Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/12/18 : Deux-Sèvres : la 7e édition de Capr'Inov a attiré 7000 visiteurs. 250 produits (dont 230 laitiers) de 8 pays ont participé aux concours. Au total, 21 médailles d’or, 46 d’argent et 53 de bronze ont été décernées, et 4 Capr’I d’Or à des entreprises innovan

17/12/18 : En mairie de Biarritz, en début d'après-midi, on aurait pris acte de la non venue du président Macron à la préparation du sommet du G7. Information non officiellement confirmée de la préfecture mais qui serait parvenue à certains élus de cette source

17/12/18 : En marge de sa visite en Dordogne, Jacqueline Gourault a rencontré des Gilets jaunes : il fut question du référendum d'initiative citoyenne et de désertification médicale lors de sa visite à Lanouaille, où doit être implantée une maison de santé.

17/12/18 : En visite ce lundi en Dordogne, Jacqueline Gourault, ministre des territoires, a signé la convention ANRU à Coulounieix Chamiers avec les différents partenaires. L’État finance ce projet d’un coût total de 49 M€, à hauteur de 14 M€.

17/12/18 : Les retraités lot-et-garonnais battront le pavé le 18 décembre à 15 h 00 devant la Préfecture à Agen. "Déçus par les annonces du Président E. Macron" , ces derniers préciseront leurs revendications auprès de la Préfète.

15/12/18 : L'Association Petit Coeur de Beurre a décidé en accord avec la Jeune Académie Vocale d'Aquitaine JAVA et l'Ensemble Vocal Aquistriae d'annuler le concert "De choeurs à coeurs" prévu ce samedi 15 décembre en l'église St Louis des Chartrons à 20h30.

14/12/18 : Du 15/12/18 au 5/01/19 : le centre-ville montois sera piéton les week-ends du 15 et 22/12 et le 24/12 et le stationnement gratuit dans le centre-ville les samedis après-midi. 1h de stationnement gratuit par demi-journée, du lundi au samedi matin.

14/12/18 : Center Parcs Lot-et-Garonne. Les premiers coups de pioche de ce chantier sont donnés ce jour, 14 décembre, à l’étang du Papetier, à Pindères.

14/12/18 : En raison des mouvements sociaux actuels, le Grand-Théâtre sera fermé au public ce samedi 15 décembre entraînant le report du récital de Sondra Radvanovsky au 31 mars 2019. Les visites guidées sont également annulées.

13/12/18 : Le jeune rugbyman du Stade Français Nicolas Chauvin, 19 ans, victime d'un traumatisme cervical suite à un plaquage dimanche lors d'un match à Bègles est décédé au CHU de Pellegrin. Nouveau drame après la mort récente d'un jeune joueur d'Aurillac.

13/12/18 : Présente au salon Nautic de Paris, La Rochelle a lancé de Paris le Défi Atlantique, une nouvelle course en équipage réservée aux Class 40. Départ fin mars 2019 de la Guadeloupe, pour rejoindre La Rochelle mi-avril avec une escale à Horta aux Açores.

12/12/18 : En raison des liens historiques et fraternels qui unissent les villes de Strasbourg et de Périgueux, le drapeau français sur la mairie de Périgueux sera en berne ce mercredi suite au drame survenu hier sur le marché de Noël de la capitale alsacienne.

12/12/18 : Vigipirate : Urgence Attentat. Renforcement de la sécurité en Gironde. Renforcement des contrôles notamment à l’aéroport de Bdx-Mérignac, surveillance des marchés de Noël, centres commerciaux et interdiction de manifestations sur la voie publique.

12/12/18 : Les 22-26 et 28 déc, Bordeaux Visite organise une visite-famille "Bordeaux à Noël", afin de découvrir la place Pey Berland, le cours de l'Intendance, les allées de Tourny, la place de la Comédie. Accessible aux familles avec enfants dès 7 ans.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/12/18 | Des craintes pour le lycée Arnaut Daniel de Ribérac

    Lire

    Les enseignants du Lycée Arnaut Daniel de Ribérac sont inquiets. Elus et enseignants s’accordent à dire que si la réforme du bac est appliquée le lycée fermera ses portes d'ici quelques années. L’établissement demande la reconnaissance de l’option cinéma comme spécialité or il vient d’être informé qu’il la garderait facultative, en raison de la proximité de la ville avec Angoulême et Sarlat. Didier Bazinet et Nicole Gervaise, élus départementaux demandent un rendez-vous au Recteur d’Académie.

  • 16/12/18 | En Dordogne, le laboratoire départemental d'analyse détruit par un incendie.

    Lire

    Le laboratoire départemental d’analyse et de recherche de la Dordogne, basé à Coulounieix-Chamiers, a été entièrement détruit cette nuit par un incendie dont les causes ne sont pas encore déterminées. Le président du Conseil départemental Germinal Peiro, qui se rendra sur les lieux ce lundi à 8h30, a fait savoir que le Département s’attachait déjà à "trouver des solutions pour assurer la continuité de l’activité des 140 agents qui travaillent sur le site (laboratoire et Satese) .

  • 15/12/18 | Biarritz: un feu d'artifice séuritaire pour le président

    Lire

    Nous nous en sommes fait écho, le président de la République Emmanuel Macron se déplace mardi 18 décembre à Biarritz pour la préparation du G7 en présence de vingt ambassadeurs. La ceinture de sécurité appliquée est celle que la Ville met en place depuis des années pour...le feu d'artifice du 15 août. Il sera donc difficile d'accéder en voiture au centre ville. Nous vous recommandons d'aller sur le site de la ville, www.biarritz.fr ou www.chronoplus.eu pour prendre connaissance du dispositif et déplacements.

  • 14/12/18 | Jacqueline Gourault en déplacement en Dordogne lundi 17 décembre

    Lire

    Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales sera en déplacement en déplacement en Dordogne ce lundi 17 décembre. En fin de matinée, elle sera à Coulounieix Chamiers pour le projet de rénovation urbaine. L'après midi, elle se rendra au Nord du département pour la pose de la première pierre de la maison médicale de Lanouaille. C'est la troisième fois que la ministre se rend en Dordogne depuis dix huit mois.

  • 14/12/18 | De nouveaux équipements pour la section foot d'un collège du 87

    Lire

    Créée en 2011, la section de football du collège André Maurois est labellisée et reconnue par la FFF et l’Education Nationale. Cette section rend possible la pratique du football dans un cadre scolaire privilégié. Afin de les soutenir, le Conseil Départemental de la Haute-Vienne vient de les doter de 14 équipements joueurs complets et 2 équipements gardiens. Dernièrement, la section sportive a formalisé de nouveaux partenariats avec la FFF, le Limoges Football Club et la Ville de Limoges.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Festival international du journalisme : Loi anti-fake news, la solution ?

17/07/2018 | A l'occasion du festival international du journalisme à Couthures-sur-Garonne (47), Aqui était présent au débat sur la nouvelle loi anti-fake news

festival international du journalisme G

Durant 3 jours, la petite ville de Couthures-Sur-Garonne dans le Lot-et-Garonne accueille dans son cadre bucolique, journalistes et experts de tous bords, à l’occasion du festival international du journalisme. Au programme, des ateliers pour les passionnés de l’info, des rencontres avec des journalistes reconnus et des débats animés autour de colloques sur divers thèmes. Vendredi 13 juillet, un débat passionnant autour de la loi anti-fake news, animé par Jean-Pierre Canet, co-créateur de Cash Investigation et Amaury de Rochegonde, rédacteur en chef à Stratégies, a attiré toute notre attention.

Organisé du 13 au 15 juillet derniers par les titres du groupe Le Monde, ce festival international du journalisme, pour sa troisième édition, commence réellement à trouver sa place dans le paysage du Sud-Ouest. Cette année, sept thématiques liées à l’actualité ont été choisies : l’intelligence artificielle et les robots, le chemin de l’exil, l’après #MeToo, les vins du futur, les liens entre journalistes et politiques, l’éducation à l’information, et enfin le journalisme et l’Histoire. Des noms du journalisme français et étranger sont présents pour rencontrer les festivaliers, tels que Jean-Michel Apathie (France Info), Florence Aubenas, Luc Bronner, Fabrice Lhomme (Le Monde), David Pujadas (LCI), Sophie Fontanel (L’Obs), Sonia Devilliers (France Inter) ou encore Éric Chol (Courrier International).  La grande force de ce festival, c’est la possibilité d’échanger librement, entre public et intervenants, dans un lieu ouvert, en plein air et en bord de Garonne. Le parrain de cette saison 2018 n’est autre que l’acteur belge, Benoît Poelevoorde. Le festival international du journalisme, c’est avant tout des rencontres conviviales, mais traitant de sujets sérieux, comme l’explosion des « fake news », liées à l’émergence des réseaux sociaux. Nous avons pu assister à la conférence sur ce thème.

Que préconise cette loi ?

Dans la nuit du 4 juillet dernier, les députés de l’Assemblée Nationale ont débattu et voté sur la loi anti-fake news proposée par le gouvernement pour lutter contre la diffusion de fausses nouvelles. Deux propositions contre la « manipulation de l’information » ont été adoptées. La première concerne l’obligation de transparence pour les plateformes numériques (Google, Facebook, Twitter…) qui diffusent des contenus sponsorisés (contre une rémunération). Le deuxième point concernait la possibilité pour un candidat ou un parti politique de saisir la justice en cas de fausses nouvelles, trois mois avant une élection. Une autre proposition consiste à donner au CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) le pouvoir de suspendre une chaîne télévisée en cas de diffusion de fausses informations (RT Russia pourrait être concernée par cette décision). Cette loi très controversée a suscité de nombreuses réactions hostiles. Elle est jugée « liberticide » par un bon nombre de ses opposants. Alors, cette loi est-elle vraiment la solution ? Faut-il absolument légiférer ? Comment aider les citoyens à déceler le vrai du faux au milieu de toutes ces informations ? Plusieurs journalistes et une représentante de Google ont répondu à ces questions qui remettent en cause le paysage médiatique actuel.

Les géants du numérique dans le viseur

Si les fake news peuvent se propager aussi rapidement sur la toile, c’est qu’elles attirent facilement l’œil des lecteurs et sont largement relayées par les internautes dans un premier temps. Selon la responsable en charge des relations médias et presse chez Google, Bénédicte Autret : « 58% des personnes qui partagent de l’information sur internet le font sans être sûrs de la source ». Les critiques récentes ont visé les géants du numérique qui semblent dépassés face à la diffusion de fausses informations. Pour renforcer ce contrôle, Bénédicte Autret propose trois solutions : « D’abord, couper la source de revenus des sites qui diffusent des fausses informations sur le moteur de recherche. Ensuite, mettre en avant les sources fiables dans le résultat des recherches. Puis, mettre l’accent sur l’éducation tout en travaillant main dans la main avec les éditeurs ». Certes, les géants du numérique ont une part de responsabilité (on l’a vu dans l’affaire du Cambridge Analytica) mais ils semblent peu disposés à régler le problème d’eux-mêmes.

« Un effet pervers de la loi »

Pour beaucoup, cette loi reste inefficace. Selon Fabien Pont, membre de l’ODI (Observatoire de la déontologie de l’information) : « La loi ne sera pas assez efficace. Il y aura beaucoup trop de demandes à gérer pour les juges, ce serait une source de travail énorme. Aussi, il y a un risque de normaliser l’info avec cette loi. Cela est plus inquiétant ». L’autre risque concerne les candidats aux élections, qui pourront se protéger derrière cette loi en période électorale. Jean-Pierre Canet, co-créateur de l’émission Cash Investigation sur France 2, s’inquiète : « Cette loi pose des problèmes de gain de temps pour les candidats. Ils pourront invoquer à tout va la loi anti-fake news lorsqu’une information discréditante est diffusée sur eux, pour gagner du temps lors d’une élection ».
Alors quelles solutions préconise-t-il ? Selon lui, il faudrait d’ores et déjà intervenir sur le volet juridique, et élargir la définition de base sur les fausses informations (celle définie dans la loi de 1881 sur la liberté de la presse et qui n’est plus d’actualité). « De plus, il y a un effet pervers de cette loi. Quel juge est capable de décider si une information est fausse ou non en seulement 48 heures ?  La BBC (radio-télé britannique) affirme qu’il faut trois sources indépendantes pour vérifier une information. Je pense que c’est aux journalistes de faire ce travail de recherche de sources et non aux juges. Notre rôle n’est pas seulement de produire de l’info, il faut aussi la vérifier. Cela passera notamment par le travail, toujours le travail ».

D’où l’émergence de différentes rubriques « fact checking » dans les différents médias, qui permettent de mettre en avant ce travail de sources et de démontrer si une info qui circule est vraie ou fausse. Car si les réseaux sociaux ont une part de responsabilité la diffusion de fausses nouvelles, Fabien Pont rappelle que les grands médias ne sont pas non plus à l’abri de toutes critiques : « Il faudra faire très attention à l’avenir sur le traitement de l’information. Le pire serait d’être discrédité par la diffusion de fausses nouvelles, comme cela a été le cas en 2003 lors de la guerre en Irak (aucune preuve d’armes de destructions massives). Dans le cas présent, si RT Russia émet des doutes sur l’utilisation d’armes chimiques en Syrie par exemple, nous devons prendre le temps de notre côté pour enquêter et vérifier les faits. La vérification des faits donne raison. Il ne faut pas répéter les mêmes erreurs ». Être plus prudent dans l’annonce de l’information, c’est aussi l’avis de Jean-Pierre Canet qui préconise, en réponse à la volonté de juger ceux qui diffusent les fausses nouvelles que « le travail doit surtout être fait sur le message et non sur les messagers ». Il conclut : « Je pense que la réponse contre les fake news n’est pas de légiférer mais d’éduquer sur la question. L’éducation aux médias est primordiale, pour les citoyens, pour les journalistes, si nous voulons lutter contre cela ».

Lutter contre les fausses informations, ce n’est pas seulement légiférer donc, c’est aussi remettre en cause le paysage médiatique actuel. Renforcer le travail de vérification des sources pour les journalistes et les médias avant de diffuser une information, renforcer les contrôles de la part des diffuseurs qui doivent être plus attentifs aux contenus qu’ils transmettent et enfin mettre l’accent sur l’éducation aux médias pour les citoyens, qui doivent eux aussi vérifier, avec leurs moyens. Une éducation qui permet de prendre un peu plus de recul sur les informations que nous recevons, tout en développant notre esprit critique. Ce qui est plutôt une bonne nouvelle.

Nicolas Laplume
Par Nicolas Laplume

Crédit Photo : Nicolas Laplume

Partager sur Facebook
Vu par vous
3330
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !