Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Aéroportrait : Cyril Fargues, le Postier devenu informaticien

19/12/2017 | Il y a 6 ans, Cyril Fargues laissait son métier de facteur pour une reconversion inattendue: responsable informatique au sein d'Aérocampus. La motivation et la passion pour diplômes

Cyril Fargues, responsable informatique Aérocampus Aquitaine

On a tous dans nos cercles amicaux ou familiaux, une ou plusieurs personnes « aux doigts de fée ». L'un n'a pas son pareil en couture, l'autre passionné de bricolage ou de mécanique, hérite régulièrement de la vidange de notre voiture, un troisième sera le sempiternel œnologue-conseil ou sommelier de nos repas de fête.... Cyril Fargues, quant à lui, est « l'informaticien de service ». Depuis toujours il répare les ordis, trifouille les cartes mères et réalise les mises à jour logiciels de ses proches... Une passion pour l'informatique dont il a réussi à faire son métier au sein de l'Aérocampus Aquitaine. Ce n'était pourtant « pas écrit » convient-il volontiers. Et pour cause, il avait pour tout diplôme un CAP BEP serveur, une longue expérience de facteur à la Poste, et une certaine audace.

Natif de Villeneuve-sur-lot, Cyril Fargues 45 ans, a un parcours pour le moins atypique. Formé en CAP BEP Serveur, il décide, la vingtaine tout juste passée de tenter le concours de facteur, qu'il réussit. Ce n'est pas non plus « un métier-passion », mais ça permet de vivre. Un métier qui aura tout de même eu l'intérêt qu'un jour, dans un bureau de poste, il tombe sur une proposition plutôt inattendue de France Télécom : être testeur de l'ADSL. « Un petit job complémentaire », qui lui a permis de faire partie des 3000 ou 4000 premières personnes à Paris, autant dire en France, à avoir l'ADSL à domicile. « On est en 1995 ou 1996, c'était vraiment les tout début de l'ADSL. Je devais faire des rapports réguliers à Wanadoo. Ca a duré 3 ou 4 mois, mais c'est là que j'ai vraiment commencé à bricoler dans l'informatique. Et puis Paris est un endroit magique par rapport à ça, on y trouve toutes les boutiques inimaginables en matériel ». La naissance d'une passion pour l'informatique qui ne le quittera plus.

Un peu d'audace et un certain bagou
2006 marque son retour en Aquitaine, d'abord à La Poste à Pessac, puis au bureau de Latresne. C'est là, par l'intermédiaire d'une amie, qu'il entend parler du projet Aérocampus, en train de s'installer dans les anciens locaux du centre de formation aéronautique du Ministère de la Défense. Un responsable informatique y est recherché.
Au culot, Cyril postule. « J'ai envoyé une lettre de motivation et un CV sur lequel je détaillais tous ce que je savais faire... même si je n'avais pas de diplôme dans ce domaine. C'était un coup de bluff ! » Du bluff qui n'en été pas vraiment, puisque, après tout, les compétences étaient là. « Et j'étais totalement prêt à me former, à passer du temps à réfléchir et à comprendre comment fonctionnait le système en place ». Un peu d'audace, et un certain bagou dont il se sait doter, qui auront donc su convaincre.
Mais dans la durée, bagou et audace ne pouvaient pas suffire. Cyril est un travailleur, un curieux, bref, une personne investie dans son métier. Plus qu'un métier d'ailleurs, être responsable informatique à Aérocampus, c'est être une des chevilles ouvrières d'un grand projet qui démarrait. En moins de 7 ans, l'informaticien jusque-là autodidacte aura su prendre le pli du développement extrêmement rapide du campus aéronautique et spatial. Pour sa partie, il aura notamment réussi à faire passer le parc informatique de 10 à plus de 300 ordinateurs, et à développer de nouveaux outils pour assurer la gestion, l'organisation et la maintenance de l'ensemble de ce système informatique, son réseau, et la gestion des interventions auprès des utilisateurs; le tout « sans faire appel ni au ''cloud'' ni des prestations extérieures »... De quoi mettre à l'épreuve quelques uns de ses traits de caractère : la patience, la sociabilité et la relation aux autres, et l'optimisme. « Même si c'est pas tous les jours facile », pondère t-il, bien que depuis un an et demi, il est accompagné dans sa tâche par un assistant.

La motivation et la volonté en bandoulière
Mais l'autodidacte de l'informatique qu'il est n'est pas peu fier de son dernier coup, et cette fois sans bluff : l'obtention d'un diplôme de Directeur Informatique Management du Système d'Information au mois de novembre dernier. Une fierté justifiée : le « petit facteur » et devenu directeur diplômé ! Et là encore ça ne s'est pas fait en un claquement de doigt : « j'ai du rédiger un mémoire, puis le soutenir devant un jury de trois professionnels, dont un ancien DSI de chez Dassault... Ca n'a pas été un exercice facile. » Mas le challenge, évoqué régulièrement avec le Directeur d'Aérocampus depuis plusieurs années, a été relevé avec succès, et avec lui un épanouissement professionnel désormais assumé, pour ne pas dire une reconnaissance très officielle du travail effectué jusque-là. Une reconnaissance, une assurance et un supplément d'autorité pour celui qui projette plus que jamais d’étoffer son équipe au fil du déploiement d'Aérocampus. Car bien sûr Cyril, la motivation et la volonté en bandoulière, ne compte pas se reposer sur ses lauriers.
Plus que jamais passionné par son métier, il garde aussi l'ambition de la réussite du projet collectif qu'est le développement d'Aérocampus. « Il faut que sur les différents sites d'Aérocampus, soit mis en place, non pas des systèmes informatiques rattachés à celui d'Aérocampus, mais un même et unique système. Une sorte de réseau mondial de la structure, qui contribuera aussi à asseoir et à faire grandir Aérocampus. » Difficile d'arrêter un homme passionné. En témoigne aussi cette maquette de Transall qui trône dans son bureau. C'est un avion de transport militaire, « le grand père de l'A400M », précise Cyril qui a lui même réalisé le modèle réduit. Non pas qu'il ait la passion du modélisme... mais de l'aéronautique, et plus particulièrement de cet aéronef « magnifique ! », s'enthousiasme-t-il à la manière d'un gosse. Entre informatique et aéronautique, Cyril Fargues est décidément bien là où il a choisi d'être.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
21754
Aimé par vous
6 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
BEAU | 19/12/2017

Bravo Cyril pour ton parcours et en plus tu as le physique d'un mec sympa !! bonne chance

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !