À la fin de l’entrevue, Alain Claeys a signé des mots d’absence et leur a donné rendez-vous dans un mois.

  • 18/03/19 | Gilets jaunes à Bordeaux : interdiction et plan de relance

    Lire

    Lors d'une conférence de presse organisée ce lundi, le premier ministre Edouard Philippe a annoncé une interdiction des manifestations "se revendiquant des gilets jaunes dans les quartiers qui ont été les plus touchés", citant notamment la place Pey-Berland à Bordeaux où 25 interpellations ont eu lieu le samedi 16 mars. La mairie de Bordeaux a également présenté ce lundi un "plan de relance" à destination des commerçants bordelais : 100 000 euros d'aides municipales et 300 000 d'aides de l'État, comme l'avait annoncé le premier ministre en visite à Bordeaux début février.

  • 18/03/19 | Éducation : grève annoncée le 19 mars

    Lire

    En raison d'un appel à la grève des enseignants et agents municipaux dans les écoles primaires ce mardi, entre 150 et 200 écoles devraient être fermées ce mardi 19 mars en Gironde. Des rassemblements sont aussi prévus dans le Lot-et-Garonne, en Dordogne ou dans les Pyrénées-Atlantiques (on ne connait pas encore le nombre de classes fermées) et une soixantaine d'écoles devrait fermer leurs portes dans les Landes. Cause de la contestation : le texte de loi éducation adopté en première lecture en février, qui prévoit notamment un rapprochement écoles-collèges dans des "établissements publics de savoirs fondamentaux".

  • 18/03/19 | Don du sang : la fac de médecine bordelaise mobilisée

    Lire

    Dans un communiqué du 5 mars, l'Établissement Français du Sang (EFS) alerte sur la baisse des réserves de sang. Les étudiants de médecine, pharmacie odontologie et les sages-femmes se mobilisent le 19 mars en organisant le "Défi Sang Limites". Ainsi, une collecte festive est organisée sur le Campus Carreire de 10h à 18h. L'objectif est de réunir 250 donneurs pour la journée. Ce sera également l'occasion d'assister à des animations. L'EFS rappelle tout de même que le besoin de dons est permanent.

  • 18/03/19 | Aéroport de Bordeaux : la fréquentation en hausse

    Lire

    Une série de hausses exceptionnelles pour la direction de l'aéroport de Bordeaux-Mérignac! En février, l'entreprise a enregistré une augmentation de fréquentation de 10,7%, représentant 73 000 passagers. Ce n'est pas la seule source de satisfaction pour l'aéroport de Bordeaux, puisque tous les secteurs sont en croissance : la fréquentation des low-cost bondit de 19.7% et le trafic des vols internationaux augmente de 13,6%.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Charente Maritime : un vote du budget sur fond de réforme de la fiscalité locale

22/12/2018 | Le vote du budget 2019 a été adopté avec 10 abstentions et 9 voix contre, sur 58 votants.

Vote du budget

Suite au débat d’orientation budgétaire en octobre, le conseil départemental s’est penché ce 21 décembre sur la validation du budget primitif de 2019. « Le budget principal s’équilibre à 943,160 millions d’euros dont 231,049 millions d’euros en investissement et 712,111 millions d’euros en fonctionnement », a rapporté Corinne Imbert, rapporteur général du budget. Les recettes vont être augmentées de +3% en 2019, dont 414,7 millions d’euros de recettes fiscales et 94,4 millions annoncées de dotations de l’Etat.

« En complément de l’autofinancement qui s’élève à 8 millions d’euros, nous inscrivons en section d’investissement un emprunt d’équilibre de 79 millions d’euros dont le montant sera revu à la baisse lorsque les résultats seront affectés lors de notre session d’été », a annoncé Corinne Imbert avant de rappeller que le Département s’était désendetté de 23 millions d’euros en trois ans.

Les dépenses d’investissement directes ou indirectes augmentent de 7,9 millions d’euros par rapport au budget primitif 2018. Tandis que les investissements directs s’élèvent à 91,8 millions d’euros. « La voierie départementale restant une priorité, nous lui consacrerons 2 millions d’euros de plus qu’au budget 2018, soit 42 millions d’euros », a précisé Corinne Imbert. 13,3 millions sont notamment prévus pour les travaux dans les collèges et 11 millions pour les centre d’incendie et de secours, sans oublier 8 millions pour les PAPI et les 7 millions pour poursuivre le déploiement du très haut débit. Le Département a également choisi de renforcer son soutien aux communes avec une aide aux équipements, avec une enveloppe de 46,3 millions, soit +12% que l’année précédente. Autre budjet augmenté : celui du social, avec 8 millions d’euros supplémentaires, pour atteindre 393,8 millions d’euros. « Les dépenses sociales représentent plus de 50% de notre budget de fonctionnement », rappelle Corinne Imbert. A elles seules, les allocations individuelles de solidarités représentent  186,3 millions d’euros. Suite au débat d’orientation budgétaire en octobre, le conseil départemental s’est penché ce 21 décembre sur la validation du budget primitif de 2019. « Le budget principal s’équilibre à 943,160 millions d’euros dont 231,049 millions d’euros en investissement et 712,111 millions d’euros en fonctionnement », a rapporté Corine Imbert, rapporteur général du budget. Les recettes vont être augmentées de +3% en 2019, dont 414,7 millions d’euros de recettes fiscales et 94,4 millions annoncées de dotations de l’Etat. Le Département a également fait le choix de ne pas augmenter les taux de la taxe foncière sur les proprités bâti.

Au final, le montant consolidé du budget primitif 2019, budgets annexes inclus, s’élève à 1 milliard 38 millions d’euros en mouvement réel et d’ordre, soit 44,6 millions d’euros de plus qu’au budget prévisionnel 2018. « Cette augmentation s’explique notamment par la reprise au 1er janvier 2019 en régie directe de la gestion de 6 ports dont celui de la Côtinière », a expliqué Corinne Imbert.

 Le budget a été adopté avec 34 oui, 10 abstension et 9 Non, les élus PS et DVG s'étant majoritairement abstenus ou positionné contre. Le représentant du groupe PS, le maire de Marennes Mickaël Vallet, a justifié cette décision par une longue litote : "« J’aurais une très grand compréhension si un jour étant majoritaire je contatais que vous vous absteniez [de voter le budjet] parce qu’on prendrait en compte le potentiel fiscal plutôt que la taille des communes ; parce qu’on aurait une planification des projets un peu moins au coût par coût ; parce que le social ne serait pas vécu non pas comme une obligation imposée par l’Etat mais comme une marge de manœuvre de la vie quotidienne."

  

Dominique Bussereau monte au créneau sur la réforme de la fiscalité locale

« Cela va être un immense débat de l’année 2019 », a prévenu Dominique Bussereau durant la séance de clôture de la session de décembre du Département. « Nous allons rentrer dans une période de forte tension avec l’Etat, puisqu’il vont présenter avant l’été un projet de loi réformant l’ensemble de la fiscalité locale. Nous sommes en train de travailler avec les associations des maires, de Départements et des Régions de France pour faire des propositions communes car on ne veut pas se faire piéger par un système de propositions divergentes  dans lequel l’Etat arbitrerait. » Dominique Bussereau entend également s’attaquer via l’ADF au concept de la péréquation volontaire. « Le système actuel des DMTO (Le fonds national de péréquation des droits de mutation à titre onéreux) est absurde. Un département comme le nôtre est à la fois prélevé par l’Etat et en même temps nous recevons. » 

Dominique Bussereau a reçu le soutien de plusieurs élus, y compris de l’opposition. « Ce n’est pas ici que cela se réglera mais nous le vivons au quotidien », a poursuivi le conseiller départemental et maire de Marennes Michaël Vallet (PS) : « Nous sommes pris au milieu d’une espèce de distorsion  consistant à présenter les questions de décentralisation comme étant la panacée – d’une coup on redécouvre l’intérêt de l’élu local et des bienfaits de la proximité – tout en étant dans une espèce d’injonction contradictoire puisque les collectivités territoriales auxquelles on conférait un pouvoir décentralisé n’ont pas tous les attributs qui vont avec, comme les prélèvements, sur lesquels nous avons une faible marge de manœuvre », explique le maire de Marennes qui aimerait voir appliquer une maxime anglo-saxone « pas de prélèvement sans la responsabilité qui va avec » . « Ca ne pose pas que des questions budgétaires ou comptables, ça pose des questions démocratiques ».

"Toutes les idées sont les bienvenues", a conclu Dominique Bussereau, qui prédit des négociations d'au moins six mois.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : DR

Partager sur Facebook
Vu par vous
4344
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !