Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/08/19 : Ce samedi une manifestation impromptue s'est agrégée en fin d'après-midi au centre ville de Bayonne, avec gilets jaunes, altermondialistes et beaucoup d'Espagnols venant d'Hendaye. Une grosse armada sécuritaire les attendait. 68 inter- pellations.

24/08/19 : Hier vers 21 heures, des manifestants anti-G7 ont tenté de bloquer l'autoroute A63, non loin du camps d'Urrugne et se sont heurtés aux policiers. Ils en ont légèrement blessé quatre par un tir de mortier d'artifice. 17 personnes ont été interpellées

23/08/19 : Emmanuel Macron accusant le président brésilien de lui avoir "menti" sur ses engagements environnementaux lors du G20 en juin dernier se dit opposé, sur fond d'Amazonie en feu, "dans ces conditions" à l'accord de libre-échange entre l'UE et le Mercosur

21/08/19 : Selon "Mediabask", les Gilets jaunes invitent leurs troupes à se rassembler, pour leur 41e samedi à Bayonne, dans le cadre du G7. Ils estimeraient que le contre-sommet d'Hendaye et d'Irun et la manifestation de samedi ne sont pas assez musclés.

20/08/19 : A Périgueux, Péri meuh, la 3e édition de la fête agricole aura lieu les 20,21 et 22 septembre des allées Tourny à la place Francheville. Elle accueillera de nombreuses animations dont le concours national de la race limousine.

19/08/19 : Angoulême : le réalisateur Claude Lelouch est annoncé au festival du film francophone ce jeudi. Parmi les politiques, François Hollande et Franck Riester sont annoncés dès ce mardi, pour l'ouverture du festival, qui se tient jusqu'à dimanche.

12/08/19 : Essais du Tram D à Bordeaux. Au lieu de 14h c'est en réalité à 17h que les premières rames du tram D ont circulé entre les Quinconces et "Mairie du Bouscat". Ces essais doivent durer trois mois pour une mise en service mi-décembre.

09/08/19 : Saint-Palais-sur-Mer (17) : la plage du Bureau est ponctuellement interdite à la baignade jusqu'à nouvel ordre, pour cause de pollution de l'eau.

02/08/19 : C'est Offenbach, compositeur fétiche de Marc Minkowski, qui ouvrira la saison lyrique de l'Opéra National de Bordeaux avec ses célébrissimes Contes d'Hoffmann. Rendez-vous du 19 septembre au 1er octobre 2019, pour 6 représentations.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 25/08/19 | Niort, ville départ du Tour de Poitou-Charentes

    Lire

    Le 33e Tour cycliste du Poitou-Charentes prendra son départ le 27 août à Niort pour 660 km et 4 jours de courses. Dix-huit équipes de sept coureurs prendront le départ à midi au pied de la salle de spectacle L'Acclameur, direction Aiffres puis Prahecq pour rallier la Charente-Maritime. La deuxième étape se déroulera le lendemain entre Rochefort (17) et Aigre (16). Le 29 août, les coureurs rallieront Châtellerault à Pleumartin dans la Vienne. Dernière étape entre Aigre et Poitiers le 30 août.

  • 25/08/19 | Venez découvrir le golf à Brive

    Lire

    Le 30 août de 18h à 20h, le golf municipal de Brive-Planchetorte propose une initiation découverte à la pratique du golf. Ouvert à tous dès 10 ans, par petits groupes, vous pourrez ainsi découvrir cette discipline sous forme d’atelier. Au programme : explication et présentation de l’équipement du golfeur, jeux sur putting green, visite du parcours en voiturette. Une inscription préalable est nécessaire auprès de l’accueil du golf municipal ou au 05 57 87 57 57.

  • 24/08/19 | La Rochelle : pas de ténors pour l'Université d'été du PS

    Lire

    Alors qu'Europe Ecologie les Verts et la France Insoumise se réunissent chacun autour de leur Université d'été à Toulouse, le Parti socialiste (PS) a lancé la sienne ce vendredi, sur un discours d'accueil du maire Jean-François Fountaine et en présence du président de Région Alain Rousset. Malgré 2000 militants attendus, les grandes figures du PS restent absentes de cette nouvelle formule - François Hollande et Bernard Cazeneuve feront leur rentrée aux Journées parlementaires du PS à Avignon (4-6/09).

  • 24/08/19 | La Rochelle : le premier secrétaire du PS appelle à remettre de l'écologie dans le parti

    Lire

    En marge de l'Université d'été du PS (23-25 août), le premier secrétaire de PS Olivier Faure a appelé à accorder une nouvelle place à l'écologie dans leur réflexion, sous peine d'isolement du parti : "Il n’y a pas d’écologie viable sans le social et pas de société viable sans l’écologie", a-t-il déclaré à l'AFP. Quelques jours plus tôt, Oliver Faure avait déclaré regretté la division ente les partis de gauche (EELV et FI font leur rentrée de leur côté) alors que les municipales sont en vue.

  • 23/08/19 | Corrèze : les agriculteurs entendus par l'État

    Lire

    Le 21 août, Didier Guillaume, Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, a autorisé la Corrèze à valoriser ses jachères, malgré la sécheresse. En effet, c'est désormais une liste de 9 départements, dont la Corrèze, qui font l'objet de la dérogation autorisant la valorisation des jachères. Cette décision permet d'accroître les stocks destinés à l'alimentation des animaux. Face à une autre année de sécheresse, la profession a fait la demande auprès du Préfet dès le 1er juillet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Handicap : « il y a toujours pire que soi »

07/05/2019 | Le handicap est à l’honneur, à l’occasion de la journée « Business Set & Match » du Tournoi BNP Paribas Primrose qui s’est déroulée le jeudi 02 mai dernier.

La table ronde sur le handicap avec Michael Jérémiasz

Le tournoi international de tennis bordelais soutient la cause du handicap. Le mercredi 1er mai, des enfants ont pratiqué le tennis-fauteuil, « un moyen de les sensibiliser subtilement à la cause du handicap » pour les organisateurs du tournoi. La journée « Business, Set & Match » du 02 mai a mis également le handicap à l’honneur à travers plusieurs conférences. Le champion olympique de tennis-fauteuil Michaël Jérémiasz était l’invité de prestige de cette journée au BNP Paribas Primrose. Le tennisman est revenu sur le handicap, son livre « Ma vie, un sport de combat » (ed. Michel Lafon), publié en septembre dernier.

« Mon accident est un merveilleux malheur ». Michael Jérémiasz, quatre fois médaillé olympique de tennis-fauteuil, évoque son accident de ski lors de vacances d’hiver à Avoriaz, en 2000. Il a alors 18 ans. S’il reconnait la peur que lui inspirait sa paraplégie soudaine à l’époque, il revient, non sans humour sur sa nouvelle vie qui a démarré par la suite. Cette dernière a fait l’objet de deux livres. Le premier, « Mon fauteuil, mes amours mes emmerdes » (ed. Marabout, 2011), Michael Jérémiasz l’a écrit seul. « Ce qui explique que le langage ne soit pas très compliqué », s’amuse-t-il.

« Ma vie est un sport de combat » (ed. Michel Lafon, 2018) est le résultat de cinq mois d’entretien entre le tennisman et la journaliste et auteure Virginie Troussier. Pour ces deux autobiographies, « même si le second est plus une biographie », précise Michael Jérémiasz, l’objectif n’est pas la satisfaction de l’égo. « Je veux laisser une race de ma vie de mec en fauteuil, mais aussi de sportif », ajoute le Champion Olympique. Pour lui, le handicap ne doit pas être une barrière, et le sport de haut niveau est un formidable outil de (re)construction personnelle.

L’humour et le désir au service de soi

L’humour et le désir sont moteurs de reconstruction pour Michael Jérémiasz, au même titre que le sport. En effet, selon lui, « il faut rire de l’inacceptable, sans pour autant être cynique. Avec mes frères, nous nous en amusions très vite après l’accident. Je me suis retrouvé paraplégique, je suis en fauteuil roulant, c’est comme ça ».

Michael Jérémiasz

Le jeune retraité du tennis se remémore une anecdote. Lorsqu’il est alité à l’hôpital, à 18 ans, sa première préoccupation n’est pas de savoir s’il pourra marcher à nouveau, mais est-ce qu’il plaît toujours à ces dames ? « Je suis retourné à l’hôpital pendant une semaine pour une greffe osseuse, et je revois cette infirmière ravissante, qui me plaît mais je n’arrive pas à faire le premier pas. Le lendemain mes frères arrivent avec des sacs à dos. Mes frères ne portent jamais de sacs. Au moment de rentrer chez eux, ils ont mis ma petite sonnette pour appeler les infirmières en hauteur je n’arrivais plus à l’attraper ». Les frères de Michael Jérémiasz ont ensuite ouvert leurs sacs à dos et en sortent des magazines avec des photos ‘osées’, les découpent et les collent partout dans la chambre. « En sortant, ils me disent ‘allez, bon courage gros’, et appuient sur la sonnette… l’avantage c’est que ça a brisé la glace entre moi et l’infirmière, avec qui je suis sorti quelque temps ». Le désir, base de cette anecdote au même titre que l’humour, est également un moteur de reconstruction important aux yeux de Michael Jérémiasz. Selon lui, il est nécessaire « d’accepter ce qu’on ne peut plus faire et se concentrer ce qu’on peut faire ».

 

Arrivée en centre de rééducation et carrière sportive fulgurante

Et justement, de capacité il en est question pour Michael Jérémiasz. Que ce soit dans sa carrière handisport ou lors de son arrivée en centre de rééducation, où il s’est senti utile pour la première fois depuis son accident. « Lorsque vous arrivez en centre de rééducation, vous ne choisissez pas votre voisin de chambre, raconte Michael Jeremiasz. En colocation, vous choisissez votre camarade de chambrée. J’ai passé une semaine seul du côté ‘aigu’, avant d’arriver dans ma chambre, où j’ai rencontré Philippe, un ‘tétra’ ». Pour le porte -drapeau de l’Équipe de France Paralympique, partager son quotidien avec un inconnu, qui plus est n’ayant jamais été confronté au handicap auparavant n’a pas été facile. C’est pourtant à ce moment-là que Michael Jérémiasz s’est senti utile pour la première fois depuis son accident. « Là première nuit avec Philippe au centre de rééducation, il était encombré, une sorte de sinusite. Sauf que lui à cause de sa tétraplégie, il ne pouvait pas respirer ni se dégager… J’ai passé la nuit à appeler les infirmiers parce que j’avais peur qu’il s’étouffe. Le lendemain matin on s’est regardé, on venait de partager un moment fort. A partir de là, je me suis dit qu’il y avait toujours pire que soi. Ça m’a permis de relativiser sur mon handicap », se remémore le sportif.

Le sport a permis au tennisman de se reconstruire. Dès 2001, soit un an après son accident, Michael Jérémiasz est devenu champion de France de Tennis Fauteuil, avant, en 2004, de participer à sa première olympiade, où il a glané deux médailles : le bronze en simple, l’argent en double. Le tennisman raconte une discussion avec son frère à l’époque où il commençait le tennis fauteuil. « Mon frère me dit ‘en fait t’es fait pour le tennis fauteuil : mentalement et tactiquement tu étais bon, mais par contre tu avais un jeu de jambe de merde’ ». Michael Jérémiasz a pris sa retraite sportive en 2016, suite aux Jeux de Rio, avant d’intégrer le comité d’organisation de des Jeux de Paris 2024. Le Champion Olympique mène depuis « une vie pleine de surprises et qui sort des sentiers battus ». Afin de banaliser la différence et le handicap aux yeux du grand public, Michael Jérémiasz a fondé l’association ‘Comme les autres’ en 2011, « pour permettre aux handicapés de vivre les mêmes situations que les valides ».

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : Yoan Denéchau

Partager sur Facebook
Vu par vous
2016
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !