Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/02/19 : Charente : Frédérique Bredin, Présidente du CNC, se rendra au Pôle Image Magelis à Angoulême demain, pour aborder notamment les questions du crédit d’impôt international qui favorise les tournages de films étrangers en France.

17/02/19 : « Ça suffit » : La Fédération du P S de Gironde appelle à rejoindre le rassemblement contre l’antisémitisme du mardi 19 février à 19 heures, Place de la République à Bordeaux, dans le cadre de la déclinaison locale de l’appel national

16/02/19 : Quelques 2 à 3.000 personnes à Saint Vincent de Cosse en bord de Dordogne ce samedi en présence de nombreux maires et du président du département pour soutenir le contournement de Beynac dont les travaux sont suspendus après l'arrêt du Conseil d'Etat

16/02/19 : Charente : le rectorat a annoncé hier douze fermetures d'écoles et vingt trois fermetures de classes, particulièrement en milieu rural, pour la rentrée 2019. A Voulgezac/Plassac-Rouffiac, c'est carrément le groupe scolaire qui disparaît.

15/02/19 : La Rochelle : Réunion publique dans le cadre du grand débat national « Transition écologique, un devoir laïc, démocratique et citoyen » Salle de l’Oratoire, ce dimanche à 14h.

15/02/19 : Charente-Maritime : la mairie de Clavette, près de La Rochelle, organise un Grand Débat national sur le thème de la fiscalité, mardi 26 février à 19h à la salle des fêtes.

15/02/19 : La Rochelle : suite à un nouvel appel à manifestation sur les réseaux sociaux, non déclaré en préfecture, cette dernière a renforcé son dispositif de sécurité et réitéré son arrêté interdisant la vente et la détention de produits chimiques.

15/02/19 : Suite à une AG extraordinaire qui s’est tenue ce jour, le Frac Aquitaine change de nom. En référence à la dimension territoriale de ses missions et au nouveau bâtiment qu'il intégrera d'ici juin, il se nomme désormais Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA.

14/02/19 : Virginie Calmels a fait part de son retrait de la vie politique lors d'une réunion de la majorité municipale bordelaise ce jeudi 14 évrier et devrait renoncer à son mandat municipal concomitamment avec Alain Juppé début mars.

13/02/19 : Les artistes Benjamin Biolay et Melvil Poupaud se retrouvent sur la scène du théâtre Ducourneau d'Agen, vendredi 15 février à 20 h 30 pour présenter leur Songbook idéal.

13/02/19 : Contre la Réforme des lycées, les établissements de la Rive Droite se mobilisent, le jeudi 14 février, à 17h30. Depuis le lycée Elie Faure, direction les Iris puis le lycée Mauriac pour un rassemblement place Stalingrad.

13/02/19 : Le jeudi 21 février, O2 Radio organise une émission spéciale "Grand Débat National" en direct de 19h à 21h sur 91.3FM ou Facebook. L'émission s'articulera autour de trois thèmes : Fiscalité et dépenses publiques, Institutions et Transition écologique.

Juppé : une démission lourde de sens

Il a tourné la page entre émotion et lassitude...Emotion lorsque la voix s'est brisée à l'évocation du couple qu'il formait avec la ville, lassitude lorsqu'il a esquissé les raisons de fond qui l'ont décidé à ne pas briguer un mandat supplémentaire, le « mandat de trop » que l'on n'allait pas tarder à lui jeter à la figure. Oui, ce qui nous a semblé le plus révélateur du choix d'Alain Juppé de renoncer à se représenter et à accepter, en 24 heures, la proposition qu'on lui a faite, c'est ce sentiment que le combat n'en valait plus forcément la peine, en tout cas pas sur la place publique, dans un contexte où, il l'a souligné, l'esprit public « est devenu délétère ». Et de pointer la haine, la violence, les mensonges qui envahissent les réseaux sociaux et ces affirmations péremptoires sur le mode « élus tous pourris et élites stigmatisées »... D'aucuns railleront ces propos et, déjà, sans sourciller égrènent les moments les plus rudes d'un parcours politique, longtemps dévoué à Jacques Chirac. C'est tout juste s'il ne faudrait pas s'excuser, aujourd'hui, d'accorder un peu d'attention aux propos d'un homme de droite qui n'a jamais placé ses désaccords au-dessus des valeurs de la République. Un républicain qui a claqué la porte d'un parti qui n'a plus rien à voir, sous Wauquiez, avec ce qui fut naguère l'UMP, l'Union pour un mouvement populaire. Désormais tenu à un vrai devoir de réserve, dans quelques semaines, au sein du Conseil constitutionnel, il exprimera des points de vue dont on peut penser qu'ils ne seront pas inutiles à un président qui va devoir, justement, ouvrir le chantier des réformes institutionnelles.


- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/02/19 | L'actualité du Polar à La Machine à Lire le 22 février

    Lire

    Le polar sera encore à la fête cette semaine à La Machine à Lire... Le vendredi 22 à 20h La Machine à Polar se penchera sur les nouveautés, autour tout naturellement de Hervé Le Corre qui vient de publier «  Dans l'ombre du brasier », Yan Lespoux, enseignant et responsable d'un blog sur le roman noir (encoredunoir) et Olivier Pène, libraire à La Machine à Lire.

  • 16/02/19 | Landes : le Département refuse la carte scolaire

    Lire

    Le Comité Départemental de l'Éducation Nationale (CDEN) se tenait le 15 février à la Préfecture des Landes. Malgré les résultats positifs du partenariat entre la Région et le CDEN pour les transports, le Conseil départemental des Landes refuse de mettre en place la carte scolaire. Xavier Fortinon a dénoncé l'évolution de cette dernière, qui "fragilise l'équilibre du territoire". Le Président du Conseil départemental maintient toutefois la gratuité des transports scolaires.

  • 16/02/19 | La mort de Gérard Vandenbroucke

    Lire

    Réaction d'Alain Rousset après la mort de Gérard Vandenbroucke, 1° vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine : « De maire à président du Conseil régional du Limousin et de Limoges Métropole, il a offert sa vie à l'action publique et aux services des autres. À mes côtés, il fut un homme digne, amoureux de son territoire qu'il défendait avec conviction et passion. Je retiens aussi qu'il aimait rire, sourire et réfléchir. Preuve en est avec son salon du dessin de presse et d'humour à Saint-Just Le Martel dont il était si fier. Courageux, chaleureux, accessible, ardent défenseur de la liberté de la presse, tel était Gérard.»

  • 16/02/19 | Gilets Jaunes : la Région intervient

    Lire

    Un geste financier pour les commerçants. Dans un communiqué du 15 février, la Région annonce avoir débloqué une enveloppe de 2 millions d'euros à destinations des commerçants et artisans victime du mouvement des Gilets Jaunes. Le montant de l'aide sera compris entre 2.000 et 10.000 euros. D'après le Conseil régional, "les entreprises éligibles à ce soutien exceptionnel devront avoir constaté une baisse de leur exploitation d'au moins 30% par rapport aux années précédentes".

  • 15/02/19 | Royan : imaginez la plage du futur !

    Lire

    La Communauté d'Agglomération Royan Atlantique (CARA) organise un concours d'artistes amateurs. Ce dernier a pour thème "ma plage en 2040" et s'inscrit dans le cadre du plan plage territorial de l'agglomération. Toutes les formes d'art sont acceptées, du dessin à la sculpture en passant par la vidéo. La CARA souhaite prendre en compte la vision des citoyens dans sa politique d'aménagement du territoire. Les candidatures d'artistes sont à envoyer pour le 3 mai au siège de la collectivité.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | L'affiche 2018 des Fêtes de Bayonne 2018 casse les codes

27/02/2018 | Exit, le Roi Léon, le fond rouge traditionnel, Glawdys Esnault qui a remporté le concours de la célèbre affiche des Fêtes inspirée des premières œuvres de Saez. Son frère, habitué des Fêtes qui l'a incité à participer

Affiche Fêtes Bayonne 2018

L'hiver, l'esprit festayre est en sommeil mais bien présent dans le subconscient. En effet, six mois avant le fameux lancer de clés depuis le balcon de la mairie de Bayonne le 25 juillet, 11 214 personnes ont participé au vote, entre autre via internet, pour déterminer le lauréat ou la lauréate parmi cinq finalistes. Et c'est une jeune artiste qui vit entre Montauban et Paris qui a remporté ce concours 2018.

"Le changement c'est maintenant! " auront pu commenter les premiers témoins de la divulgation du concours annuel de l'affiche des Fêtes de Bayonne 2018. En effet le fond bleu qui rappelle un ciel d'été à l'occasion d'un feu d'artifice dont les clés feraient partie des fusées et cette croix basque (Lauburu en euskara) d'où semblent émerger les acteurs de la symbolique: festayres, bandas et toros prend indiscutablement à contre-pied les codes, on peut le dire ainsi, habituels.

Cette affiche qui colle à la liesse annuelle depuis 1938 fait partie des joyaux de la couronne du Roi Léon que se sont disputés cinq finalistes, Perrine, Flora, Aurore Claude et Glawdys. C'est cette dernière, Glawdys Esnault,  qui a décroché la cocarde à l'issue de l'addition des votes de la commission extra-municipale des fêtes présidée par Henri Lauqué avec 39,42% des suffrages, devant Flora  Roliers, (28,46%), Claude Davancens (20,34%), Perrine Honoré, (6,13%) et Aurore Brunet (5,65%).

Henri Lauqué s'est tout d'abord réjoui, comme le maire de Bayonne et président de la Communauté Pays basque Jean-René Etchegaray, de l'étonnante participation des votants: 11 214 personnes se sont exprimées via internet dont 728 depuis le Musée basque et de l'Histoire de Bayonne en bord de Nive où étaient exposés les cinq projets entre le 10 et le 25 février et que sont allés admirer 1652 visiteurs. "Un nombre inférieur à l'année précédente, mais il est vrai que nous avons eu le temps le plus pourri", commentait Henri Lauqué. Sans surprise 62,28% des votes (6984) proviennent des Pyrénées-Atlantiques et des Landes dont 33% (2311) de Bayonne.

Jean-René Etchegaray a savouré avec délectation la provenance des autres suffrages: de la France entière, de Dunkerque à Nice et de Brest à Strasbourg en passant par l'Outre mer. Mais la surprise provient de votes venus du monde entier, des États Unis, (Boston, Bakersfield, New York), Maroc, Algérie, Espagne, Suisse, Allemagne, de nombreuses villes d'Afrique, comme Douala, Kinshasa, Brazzaville; du Qatar, voire d'Hawaï et de Thaïlande. Mais là on peut imaginer qu'il s'agit de surfeurs expatriés. Dont certains font le voyage pour la grand-messe du mercredi 25 juillet avec le lancer de clé auquel Gwladys participera au 29 juillet.

Enfin avant de dévoiler l'œuvre dissimulée derrière un tissu vert, Henri Lauqué, comme Jean-René Etchegaray et Yves Ugalde (notre photo) se sont réjouis de constater la symbiose d'appréciation entre le jury de la commission extra-municipale et celle du public. Parfois Vox populi est vox Dei...

"Je me suis inspirée des anciennes affiches  d'Arnaud Saez"

"Les anciennes affiches d'Arnaud Saez m'ont inspirée, c'est un choix que j'assume tout à fait. Ses affiches sont joyeuses et simples et j'ai cherché à créer la mienne à partir d'un symbole fort, la ronde à partir d'une croix basque", souligne en préambule cette jeune graphiste blonde installée à Montauban qui connaît les classiques. "Je pensais même à plusieurs croix comme des rondes qui se démultiplieraient, mais en affiche cela ne fonctionnait pas.  Alors je n'en ai gardé qu'une en me disant qu la base de toutes les rondes, il y avait la famille. La famille, c'est la ronde qui crée toutes les rondes"

Et Glaxdys de poursuivre: "C'est mon frère qui participe depuis plusieurs années aux Fêtes de Bayonne qui m'a encouragé à m'inscrire à ce concours. " Le ciel bleu qui fait office de fond comme la répartition des clés et des pictogrammes qui ont inspiré l'artiste illustre aussi ces feux d'artifice de l'été, spectacles oh combien familiaux. Enfin comme cela figurait sur le cahier des charges, Glawdys n'a pas omis d'intégrer dans la ronde, inscrite en lettres immaculées: "Baionako Bestak " et "Las Hestas de Baiona" ("les fêtes de Bayonne" en français conventionnel) au nom de la bonne entente des cultures basque et  gasconne qui se déversent paisiblement entre Nive et Adour.

Chacun aura noté outre l'absence des couleurs rouge et vertes du Pays basque, celle remarquée de Léon, roi de Bayonne et jusque-là incontournable monarque du visuel de ces fêtes qui rassemblent un million de festayres chaque année. Un élu présent dans la salle des mariages a lancé.... "Cela lui refroidira la tête...!" C'était semble-t-il encore sa fête hier matin! Allez savoir pourquoi...

Ces célèbres Fêtes de Bayonne deviendront-elles désormais payantes?

Depuis l'an dernier, une question devient récurrente: les Fêtes de Bayonne vont-elles devenir payantes? Le maire de Bayonne, Jean-René Etchegaray ne cachait pas, ce matin encore, que la question était à l'étude.  "Depuis l'an dernier, les mesures de sécurité ont encore augmenté pour les raisons que chacun connait et qui sont la condition de leur pérennité. Mais elles ont un coût. Le budget?  1 700 000 euros pour la Ville. (NDLR.- comme au contribuable bayonnais). Certes, elles génèrent un économie non négligeable mais leur coût devient un peu pesant. "Sur un million de festayres, vous vous doutez bien, qu'il n'y a pas que des Bayonnais aux Fêtes de Bayonne. Nous étudions toutes les pistes et les moyens de faire appliquer cette contribution."

L'an dernier, pour des raisons de sécurité, la ville aux remparts avait été bouclée et quatre accès matérialisés pour pénétrer au cœur de la Fête, du Grand au Petit Bayonne. L'étape suivante consisterait-elle à les "habiller" l'été prochain de guichets d'entrée?

Certains avancent déjà un pass accès au prix de 5 euros la journée. D'autres souhaiteraient que Dieu reconnaisse les siens, c’est-à-dire des Bayonnais soient dispensés de cette contribution. La question est posée. De toute façon, Jean-René Etchegaray le maire et Henri Lauqué n'attendront pas les calendes grecques pour prendre une décision.

 

 

 

 

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
20774
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !