Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/04/18 : Dans le cadre du championnat de France du jeu d'échecs jeunes qui se tient à Agen, Anatoli Karpov, champion du monde de cette discipline de 1975 à 1985 et de 1993 à 1999, sera reçu à l'Hôtel de ville d'Agen le samedi 21 avril à 19 h.

19/04/18 : La Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne/CIED est à la recherche d'un service civique à compter du mois de mai pour une mission de huit mois à raison de 30h/semaine. Plus d'infos : 05 53 66 47 59

17/04/18 : Le comité d'engagements du conseil d'administration de SNCF réseau a validé ce mardi l'opération de réhabilitation de la ligne ferroviaire Libourne-Bergerac, déjà concernée par des travaux régionaux achevés en 2013.

17/04/18 : L'Assemblée Nationale a adopté à la majorité en première lecture (454 voix contre 80) le projet de loi "nouveau pacte ferroviaire", à l'origine des grèves qui secouent la SNCF depuis début avril. La ministre des Transports a salué "une étape décisive".

13/04/18 : Charente-Maritime : L'Hermione est arrivée dans le port de Marseille hier soir, où elle sera visible tout le week-end.

12/04/18 : Charente-Maritime : depuis le 9 avril et jusqu’au 21 avril, Keolis organise un test grandeur nature sur la ligne 3 du réseau Les Mouettes, effectuant la liaison La Rochelle-Île de Ré avec un nouveau modèle de car électrique, soutenu par la Région.

12/04/18 : Le Pôle Agri Sud-Ouest Innovation vient de renouveler son conseil d’administration, son bureau et sa gouvernance pour assurer sa représentativité sur l’ensemble des territoires couverts. Daniel Segonds a été réélu à la présidence du Pôle.

12/04/18 : Le nouveau président de la Président de la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique, est Guillaume Riou, agriculteur bio de Deux-Sèvres, anciennement président d'Agrobio Poitou-Charentes de 2012 à 2015.

10/04/18 : Pascal Bellenger a été nommé Directeur des Affaires Contractuelles Partenariats de recherche de la SATT Aquitaine. Sa mission principale : développer les activités de recherche partenariale pour le compte de l'Université de Bordeaux et Bordeaux INP.

10/04/18 : En Gironde, Andréa Kiss, Maire du Haillan, quitte le P.S. pour rejoindre Génération.s. Un choix qui "n'affecte pas la pérennité de l’organisation socialiste locale", assure T. Trijoulet, le premier secrétaire fédéral.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/04/18 | L'eau, bientôt grande cause du Sud-Ouest français

    Lire

    Pascal Mailhos, Préfet de bassin, Martin Malvy, Président du comité de bassin Adour-Garonne, Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie, et Alain Rousset, Président de la Région Nouvelle-Aquitaine, se sont rencontrés à la Préfecture de bassin à Toulouse pour échanger sur les enjeux de la ressource en eau dans le Grand Sud-Ouest. L'occasion pour eux de rappeler leur « très vive inquiétude » et de fixer un prochain rendez-vous en septembre à Bordeaux, afin de lancer une action commune autour de « l'eau, enjeu de société, grande cause du Sud-Ouest français ».

  • 20/04/18 | Création d’un pôle ressources jeunesse à Villeneuve/Lot

    Lire

    Lors du Conseil communautaire du 12 avril dernier, les élus de l’Agglomération du Grand Villeneuvois ont voté la création d’un Pôle Ressources Jeunesse et son implantation en centre-ville de Villeneuve-sur-Lot, dans le quartier prioritaire Bastide. Ce Pôle accueillera la Mission locale du Pays Villeneuvois, l’Espace Métiers Aquitaine ainsi qu’un espace numérique.

  • 20/04/18 | Réduction des déchets: quelles sont vos pratiques ?

    Lire

    Emballages plastiques, biodéchets, déchets verts, déchets d'équipements électriques et électroniques et tarification incitative, voilà les 5 items sur lesquels la Région interroge ses habitants, via une enquête en ligne, dans le cadre de l'élaboration d'un Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchet. En application de la loi NOTRe, le but est de définir, avec les acteurs locaux et les citoyens: « une véritable stratégie territoriale, qui pose des ambitions et des orientations porteuses d'une dynamique en faveur de la transition écologique par l'économie circulaire ».

  • 20/04/18 | "Action Coeur de Ville" se décline à Rochefort

    Lire

    Rochefort fait partie des 222 villes retenues par l’État pour intégrer le dispositif « Action Cœur de Ville » qui lui permettra d’engager un plan de réhabilitation de l’habitat de son centre urbain en obtenant 25 millions € sur 5 ans. La municipalité, avec le concours des services de l’État, s’est déjà saisie du sujet en engageant un Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du centre historique, dont elle présentera une première ébauche à la population lundi 23 avril à 18 h au Palais des Congrès.

  • 20/04/18 | Nouveau service chez Keolis Agen : le ticket de bus par SMS

    Lire

    Pressé, sans monnaie sur vous et vous souhaitez prendre le bus, pas de panique, Keolis Agen en collaboration avec l’Agglomération d’Agen vient de lancer un nouveau service de paiement par SMS. C’est simple et très rapide. Tout d’abord, envoyez 1v au 93047 par SMS. Ainsi, vous recevrez votre ticket sur votre mobile et vous pourrez voyager une heure sur le réseau TEMPO.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Aéroportrait : Yoann Gac, le professeur aventurier

12/04/2018 | Toujours partant pour de nouveaux projets, Yoann Gac ne se ferme aucune porte. Mais pour l'heure, et avec enthousiasme, son aventure quotidienne, c'est d'enseigner!

Yoann Gac, le professeur ''aventurier'' spécialisé dans la maintenance des aéronefs à Aérocampus

Yoann Gac, 41 ans est formateur. Spécialisé dans la maintenance des aéronefs, il donne ses cours sur le site d'AEROCAMPUS Aquitaine à Latresne, auprès de classes de 2nde, jusqu'au BTS, mais parfois aussi auprès d'adultes. « Je suis un très bon modèle pour mes élèves. J'ai quitté l'école en classe de première !», sourit-il volontiers. Quitter l'école pour y revenir en tant que formateur.... Indéniablement, c'est une histoire à creuser; d'autant qu'il y est question d'avion radar, de Chefs d'Etat, d'hélicoptères, de canopée et de volcans ! De Brest à Latresne en passant par la Nouvelle-Calédonie et la Guyane, bienvenu dans le parcours professionnel, de Yoann Gac. Attention ça décoiffe. Le prix de l'indépendance, de l'amour des voyages, et d'une carrière dans l'Armée.

Tout commence donc par là : « J'ai quitté l'école en première, pour m'engager dans l'Armée de l'air ». Soif d'indépendance, rejet d'un système scolaire qui lui ne correspondait pas.... S'il quitte le circuit scolaire « classique », son rêve d'intégration dans l'Armée, rime en réalité avec son entrée à l'EETAA de Saintes (École d'Enseignement Technique de l'Armée de l'Air), où il intègre ainsi pour 2 ans, « la grande famille des arpettes, les apprentis de l'Armée ». Puis direction l'Ecole de Formation des Sous-Officiers de l'Armée de l'Air à Rochefort pour y apprendre le métier de mécanicien avion.

Regarder s'envoler les avions
Un changement de milieu qui lui aura réussi : l'adolescent qui était tant pressé de quitter son lycée de Brest sort major de sa promotion tant à Saintes qu'à Rochefort. Une position qui lui laisse donc libre choix sur la suite de son parcours. « J'ai choisi d'aller à Avord dans le Cher, pour travailler sur les avions AWACS; c'est un avion radar de type Boeing. Durant 6 ans, j'ai été mécanicien de piste, c'est le premier échelon : on est là, au départ de l'avion et au retour de l'avion. C'est de la petite maintenance et du petit dépannage, il n'y a pas de grosse immobilisation. » C'est là qu'il découvrira le métier de mécanicien navigant. « Sur ce type d'avion, comme sur d'autres avions plus anciens, ou sur les hélicoptères Puma et Superpuma, le mécanicien navigant, qui est aujourd'hui de plus en plus remplacé par un ordinateur, faisait partie intégrante de l'équipage. C'est un vrai métier de conduite, il est l'expert technique à bord.» A priori, plus excitant que de regarder s'envoler les avions depuis la piste pour celui qui rêve d'indépendance, de voyages et sans doute aussi un peu d'aventure...
Concours et formation en poche, le voilà donc parti pour une riche carrière de mécanicien navigant sur hélicoptère. Un choix de l'hélice qui n'a rien du hasard mais tout de la tactique : « C'était tout à fait volontaire. Faire carrière dans les hélicoptères ouvrait pour moi l'opportunité de missions en outre-mer. Ce qui n'était pas le cas sur les avions. J'avais déjà eu l'occasion d'être détaché à Tahiti sur de courtes durées... Une fois que vous avez goûté à l'Outre-mer, ça vous donne furieusement envie d'y repartir pour des missions plus longue ! ».

Enrouler la Tour Eiffel, survoler les volcans
Pourtant, pour les lagons bleus et les palmiers, il faudra un peu attendre... Mais à défaut, il aura le prestige. De 2003 à 2006, basé à Villacoublay, il est membre d'équipage du Super Puma, au service du transport du Gouvernement et du Président de la République. L'occasion de croiser pas mal de personnalités, mais surtout, d'être une des rares personnes à avoir pu survoler l'espace aérien de la ville de Paris. « Lorsqu'on accueille un Chef d'Etat étranger, on fait un bord à bord avec son avion à Orly, pour ensuite le déposer aux Invalides. On partait d'Orly, puis on enroulait la Tour Eiffel pour venir se poser sur les Invalides. C'est vraiment magnifique car les aéronefs, sont interdits de survol à Paris. »
C'est en 2006 et pour une mission de 3 ans, qu'il part (enfin) en Nouvelle-Calédonie. « Nous avions comme mission le support des troupes sur place, et des missions de service public, comme le sauvetage de vies humaines, ou d'équipage en situation de détresse ». Puis à partir de 2009, Yoann quitte les eaux bleues de Nouvelle-Calédonie, pour une nouvelle mission de 3 ans en Guyane. Là-bas il participe notamment à la lutte contre l'orpaillage illégal, mais aussi à la protection du Centre Spatial Guyanais.
Au total, 6 ans de missions riches et intenses, avec parfois quelques souvenirs difficiles, et des sueurs froides aussi. « Un départ de feu dans la cabine alors que vous êtes en vol au dessus de l'océan... » ou « un avion qui vous frôle de beaucoup de trop près » a en effet de quoi causer quelques frayeurs... Mais ce sont surtout les belles images qui restent. Belles et données à voir à très peu de monde. « En Guyane, à chaque fois qu'il y avait un tir fusée, on tournait autour : j'ai donc eu la chance d'assister à des tirs fusée à partir d'un hélicoptère... c'est quelque chose ! ». Au rayon des souvenirs marquants, il cite aussi une mission exercée en Nouvelle-Calédonie, à bord d'un hélicoptère Puma : « le sauvetage et l'aide au Vanuatu donnait lieu chaque année à un point des zones de poser en cas de sauvetage ». Autant dire, l'occasion de survol de plusieurs volcans en activité... « Ce sont de belles images », glisse-t-il l'oeil pétillant.

"Allier quelque chose que j'aimais à ma vie de famille"
A son retour à Villacoublay en 2012, « je commençais à mûrir mon nouveau projet professionnel depuis plusieurs années déjà. » Non pas que la vie d'aventure et l'expérience du terrain, ne le contentait plus mais, il est un temps dans la vie, où il faut savoir faire des choix, ou en tout cas « des compromis ». « J'ai voulu me reconvertir pour des raisons familiales, pour être plus souvent à la maison, auprès de ma femme et de mes enfants. A la fin de ma carrière j'étais moniteur Puma et Super Puma, et j'aimais beaucoup ça. Envisager un avenir professionnel dans la formation, me permettait d'allier quelque chose que j'aimais à ma vie de famille. » Et idéalement aussi, de quitter la région parisienne.
Suivant l'adage que l'on n'est jamais mieux servi que par soi-même, Yoann, profitant du Salon du Bourget en juin 2013, fait le tour des stands de l'espace du Salon dédié à la formation. « Je distribuais mon CV et ma lettre de motivation à tous les stands qui me paraissaient intéressants et cohérents avec mes projets ». Le stand d'AEROCAMPUS Aquitaine, présent sur ce Salon, est de ceux-là. Il y rencontre alors le responsable de la formation initiale, très réceptif au CV que Yoann lui tend. Après plusieurs échanges, rendez-vous est donné pour un entretien d'embauche en juillet. Dès la rentrée 2013, l'ancien mécanicien navigant, ayant alors quitté l'armée, est de l'équipe pédagogique de Latresne.
Une nouvelle carrière commence, avec un premier défi pour Yoann : celle de confirmer ses compétences techniques et pédagogiques pour la formation auprès des lycéens. Défi réussi grâce à l'obtention du concours maintenance engins de chantier, automobiles et bateaux. La spécialité aéronautique étant rare il n'existe pas de concours dédié. Il double cela d'un Master 2 Métier de l'Education de l'Enseignement et de la Formation en sciences de l'ingénieur obtenu à l'Université de Bordeaux. « Tout au long de ma carrière, j'ai passé des diplômes en candidat libre, dont le baccalauréat. Donc entre ses diplômes et des VAE (validations des acquis de l'expérience), je pouvais tout à fait prétendre à m'inscrire directement en Master 2 », précise-t-il.

"Leur dire que tout est possible"
Résultat de ses succès: « Depuis 2013, j'enseigne ici. Et je m'éclate ! », lâche-t-il tout sourire. On est loin pourtant des survols de volcans en hélicoptère... « C'est vrai le terrain parfois me manque un peu. Mais aujourd'hui, je peux voir grandir mes enfants, être à la maison tous les jours, c'est un compromis à valeur positive ! Et enseigner, j'aime ça parce que j'ai beaucoup de liberté. C'est passionnant de transmettre, de s'adapter à chaque public. De trouver le moyen de les « accrocher » à ce que vous racontez. » Et, pour lui qui aime le challenge, il est ici quotidien : « Les ados fonctionnent beaucoup aux sentiments, alors c'est un vrai défi pour les mettre à minima au travail. Car, si vu de loin, travailler dans le milieu de l'aviation peut paraître « cool », une fois qu'on y est, c'est du travail à partir de documentation technique, et parfois rédigée en anglais. C'est tout un nouveau langage à apprendre... ce qui est moins « fun » que ça pouvait le paraître au départ. » Son secret pour parvenir au mieux à remplir son défi quotidien : « Passer par le concret, avec beaucoup de TD et de TP, mais il faut aussi être dans la bienveillance. Il faut parvenir à les mettre en confiance, tout en les confrontant à la réalité du métier. En ce qui me concerne, j'aime leur dire que tout est possible. » A voir son parcours, on en est convaincu !

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4369
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !