Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/01/19 : Le lanceur de poids bordelais Jean-Luc Mastromauro a battu le record de France des moins de 50 ans. Il a réalisé 17m19 à Fronton le 13 janvier, améliorant ainsi son propre record de France, établi une semaine plus tôt avec 16m90.

16/01/19 : Dans le cadre du dispositif "Permis de Jardiner" et à l'initiative du collectif Pau Sud, la rue Jacques Terrier sera revégétalisée. La Maison du Jardinier organise le 18 janvier de 14h à 17h une après-midi de plantation participatif.

15/01/19 : le Préfet de la Dordogne a désigné le sous-préfet de Nontron, Frédéric Roussel, référent départemental pour le grand débat national. Il est joignable à l'adresse : pref-granddebat@dordogne.gouv.fr. Plus d'infos : www.granddebat.fr

15/01/19 : Solène Ndama, licenciée au Bordeaux Athlé commence bien la saison. La jeune athlète bordelaise (20ans) réalise la meilleure performance mondiale de la saison au pentathlon (5 épreuves) en salle à Clermont-Ferrand.

14/01/19 : Didier Lallement, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la Gironde, a nommé Thierry Suquet, secrétaire général de la préfecture de la Gironde, comme référent pour le Grand Débat National en Gironde.

13/01/19 : Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français: Faut-il reconnaître le vote blanc? Faut-il rendre le vote obligatoire? Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques

12/01/19 : GJ.La préfecture de Gironde a fait le point suivant à 19h45: 6000 manifestants, 35 interpellations, pas de blessé du côté des forces de l'ordre, des vitrines et du mobiliers urbains dégradés ainsi que des poubelles brûlées.Dernières dispersions en cours"

11/01/19 : Manifestations du samedi 12 janvier. Alain Juppé, maire de Bordeaux, en accord avec le Préfet, a décidé de fermer les lieux publics. L'opération de parking gratuit sur la place des Quinconces est reconduite ce dimanche 13 janvier.

10/01/19 : Avec 6,8 millions de passagers et + 9,3% de hausse de trafic, l'Aéroport de Bordeaux conclut une 9ème année de croissance consécutive. En gagnant 576.000 voyageurs supplémentaires, 2018 représente la meilleure année sur la plateforme bordelaise.

10/01/19 : Pour la période des soldes, le réseau des bus de l'agglomération d'Agen fait voyager en illimité sur l’Agglo pour 1,20€ (au lieu de 2,50€). Offre valable les samedis 12, 19 et 26 janvier 2019.

10/01/19 : Fermeture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation en raison de travaux, du jeudi 10 janv 21h au vendredi 11 janv à 6h. Des déviations seront mises en place par la rocade intérieure et la rocade extérieure, via le pont F. Mitterrand.

09/01/19 : Bernard Giraudel, patron charismatique du Vieux Logis, le restaurant étoilé de Trémolat en Dordogne, est décédé ce mercredi. Il a trouvé la mort sur les routes de Dordogne, à l'âge de 93 ans. Il a fait un arrêt cardiaque au volant de sa voiture.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/01/19 | 150 postes à pourvoir à l'aéroport !

    Lire

    Pôle Emploi et l’aéroport de Bordeaux-Mérignac organisent un job dating inédit en partenariat avec la Ville de Mérignac le 31 janvier prochain. 150 postes seront à pourvoir immédiatement autour d’une vingtaine de métiers allant de l’agent d’exploitation au steward, en passant par l’agent de sûreté ou l’agent de piste. L'occasion, CV en main, de rencontrer directement toutes les entreprises de l’aéroport qui recrutent sur terre ou dans les airs ! Commerces, restaurants, loueurs de véhicules, compagnies aériennes, etc. Infos et détails des postes à pourvoir sur : www.pole-emploi.fr

  • 16/01/19 | Le Raid Saint-Martin : volume 2

    Lire

    Le département de la Vienne et le Stade Poitevin Triathlon organisent les 21 et 22 juin 2019 le 2ème Raid Saint-Martin. Cette épreuve sportive, labellisée, festive et culturelle permet de découvrir le 4ème chemin de randonnée lié à Saint-Martin en Touraine et Poitou. Deux formules XL (150km) seront proposées pour cette édition 2019 et un raid de 90 km. Les équipes s’inscriront par 2,3 ou 4 et pourront profiter d’étapes de course à pied, run and bike, VT canoë et course d’orientation.

  • 16/01/19 | Pyrénnées : partenariat Altibus-Air'Py

    Lire

    Présents actuellement au salon Grand Ski à Chambéry, le gestionnaire de l'aéroport Pau-Pyrénées et Altibus en ont profité pour signer un partenariat qui permet de relier par navette l'aéroport Palois à 18 stations de ski des Pyrénées. Ainsi, Altibus s'implante pour la première fois dans les Pyrénées! Les navettes sont proposées au tarif de 15€ l'aller simple, en correspondance avec les vols de Paris Orly, Brest, Caen, Lille et Strasbourg.

  • 16/01/19 | Dartess et Inno'vin main dans la main

    Lire

    Le leader français du conditionnement et de la logistique des vins et spiritueux, Dartess, souhaite devenir un acteur de l'innovation. En rejoignant le cluster INNO'VIN, qui rassemble plus de 150 acteurs viti/vinicoles en Nouvelle-Aquitaine, Dartess met ainsi l'innovation au cœur de son développement, afin de mieux prendre le virage digital. Ce rassemblement d'acteurs de l'innovation permet de s'associer avec des startups, entreprises ou organismes de recherche et mener des expérience concrètes

  • 16/01/19 | La Nouvelle-Aquitaine consommatrice de glyphosate

    Lire

    Alors qu'un sujet d'Envoyé Spécial y est consacré cette semaine, une étude récente enquête réalisée par France Info sur le glyphosate. Trois départements de Nouvelle-Aquitaine figurent dans les territoires où l'herbicide s'est le plus vendu en 2017 : la Charente-Maritime (271 tonnes), la Charente (270,1 tonnes) et la Gironde (248,9 tonnes). Selon cette enquête, qui se base sur les données de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris), 2017 "représente la troisième année où le produit s'est le plus vendu en dix ans".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Fondation Bergonié : remise de la dotation annuelle au Centre Régional de lutte contre le cancer

04/07/2018 | C'est à l'Espace Beaulieu et en présence de médecins et chercheurs porteurs de projets, qu'a eu lieu, lundi 2 juillet, la cérémonie de remise de la dotation annuelle de la Fondation d'entreprises Bergonié.

fondation bergonié une

Créée en 2011 afin de soutenir l'Institut Bergonié, Centre Régional de lutte contre le cancer dans le grand sud-ouest, la Fondation rassemble aujourd'hui, plus de cinquante entreprises issues de tous les secteurs d'activité du territoire aquitain. Des entreprises grâce à la générosité desquelles, elle a pu, durant les cinq premières années, reverser plus de 2 millions d'euros à l'Institut, permettant ainsi de favoriser tant la recherche que l'acquisition de matériel de pointe. Un financement attribué une fois l'an par la Fondation Bergonié et dont trois projets ont pu, cette année, bénéficier : la création d'une nouvelle base de données rassemblant toutes les informations relatives au diagnostique, au traitement et au suivi des patientes atteintes d'un cancer du sein, le traitement par ultrasons focalisés de ces tumeurs (Breast Resection by HIFU) et le TRANS START 201), un programme de recherche sur le traitement d'une forme rare de cette pathologie.

C'est donc à l'Espace Beaulieu, tout près de l'Institut, qu'a eu lieu, lundi soir, la remise de la dotation annuelle de la Fondation d'entreprises Bergonié Une cérémonie qui s'est déroulée en présence des médecins et chercheurs, porteurs de projets. « La Fondation a vocation à accompagner le mieux possible celles et ceux, nombreux, qui sont atteints d’un cancer, en améliorant les conditions de séjour et de bien-être du patient pendant son hospitalisation, en développant les innovations technologiques et en favorisant la prise en charge « globale » du patient dans le respect des Plans Cancer », précise Patrick Bernard, Président de cet organisme créé en 2011 sous l’impulsion du Professeur Josy Reiffers. Une mission que la Fondation accomplit en finançant des projets d'exception, souvent novateurs et notamment liés à la recherche, à l'acquisition de matériel de pointe ou même aux techniques destinées à améliorer le confort des patients. Des actions pouvant être menées par l'Institut Bergonié en partenariat avec d’autres organismes de dimension nationale ou internationale et qu'elle finance grâce à des dons de mécènes (les entreprises s'engageant alors à donner au moins 5000€ par an durant cinq ans), ou l'aide de donateurs souhaitant soutenir ponctuellement les projets en donnant une seule fois au fonds de dotation. « Un comité scientifique composé de douze oncologues venus de tout l’Hexagone, sommités dans leurs domaines, se réunit en septembre pour déterminer quelles initiatives présentées lors de l'appel à projet lancé en juin, vont finalement être financées », poursuit celui qui avoue être perpétuellement en quête de nouveaux mécènes. Sélection effectuée, ce sont trois des 12 projets initiaux qui trouveront, cette année, un financement, grâce à la générosité de 22 mécènes et plus de 30 donateurs qui ont permis de récolter quelque 535 000€.

 fondation bergonié bis

Une base de données, un traitement par ultrasons et un programme de recherches

 

Historiquement spécialisé dans le cancer du sein (il représente aujourd'hui 40% de son activité), l'Institut Bergonié traite 1200 nouveaux cas de cette pathologie par an. « Notre base de données était vieillissante et avait besoin d'être remise à jour avec des outils modernes », explique le Docteur Gaëtan Mac Grogan, Directeur du laboratoire de biopathologie et dont les cas de cancer du sein pourront désormais bénéficier de la Bergonié Base Rose, base de données clinico-biopathologiques et épidémiologiques. « Plus simplement, une base de données de l'ensemble des cancers du sein pris en charge et suivis à Bergonié afin de permettre aux soignants de disposer d'éléments de suivi indispensables à l'amélioration continue de la qualité et de la performance des soins », précise-t-il. Et des données qui, avec 50 000 nouveaux cas par an sur l'ensemble du territoire (dont 25% de rechute métastatique à 10 ans), permettront, non seulement de savoir si le traitement est adapté, mais doit également contribuer à la recherche.

Porté par le Docteur Jean Palussière, médecin en radiologie interventionnelle à l'Institut, le second projet (Breast Resection  by HIFU) concerne le traitement des tumeurs du sein grâce à des ultrasons focalisés. « Il s'agit d'évaluer l'efficacité de ces ultrasons pour la destruction des tumeurs du sein. L'objectif étant d'obtenir une preuve de l'intérêt et de l'efficacité de ce mode de traitement non invasif et donc sans intervention chirurgicale, chez des patientes volontaires atteintes de cancer », explique-t-il. Une technique qui, -il tient à le préciser- en est encore, pour l'instant, au stade expérimental.

Médecin oncologue spécialiste du sein et porteur du projet TRANSlational research program of START 201 trial (TRANS START 201), le Professeur Hervé Bonnefoi a également vu son travail récompensé par un financement. « C'est un projet qui concerne un sous-type de cancers du sein biologiquement spécial car doté de récepteurs positifs aux androgènes (hormone masculine), alors que les récepteurs pour les hormones féminines (œstrogènes) sont négatifs. On a fait une étude avec des médicaments anti-androgène qui s'est révélée satisfaisante chez 20% des femmes atteintes de ce cancer », explique le scientifique, dont les résultats rejoignent ceux de deux autres études effectuées aux USA. Une pathologie qui touche 2000 patientes par an. « Dans le cas d'un cancer du sein, en moyenne 15% des cas rechutent, ici c'est 50% ! La maladie devient alors disséminée, macro-métastatique et donc avec un certain volume tumoral. Ce que nous voulons, c'est faire mieux ! ». A ce titre, une seconde étude a donc été lancée dans une trentaine d'hôpitaux belges et français. L'objectif ? « Essayer de contrôler la maladie sur 1/3 des femmes durant plusieurs mois, voire plusieurs années , mieux comprendre la maladie -le financement accordé ce soir étant destiné à l'analyse des prélèvements biologiques, qui se fera d'ailleurs à Bergonié-, et enfin, avoir une stratégie de recherche quant au moyen de traiter le problème, car si le traitement marche sur ces patientes, il aura encore plus de chances de fonctionner sur des femmes atteintes de seulement quelques cellules cancéreuses (maladie micro-métastatique) ».

Emmanuelle Diaz
Par Emmanuelle Diaz

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3908
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !