Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Ile de Ré : 30 ans de pont et des projets d’avenir

11/06/2018 | L’île de Ré a fêté ce week-end du 9 juin les 30 ans du célèbre ouvrage d’art le reliant au continent

Pont de l'île de Ré

« Les anniversaires ne valent que s'ils constituent des ponts jetés vers l'avenir ». Paraphrasant Jacques Chirac lors du 50e anniversaire des Droits de l’Homme, le député de la circonscription La Rochelle-Ré Olivier Falorni a résumé en une phrase tous les enjeux de ce trentième anniversaire du pont, lors de sa célébration ce week-end à Rivedoux-Plage. Ouvert à la circulation en mai 1988, le pont avait été inauguré en août de la même année, après plusieurs décennies de tractations (lire par ailleurs).

Un pont vers l’avenir, c’est déjà ce qu’il représentait en 1988. Avant le pont, Ré se mourrait à petit feu, se transformant doucement en île de villégiature pour résidants secondaires. « En 1851, l’île comptait 21 000 habitants permanents, plus que 13 000 avant la construction du pont », raconte le président de la communauté de communes Lionel Quillet, qui dût lui-même quitter la maison familiale vers d’autres horizons, faute d’activité sur place… Pour revenir en 1988, dès l’ouverture du pont. « Pour les Rétais, le pont était le signe d’une vie meilleure : un accès aux soins médicaux et de secours, à la vie culturelle rochelaise, au développement de l’activité économique et touristique », rappelle le maire de Rivedoux-Plage Patrice Raffarin. Aujourd’hui 18 000 personnes vivent et travaillent à l’année sur l’île. Sans compter les 3 mille véhicules qui franchissent le pont chaque jour.

Lors de la cérémonie d'anniversaire, avec Lionel Quillet

Un laboratoire de circulation douce

 Et les élus rétais ne comptent pas s’arrêter là. En trente ans, ils ont eu bien des défis à relever : après avoir fait revenir une vie permanente sur Ré, ils ont dû se battre pour conserver une forme d’Ecotaxe, restaurer 66 km de digues suite à Xynthia (toujours en cours), gérer la pression immobilière de plus en plus forte (80% de l’île a été classée inconstructible suite à Xynthia) et développer les transports et la circulation dans l’île. C’est sur ce dernier point que la communauté de communes entend désormais concentrer ses efforts. Elle a profité de ce 30e anniversaire pour dévoiler son plan de développement des mobilités, dont l’achèvement est prévu à l’horizon 2024.

Objectif : « faire de Ré un laboratoire de circulation douce ». Depuis 2012, la Cdc et le Département tentent conjointement de développer les transports doux sur l’île. La navette entre les portes de La Rochelle et Ré connaît toujours plus de succès, avec 130 000 trajets annuels à son actif. Malgré tout, le trafic routier reste en constante augmentation. Les collectivités locales entendent donc inciter les usagers à emprunter davantage les transports collectifs. Un challenge qui nécessite de développer les infrastructures routières. Sept chantiers de création, d’adaptation ou d’agrandissement de sites sont prévus sur cinq ans.

Supprimer les barrières de péage

Le parking du Belvédère, côté continent, est le premier sur la liste.  Il sera agrandi et totalement refondu pour accueillir 600 véhicules (contre 400 aujourd’hui). Il accueillera 6 quais dédiés aux transports en commun, un espace de covoiturage et des bornes de recharges pour les voitures électriques. Les cheminements seront revus afin de faciliter la circulation des piétons et des vélos. Un projet a plus de deux millions d’euros. Sur l’île, cinq pôles d’échanges de ce type seront réaménagés ou créés, à Sablanceaux à Rivedoux, à la Crapaudière à Sainte-Marie, à Cognacq-Jay à Saint-Martin, au niveau de l’aire du phare des Baleines à Saint-Clément et sur la route d’Ars à La Couarde.

Toujours dans l’objectif de faciliter les flux, une passerelle d’une longueur de 52 m sera créée au-dessus de la RD735 pour permettre aux navettes et aux cars d‘accéder directement à la voie réservée du paiement automatique du péage, plutôt que d’avoir à s’insérer dans le trafic routier (projet à 1,5 million d’euros). Pour pousser la démarche jusqu’au bout, la Cdc et le Département envisagent également de supprimer la barrière de péage à l’entrée du pont. S’il n’est bien sûr pas question de supprimer la taxe de passage, les guichets de paiement devraient disparaître au profit de bornes automatiques dans un premier temps (2019) pour arriver à une automatisation des voies (péage par lecture des plaques d’immatriculation via des caméras infrarouge, ndlr) en 2021. Objectif : éviter les bouchons à l’entrée du pont.

Dans l’île, d’autres projets sont prévus pour fluidifier la circulation. Comme l’aménagement d’une voie partagée bus/cycles sur 2 km, entre le secteur du Dépend et le giratoire de la Redoute à Rivedoux, qui permettrait « de gagner jusqu’à une heure de trajet » durant les périodes de fort trafic. Cette route serait complétée par un itinéraire de délestage, dédié au bus, au départ de Sainte-Marie. Un itinéraire sécurisé pou les vélos verrait également le jour sur 6 km, du pont au camping de Sainte-Marie.

 Une troisième voie sur le pont

Ultime et dernier projet des collectivités, qui risque de créer quelques remous : la création d’une troisième voie sur le pont, dédiée exclusivement aux transports en commun. Un projet nécessitant le réaménagement complet de la circulation sur le pont, actuellement disposé en 2x 1 voie, auxquelles sont accolées une piste cyclable/piéton de part et d’autres. Une passerelle dédiée au deux roues passant sous le pont pourrait être envisagée. Des études d’écoulement du trafic doivent être réalisées en premier lieu. Bref, « c’est du lourd et de n’est pas pour tout de suite », comme le résume Lionel Quillet. 

 

Une exposition à voir tout l’été

Exposition sur l'histoire du pont A l’occasion de cet anniversaire, une exposition itinérante, retraçant l’histoire du pont de Ré et de ses différents moyens de liaisons, est à voir jusqu’au 30 août dans les différentes communes de l’île. Les archives départementales de Charente-Maritime ont exhumé cartes postales, coupures de journaux, plans d’aménagements et cartes d’époque pour retracer l’histoire des liaisons maritimes entre Ré et le continent, ainsi que les multiples pérégrinations vécues par l’île jusqu’à l’achèvement du pont en 1988. On y apprend notamment que des échanges commerciaux se tenaient entre La Rochelle et l’île dès le XIIIe siècle, avec – déjà – une taxe de passage dont les usagers devaient s’acquitter. Un trafic qui s’est intensifié avec le temps, au point que les bacs devinrent insuffisants dès le début du XXe siècle, et ce malgré la multiplication des embarcations et des compagnies. On découvre ainsi que la construction d’un pont était réclamée par une partie des Rétais dès 1949 ! Un désaccord sur les différents scénarii envisageables fit échouer un premier projet de construction  dans les années 1960. Et ce fut la voisine d’Oléron qui finalement érigea son pont en premier, en 1966. Relancé dans les années 1970,  le projet de pont pour l’île de Ré fit de nouveau couler beaucoup d’encre et anima de nombreux débats politiques. Le commandant Cousteau lui-même s’en mêla, rencontrant les élus du Département, argumentant contre la construction de l’ouvrage, étude environnementale à l’appui. Le président du Département d’alors Philippe Marchand (1939-2018) dû porter l’affaire au niveau de l’Etat pour obtenir un soutien gouvernemental. Le premier voussoire du pont fut érigé en 1987, treize ans après le vote du projet par le Conseil Général. L’ouvrage lui aura coûté 163,3 millions d’euros.

 

Le pont en chiffres

  • 2926 m de long
  • 15,5 m de large
  • 30 m au-dessus de la mer
  • 50 000 m3 de béton et 6100 tonnes d’acier le composent. Son architecture abrite également les réseaux en eau, en électricité et en fibre optique qui alimentent l’île.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
2228
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !