Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

03/04/20 : Dordogne : au 2 avril, 63 marchés sont ouverts et ont obtenu une dérogation de la préfecture en tenant compte des mesures barrières et sanitaires. Ils sont limités à une quinzaine d'exposants de proximité à l'exception de Périgueux et de Bergerac.

03/04/20 : Charente : depuis le début du confinement, plus de 1700 demandes d’activité partielle ont été déposées auprès de la Direccte, pour près de 15 500 salariés, a annoncé hier la préfecture.

02/04/20 : Ce mercredi, le CHU et l'Université de Bordeaux ont lancé conjointement un appel aux dons pour soutenir la recherche et "accompagner les étudiants via la fondation Bordeaux Université", qui recueille les dons sur son site ou au 06 26 25 45 56.

02/04/20 : Le festival Big Bang de Saint-Médard-en-Jalles consacré à l'espace est annulé et reporté du 25 au 29 mai 2021. Les organisateurs préparent une conférence live et un podcast entre temps, "pour maintenir le lien avec la communauté".

01/04/20 : Covid-19 : le nombre de malades est établi ce mercredi soir à 1845 cas depuis le début de l'épidémie, selon l'ARS. 700 personnes sont hospitalisées; 215 en soins intensifs; 414 sont sorties guéries de l'hôpital. 82 décès sont à déplorer.

01/04/20 : Charente-Maritime : la ville de Marennes et son association de commerçants lancent un appel à manifestation d'intérêt pour créer une boutique en ligne rassemblant les commerçants locaux pour faire de la vente en ligne. Contact:j.girard@gigamotors.fr

01/04/20 : La ville de Périgueux maintient le stationnement gratuit, en voirie et sur le parking Bugeaud, pour toute la période de confinement. Une manière d'inciter les Périgourdins à rester chez eux, mais aussi pour soutenir les commerces restant ouverts.

01/04/20 : La Charente-Maritime se prépare à affronter la "vague" de malades du covid 19 : une quinzaine de centres de consultation temporaire, avec un dispositif sanitaire particulier, seront mis en place entre demain et la fin de semaine (sur rdv uniquement).

31/03/20 : Débuts prometteurs pour la plateforme www.produits-locaux-nouvelle-aquitaine.fr qui met en relation les producteurs et artisans de l'agro-alimentaire et les consommateurs : plus de 1 000 inscriptions de producteurs et 28 700 de consommateurs.

31/03/20 : Covid-19. Afin de permettre aux habitants de faire leurs courses et aux commerçants de poursuivre leur activité, le maire de Mérignac a obtenu de la préfecture une dérogation de réouverture des marchés sous la forme de drives sécurisés.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/04/20 | Deux-Sèvres : 200 tablettes numériques pour les EHPAD

    Lire

    Pour faire face à une situation sociale difficile dans les EHPAD à cause de l'interdiction des visites dans les établissements, le Conseil départemental des Deux-Sèvres distribue dès ce vendredi et jusqu'à lundi prochain 200 tablettes numériques. Ces outils devront permettre aux résidents de garder le contact avec leurs proches en cette période de confinement. L'investissement réalisé par le Département pour l'achat de ces tablettes est de 100 000 euros.

  • 03/04/20 | Cet été, rendez-vous avec le « Le Barbier de Séville » à Sanxay (86)

    Lire

    Depuis 21 ans, les Soirées Lyriques de Sanxay dans la Vienne, 3e festival de chant lyrique de France, proposent chaque été un opéra en plein air, dans les vestiges du théâtre gallo-romain de Sanxay (Vienne). Cet été, les 10, 12 et 14 août, « Le Barbier de Séville » de Rossini sera joué pour la première fois à Sanxay. Cette coproduction Opéra national du Rhin / Opéra de Rouen sera scénographiée et mise en scène par Pierre-Emmanuel Rousseau.

  • 03/04/20 | Les deux résidentes d'un Ehpad bayonnais ont quitté l'hôpital

    Lire

    Les deux résidentes de l'Ehpad Harambillet, qui avaient été testées positives au Covid-19 et hospitalisées, ont regagné l'établissement, respectivement hier 2 avril et aujourd'hui 3 avril. La première, âgée de 86 ans, avait été admise au Centre hospitalier de la Côte basque le 17 mars et la seconde, âgée de 89 ans, le 20 mars. En lien étroit avec l’Agence Régionale de Santé, la Ville de Bayonne et son Centre communal d'action sociale ont mis en place des mesures sanitaires de confinement strictes au sein de cet établissement dès le début de la pandémie.

  • 03/04/20 | Nouveaux renforts de personnels soignants à l'Est

    Lire

    Après un premier départ de personnels soignants dimanche dernier, 18 nouveaux volontaires sont partis le 2 avril pour renforcer les hôpitaux de l'Est de la France. Des médecins anesthésistes réanimateurs et infirmiers anesthésistes de milieux hospitaliers mais aussi des libéraux et des praticiens d'établissements publics et privés. Ils viennent des Landes, de Gironde, du Lot-et-Garonne et de Charente-Maritime, pour renforcer le centre hospitalier et l'hôpital militaire de campagne de Mulhouse pour 4 à 10 jours.

  • 03/04/20 | La Chambre d'agriculture de la Charente, soutient ses agriculteurs pendant le confinement

    Lire

    Mercredi 8 avril de 14h à 18h à la Chambre d'agriculture de la Charente à Angoulême aura lieu une opération de vente d’agneau de Pâques. Organisée par ECOOVI, coopérative de 300 éleveurs ovins, l’action aura pour but d’écouler la viande produite par les éleveurs qui subissent la fermeture de nombreux points de vente à cause du Covid-19. Cette initiative s’inscrit dans un processus de soutient global de la part de la chambre d’agriculture de la Charente aux petits producteurs locaux. Une plateforme web vient d’ailleurs d’être mise en ligne afin de les mettre en relation avec des clients potentiels.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Interview de Philippe Varela, président de l'ADEM et organisateur du Décastar à Talence

20/06/2019 | Habituellement en septembre, l’édition 2019 du Décastar a été avancée aux 22 et 23 juin prochains. La compétition se déroule au Stade Pierre Paul Bernard (Thouars) à Talence.

Philippe Varela

Le Décastar, évènement sportif majeur de Talence et ses alentours. La compétition rassemble le gratin mondial des épreuves combinées en athlétisme. L’évènement est sous-titré « Les Dieux du stade », pas si éloigné de l’image de ces sportives et sportifs herculéens qui prennent part à dix travaux pour les hommes, sept pour les femmes. Philippe Varela a été élu Président de l’ADEM (Association pour le Développement des Épreuves Combinées et du Meeting de Talence), organisatrice du Décastar, le 05 avril dernier. Le successeur de Nicole Durand, figures emblématiques du Décastar avec son mari Jean-Paul, accepte de se prêter au jeu du questions-réponses sur cette organisation titanesque, assurée à 99,9% par des bénévoles.

@qui! : Au-delà de votre élection à la tête de l'ADEM le 5 avril, depuis combien de temps travaillez-vous sur le Décastar?

Philippe Varela : Je suis bénévole à l'ADEM depuis 23 ans exactement. J'étais sur la logistique de la restauration au départ. On travaillait en binôme avec un collègue, et depuis, 23 ans après nous sommes toujours les deux mêmes. Mon premier Décastar s'est déroulé en 96 avec une année exceptionnelle à travers la venue de Jean Galfione, qui après une première journée compliquée a réalisé la meilleure performance mondiale (équivalent du record du monde, ndlr) de perche en décathlon à 5m75. Marque qui tient toujours, depuis la tentative manquée de Renaud Lavillenie lors du Décastar 2013.

@qui! : Deux bénévoles me racontaient que le Décastar est le seul meeting au monde géré à 99,9% par des bénévoles. Comment expliquez-vous un tel fonctionnement ?

PV : C'est notre fierté. Je pense que nous en sommes d'autant plus fiers après la remise de la Plaque Héritage par la Fédération Internationale d'Athlétisme (IAAF) le 10 mai. Pour une association telle que la nôtre, c'est un honneur. Aujourd'hui, des évènements sportifs internationaux organisés par des bénévoles et sur un statut associatif, ça n'existe pratiquement plus. Malheureusement, nous en avons vu disparaître beaucoup ces vingt dernières années. Nous nous battons tous pour maintenir le Décastar, bien que ce soit de plus en plus compliqué, en raison de normes sécuritaires contraignantes ou de pressions médiatiques plus importantes. Nous avons par conséquent des besoins de plus en plus professionnels, et nous devons, en tant que bénévoles, monter en compétence et être au même niveau que les professionnels, ce qui demande beaucoup d'investissement personnel.

@qui! : Le Décastar est une organisation à temps plein pour les bénévoles. C'est peut-être plus facile pour un.e étudiant.e ou un.e retraité.e, parce qu'on peut se dégager plus de temps qu'un actif. Justement, vous travaillez encore en parallèle de votre présidence de l'ADEM, comment arrivez-vous à gérer les deux ?

PV : En fait, c'est un engagement à temps plein sur l'année. Il faut annualiser l'opération, surtout pour le poste de président. Sur le Décastar qui va se dérouler le week-end prochain (22 et 23 juin), on va déjà commencer à préparer celui d'après. Forcément plus l'évènement arrive, plus l'engagement doit être conséquent, pour moi c'est pris sur les congés.

@qui! : L'ADN très familial du Décastar doit aider un peu aussi...

PV : Cet esprit est essentiel pour tenir tous ensemble. C'est une association, et tous ses bénévoles sont très solidaires, travaillent pour un objectif commun. Il peut y avoir des discussions, des avis divergents, mais c'est justement ce qui fait la richesse de l'association par rapport à une entreprise. Tout est partagé. Les décisions sont prises en amont, mais dans le déroulé évènementiel, tout le monde est aligné sur le même objectif et donne le meilleur de lui-même.

Au total le week-end, plus de 300 bénévoles sont présents, contre une trentaine de personnes à l'année pour le Conseil d'Administration et le Comité d'Organisation.

@qui! : Toujours sur le thème du bénévolat : dans la société actuelle, c'est de plus en plus dur de trouver des bénévoles. Ceux qui sont engagés depuis des décennies, comme vous, commencent à prendre de l'âge. Ce n'est pas toujours facile de renouveler, à terme ça pourrait devenir un problème pour vous ?

PV : Non, je ne pense pas. Il y a une telle attractivité autour de notre meeting : c'est un évènement international. Certains voient ça comme une chance, de devenir bénévole au Décastar. C'est un engagement, pour la majorité, sur un week-end. Ce n'est pas comme être bénévole pour un club de sport, où il faut accompagner tout le tissu sportif et associatif, qui représente un engagement à l'année beaucoup plus contraignant.

L'idée ici, c'est de trouver un équilibre entre l'investissement et le plaisir. Nous avons la chance de pouvoir l'apporter, et de le ressentir auprès des bénévoles. La preuve : à partir du moment où on a été bénévole une fois pour le Décastar, on est fidèle à l'association. Les liens, la convivialité au sein de l'ADEM viennent de là.

C'est en plus un évènement très attractif pour les jeunes. Cette année nous avons sollicité le domaine universitaire de Talence et la faculté des STAPS (Sciences Techniques des Activités Physiques et Sportives), et les jeunes ont beaucoup d'appétence pour venir nous aider et découvrir un tel évènement. Je pense que c'est la même chose, à moindre échelle, que ce qui s'est ressenti autour de la Coupe du Monde 98.

@qui!: C'est d'autant plus rassurant que les Championnats d'Europe d'athlétisme auront lieu à Paris en 2020, avant les Jeux Olympiques de 2024, là aussi en France...

PV : Aujourd'hui nous avons la chance d'avoir un porte drapeau (Kevin Mayer, ndlr), recordman du monde, qui donne envie d'aller le rencontrer. Je ne m'en fais pas du tout pour la période 2020-2024. Pour nous, de telles organisations sont un beau levier pour consolider toute notre association et notre meeting.

@qui! : L'édition 2018 et la visibilité obtenue grâce, notamment, au record du monde de Kevin Mayer, ne pourrait pas vous servir pour cette année, notamment en termes de fréquentation ?

PV : La fréquentation, c'est l'inconnue aujourd'hui. Nous avons parlé des athlètes, des partenaires, des bénévoles, ces derniers avaient d'ailleurs des activités au mois de juin. D'un autre côté, nous récupérons plus de jeunes, comparé au mois de septembre, on devrait être à l'équilibre côté bénévoles. Là où nous n’avons pas encore de retour, c'est le public. Nous sommes très optimistes, mais entre la météo et le public, c'est là que nous mesurerons la réussite de ce meeting.

@qui! : L'édition 2019 du Décastar a été avancée de trois mois à cause de l'organisation des Championnats du Monde au Qatar. Quelles sont les difficultés pour vous cette année, s'il y en a ?

PV : Ça restera une année exceptionnelle pour nous, avec la succession de Nicole et Jean-Paul Durand, qui présidaient l'ADEM depuis plus de quinze ans. Ça nous affecte tous. Fort heureusement Nicole reste présente à nos côtés aujourd'hui, et nous l'en remercions. En plus de cela, le changement calendaire. Nous avons dû découvrir un calendrier complètement différent, qui a surpris tout le monde.

Nous, ADEM, avons été surpris par le plateau d'athlètes, vraiment exceptionnel cette année. En septembre, nous avons un plateau convivial, c'est la fin de saison, ou alors c'est revanchard, parce que certains athlètes ont raté leur saison, et veulent se rattraper à Talence, comme l'an dernier par exemple, avec le record du monde de Kevin Mayer.

Cette année, ce sera plus compétitif. Les athlètes sont plutôt sur des objectifs de performance à réaliser en vue des mondiaux. Je crois que c'est le meilleur plateau que nous ayons eu : un recordman du monde, une Championne Olympique (la belge Nafissatou Thiam, ndlr) et un espoir girondin (la bordelaise Solène Ndama)... Je pense qu'il va y avoir beaucoup d'étoiles sur le stade ce week-end.

 

Pour assister au Décastar 2019, qui se déroulera les 22 et 23 juin prochains à Talence (Stade Pierre Paul Bernard), la billetterie en ligne est ouverte.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : Yoan Denéchau

Partager sur Facebook
Vu par vous
3359
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !