30/09/22 : Des rassemblements Vivons Vélo au bénéfice de l'Institut Pasteur sont organisés samedi 8 octobre, à Libourne, Carbon-Blanc, Cestas (33) et Idron (64). Au programme: pédaler pendant une trentaine de kilomètres, en partenariat avec les clubs locaux.+ d'info

30/09/22 : La Semaine de la Forme, accessible à tous, se déroule du 1 au 9 octobre. Un large panel d'activités et de tests est proposé aux enfants, adultes ou seniors, pour connaître son état de forme. Une association sportive participe près de chez vous. + d'info

28/09/22 : Tout est gratuit pour les moins de 22 ans au cours de la nouvelle saison de l'Orchestre du Pays Basque. Des concerts dans 25 villes et villages pour voyager entre musique classique, chant, musiques traditionnelles, actuelles ou expérimentales. + d'info

28/09/22 : La Cité du vin propose plusieurs rendez-vous en octobre avec deux conférences, des ateliers de dégustation et des animations dans le cadre des Journées nationales de l’architecture et du Fascinant Week-end du réseau Vignobles & Découvertes.+ d'info

26/09/22 : A vos agendas: Bordeaux Fête le Vin s'annualise et revient donc dès 2023, du 22 au 25 juin. Comme pour son édition 2022, l'évènement se vivra dès le 15 juin en Avant-Première. Bordeaux Fête le Fleuve cède quant à lui sa place.

23/09/22 : La compagnie aérienne des capitales régionales européennes Volotéa enregistre une progression de 24% du nombre de ses vols par rapport à l'an dernier. A Bordeaux, 195 000 passagers ont été transportés entre juin et août soit une hausse de 27%.

19/09/22 : Dans le cadre d'Octobre rose, la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Aquitaine et les Chambres départementales se mobilisent au côté de la Ligue contre le cancer. 250 agents sont inscrits à différentes courses organisées dans la région.

16/09/22 : L’incendie dans le secteur de Saumos est fixé depuis jeudi après-midi. La surface brûlée est réévaluée à 3400 hectares. Les personnes n'habitant pas sur les zones brûlées, 1700 sur plus de 1800 évacuées, ont pu regagner leur domicile.

15/09/22 : L'incendie de Saumos n'a pas progressé dans la nuit de mercredi à jeudi stagnant à plus 3700 ha. En raison d'une très faible visibilité due aux fumées et au brouillard, la préfecture appelle les automobilistes du secteur à la prudence.

14/09/22 : A Saumos, le feu a légèrement progressé cette nuit et dans la matinée, portant la surface totale brûlée à plus de 3600 ha. Jusqu’à 1000 pompiers sont mobilisés au plus fort de la journée ainsi que 6 Canadairs, 3 Dash et 2 hélicos bombardiers d’eau

14/09/22 : L'incendie dans le secteur de Saumos, a continué de progresser dans la journée détruisant plus de 3200 ha. 900 pompiers sont engagés dans ce combat contre le brasier qui a nécessité l'évacuation de 840 personnes et la fermeture de plusieurs routes.+ d'info

13/09/22 : Sur le secteur de Saumos (33), l'incendie démarré hier après-midi a parcouru 1 300 ha cette nuit. Les 340 pompiers déjà engagés vont être rejoints par des renforts d’autres départements. 2 Canadairs, 1 Dash et 3 hélicos bombardiers d’eau interviennent

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/09/22 | Magna Blanquefort : les salariés pas vraiment rassurés

    Lire

    Les salariés de l’usine Magna restent inquiets après l’annonce du rachat du site de Blanquefort (Gironde) par le fonds d’investissement allemand Mutares. « Quelles garanties supplémentaires offrent Mutares par rapport à Magna pour faire aboutir de nouveaux projets ? » Le repreneur fait valoir la poursuite du contrat avec Ford jusqu’en 2026, la fabrication d’un robot pour une start-up bordelaise, l’assemblage de batteries pour deux-roues ou la production de chargeurs de batteries.

  • 30/09/22 | Le Thouarsais préserve la biodiversité

    Lire

    La Communauté de communes du Thouarsais vient de lancer un projet afin de renforcer la prise de conscience autour des enjeux de préservation de la biodiversité. Elle va établir un diagnostic naturaliste afin de dégager des actions en faveur de la biodiversité et de sa préservation. La CdC va acquérir des parcelles afin de préserver des continuités écologiques ou encore créer ou restaurer une quinzaine de mares. Toutes ces actions vont être accompagnées d'animations à destination des habitants et des scolaires.

  • 30/09/22 | Des ateliers pour orienter les entreprises vers la silver-économie

    Lire

    L’Agence de Développement et d’Innovation et le Gérontopôle impulse des opportunités de développement des entreprises et des territoires en lien avec le bien-vieillir. Plusieurs événements sont organisés. Un atelier à Angoulême, pour présenter les opportunités offertes par la silver économie et les clefs d’accès à ce marché. Quatre ateliers d’exploration des projets et financements européens à Limoges le 13 octobre, Ustaritz le 10 novembre, Bordeaux le 22 novembre et Poitiers le 6 décembre. gerontopole-na.fr

  • 30/09/22 | Le tourisme fluvial se développe le long du fleuve Charente

    Lire

    Depuis 2018, le Département de la Charente-Maritime développe le tourisme fluvial et fluvestre du fleuve Charente. La politique fluviale du Département est en lien direct avec la Flow Vélo afin de développer une destination « Vallée de la Charente ». D'ici 2026, il va donc reconstruire ou réhabiliter les appontements anciens. Au total, 5 pontons fixes vont être construits ou réhabilités ainsi que 4 pontons flottants.

  • 29/09/22 | Emmanuel Macron attendu à Pau pour inaugurer le Foirail

    Lire

    Le Président de la République sera à Pau ce vendredi 30 septembre, pour l’inauguration du Foirail, centre culturel dédié au cinéma Art et Essai, à la musique et au spectacle vivant. La rénovation de l'ancien marché des années soixante s’inscrit dans le plan « Action Cœur de Ville », qui renforce l’attractivité des villes moyennes. Doté de 5 milliards d’euros, ce plan accompagne 6 000 actions en faveur du développement économique, de la culture, de la mobilité et également la rénovation de 80 000 logements dans 234 communes.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Cet été en Gironde : quel mode d'emploi pour les urgences ?

30/06/2022 | Face aux tensions à venir cet été dans les services d'urgences, l'ARS et les acteurs du soin ont élaboré un plan pour assurer la qualité des prises en charges des "vraies urgences"

Illustration : Panneau d'urgences

Dans un contexte de tensions après deux années de crise Covid ajoutées à d'importantes difficultés de recrutement de médecins et de personnels paramédicaux, l'été s'invite aussi à l'hôpital. Avec lui, les congés _bien mérités_ pris par les soignants, et les touristes. Soit un fort afflux de population, notamment sur la côté littorale pour une moindre densité de personnels. Tout pour risquer l’embolie des services d'urgences. En Gironde, l'ARS et les acteurs locaux, ont travaillé à un plan de continuité des soins autour d'une formule à connaître par tous : les urgences ce n'est plus automatique !

En Gironde, les vacances ne riment pas avec repos pour les services d'urgences qui voient un nombre de passages élevé sur ces périodes, notamment sur le littoral : plus de 135 000 passages à l’été 2020 et plus de 154 000 à l’été 2021 soit une hausse de 14%, sans baisse de fréquentation en zone urbaine... Un surcroît d'activité que l'ARS et les acteurs du soin tentent d'anticiper en rédigeant une véritable feuille de route visant à « assurer la continuité du soin au grand public », indique Bénédicte Motte, Directrice départementale de la Gironde pour l'ARS.

Premier acteur : le médecin traitant

« Le cœur de ce plan est de réaffirmer la place de chacun des acteurs dans la chaîne du soin. Le premier des acteurs, c'est le médecin traitant ». Bonne nouvelle pour le Département, la Gironde est à la 11ème place des départements les mieux dotés en médecins de ville avec 155 médecins pour 100 000 habitants. Moins bonne nouvelle, selon Fabrice Broucas, président de l’ordre des médecins de Gironde, « cette densité élevée cache des disparités sur le territoire. Le Médoc et le Sud Gironde, sont en déshérence », pointe-t-il. Une situation face à laquelle il souligne la mobilisation de l'ensemble de la profession médicale, « y compris jusqu'au retraité qui assure le service des soins des gardes-à-vue à l'Hôtel de police », et se satisfait « du retour du dialogue entre la médecine de ville et la médecine hospitalière ».

Un dialogue et un échange régulier qui sont à la clé de voûte du plan estival d'accès aux soins girondin. L'ambition du plan est de « recentrer les missions de chacun » afin qu'il y ait « moins de passages aux urgences mais plus de passages pertinents pour pouvoir se concentrer dur ceux-là », synthétise Caroline Delarivière, coordinatrice médicale du réseau territorial des urgences. Catherine Pradeau, responsable du centre de régulation des appels du SAMU33, confirme : « jusque là, les urgences étaient la lumière allumée tout le temps. Désormais aller aux urgences ne sera pas automatique. Face à cette crise, les urgentistes se recentrent. Ne seront prises en charge que les urgences vitales et fonctionnelles : les polytraumatisés, les AVC, les gènes respiratoires, les infarctus, etc... ». Avec des réponses différenciées selon la présence effective ou non de personnels, et selon les territoires et l'organisation des soins sur ces territoires. Mais le tout, toujours dans la coordination.

"On ne lâche pas les patients dans la nature, on réoriente"

Au CHU Bordeaux Pellegrain, comme c'est déjà le cas aux Urgences d'Arcachon, un infirmier d'orientation et d'accueil peut désormais orienter le patient vers un médecin généraliste libéral volontaire de garde assurant des consultations au sein du service. Mais avant de se déplacer la recommandation reste d'abord d'appeler son médecin traitant ou bien encore le 15, qui sauront détecter le caractère ou non d'urgence.

Cela dit, « ne pas être admis aux urgences, ça ne veut pas dire qu'on lâche les patients dans la nature. On ne refuse pas l'accès aux soins. Le patient relevant de soins non-programmés, plutôt que d'une urgence vraie, sera à l'inverse inscrit dans un parcours de soins qui lui correspond », pointe Catherine Pradeaux. Le patient pourra être réorienté, soit par une reconvocation le lendemain aux urgences ou vers une consultation spécialisée, soit encore sur des créneaux auprès d'un médecin libéral ou auprès des différentes structures existantes sur le territoire. Parmi elles, les trois maisons médicales de garde (Libourne, Blaye et Langon), les maisons de santé pluri-professionnelles ou encore vers les communautés professionnelles territoriales de santé actives cet été (Sud Médoc, Sud Bassin d’Arcachon et Val de l’Eyre, Ouest Gironde, Entre Deux Mers, Nord Ouest Métropole, Dropt sur Garonne).

Urgences obstétricales

Les onze maternités du département ne sont pas épargnées par les tenions. Parmi les situations les plus critiques, la maternité de Lesparre qui a déjà fermé plusieurs jours au mois de mai et devra à nouveaux fermer ses urgences obstétriques en août, par manque de ressources humaines. Les femmes suivies par cette maternité arrivant à terme, ont déjà été informées de la situation et sont appelées à se rapprocher selon leur préférence ou leur situation médicale de la maternité d'Ares, de Bordeaux Nord ou de la clinique Jean Vilar. Pour les parturientes en vacances, Marie-Laure Beijas, cheffe de projet périnatalité ARS-Nouvelle-Aquitaine n'a là aussi qu'un conseil à donner : « emportez votre dossier obstétrical avec vous dans la valise, d'autant plus si vous vous présenter à un service d'urgences ».

 

L'info en plus:

Au delà des procédures mises en oeuvre dans chaque établissement girondin, l'Agence régionale de santé assure que « dans tous les cas, la prise en charge des urgences vitales reste assurée par les structures mobiles d’urgence et de réanimation (SMUR) 24h/24 et 7j/7, et reste une priorité ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Shutterstock _ NeydtStock

Partager sur Facebook
Vu par vous
5832
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !