Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/11/18 : Le pont d'Aquitaine sera fermé à la circulation pour des travaux de maintenance dans les 2 sens de circulation entre les échangeurs 2 et 4a le 14 novembre de 21h jusqu'au 15 6h et le 15 novembre de 21h jusqu'au 16 6h.

13/11/18 : [Rectificatif] Le Parc Marin fait savoir ce soir que contrairement à ce qui a été annoncé à l'issue du vote du Parc Marin le 8 novembre, le grand port de La Rochelle n'avait pas voté pour le projet d'extraction de granulats dans l'estuaire.

12/11/18 : La Rochelle : à partir de lundi prochain, Pierre Thepot succédera à Alain Michel au poste de Directeur Général du Groupe Hospitalier de La Rochelle-Ré-Aunis, des Centres Hospitaliers de Rochefort et de Marennes et de l’EHPAD de Surgères.

09/11/18 : 1ères Assises régionales de lutte contre le gaspillage alimentaire en Nouvelle-Aquitaine, les 13 et 14 novembre au lycée Vaclav-Havel de Bègles portant sur « Alimentons la Transition écologique et solidaire ! »

07/11/18 : Semaine européenne pour l'Emploi des Personnes Handicapées. Table ronde à Bordeaux pour un échange sur le thème de l'inclusion des personnes handicapées le 22 novembre de 9h à 11h30 au Pullman Bordeaux Lac organisée par l'Agefiph

07/11/18 : 17338. C'est le nombre de visiteurs que Cap Sciences à Bordeaux a reçu en 15 jours pendant les vacances de La Toussaint.

07/11/18 : La semaine de la petite enfance, organisée par La Cali du 12 au 17 novembre, dédiée aux enfants/parents porte sur « Aider à grandir les 0 - 4 ans », et a lieu à Izon, St Quentin de Baron, Coutras, Libourne, St Denis de Pile, Nérigean et Génissac.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/11/18 | Réunions publiques sur les digues de protection dans le Marmandais

    Lire

    Les digues de protection contre les crues de Garonne au cœur de 5 réunions publiques dans l’agglomération du Val de Garonne. Ouvertes au public, elles ont lieu à Marmande, jeudi 15 novembre à 18h30, à Fauguerolles, lundi 19 novembre à 18h30, à Meilhan-sur-Garonne, lundi 26 novembre, à 18h30, à Monheurt, jeudi 29 novembre à 18h30 et à Tonneins, lundi 3 décembre à 18h30.

  • 13/11/18 | Billère: une expo pour les plus petits

    Lire

    Jusqu'au 31 décembre, la médiathèque d'Este à Billère (64) présente "Jouons avec les livres", une exposition pour les tout-petits de l'illustratrice Emilie Vast qui met en scène plantes et animaux, comme autant de personnages venant raconter leurs histoires dans des illustrations stylisées, douces et poétiques. Amoureuse de la nature et inspirée par les arts graphiques du passé, l'univers graphique de l'illustratrice, qui est aussi auteure et plasticienne, joue avec les lignes pures, la couleur en aplat et le contraste. Tout pour plaire aux 3 ans et plus. Entrée libre

  • 13/11/18 | Le campus euro-régional Bordeaux Pays basque récompensé

    Lire

    Le 8 novembre à l’Ambassade d’Espagne à Paris, les Universités de Bordeaux et du Pays Basque ont reçu le Prix Dialogo France pour «leur projet commun de développement d’une communauté euro-régionale de recherche, formation et transfert de connaissance». Leur alliance renforcée depuis 2011 a en effet permis la création de 5 doubles diplômes, l’augmentation de la mobilité étudiante entre Bordeaux et Pays Basque, la délivrance de doctorats en cotutelle, la création de 2 laboratoires transfrontaliers communs et le projet de campus Ocean Experience qui s’appuie sur un cluster de 50 entreprises euro-régionales.

  • 13/11/18 | Vous avez 4 heures

    Lire

    Le 19 novembre, la Communauté de Communes 4B, la ville de Barbezieux-Saint-Hilaire et la CCI Charente organisent « 4 Heures de la transmission-reprise d’entreprise » au Logis de Plaisance à Barbezieux. Au cours cette après-midi,une table ronde sur « les clés d’une transmission d’entreprise réussie » aura lieu à 14h30. S’en suivra des rdv individuels de 20 minutes avec des professionnels tels que des notaires, avocats, experts-comptables... pour toutes les personnes qui souhaitent reprendre une entreprise ou bien transmettre.

  • 12/11/18 | Mérignac: Le stade nautique acté par la Métropole

    Lire

    Après un passage en conseil municipal le 5 novembre, puis un vote le 9 novembre en conseil de Métropole, le projet du futur stade nautique de Mérignac, reconnu d’intérêt métropolitain, est lancé. Ce complexe aquatique, mêlant apprentissage de la nage, loisirs, bien-être, pratique sportive et accueil de compétitions d’envergure grâce à un bassin de 50 m doté de 10 couloirs, répond au besoin de plans d’eau inscrit dans le Plan Piscine élaboré par Bordeaux Métropole en mars 2017. Le coût de la construction sera assuré par Bordeaux Métropole (57%) et Mérignac (43%) pour une livraison prévue à l'été 2022

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | L'école rurale au coeur des préoccupations des maires de Dordogne

14/02/2018 | Réunis ce mardi, les maires de Dordogne ont débattu de la santé, la sécurité de proximité et surtout de l'école. La classe unique de village semble condamnée.

La préfète de la Dordogne a tenté de convaincre les maires de Dordogne

Lors de l'assemblée générale de l'Union des maires de la Dordogne, les débats ont concerné la sécurité de proximité, la santé et surtout l'école. Le modèle de l'école de village de la République et de la classe unique ont-ils vécu ? Il semblerait que oui. Les élus en premier lieu les maires sont fortement incités à se regrouper avec d'autres communes, voire d'entamer une réflexion à l'échelle de la communauté de communes, pour inviter un nouveau modèle d'école de la République en milieu rural. Ce sujet, dans un contexte de baisse de démographie scolaire, inquiète.

La Dordogne devrait perdre 645 élèves et le département de la Dordogne gardera tous ses postes d'instituteurs pour les écoles primaires et maternelles à la rentrée de septembre 2018. Pourtant le sujet de la carte scolaire et de l'école rurale a été au coeur des débats de l'assemblée générale de l'Union des maires de la Dordogne. Deux visions s'affrontent : celle de l'Etat qui incite fortement au regroupement d'écoles afin de densifier le tissu scolaire et de créer une "école rurale attractive". Et celle des élus, en particulier des zones rurales, qui craignent de voir fermer leur école. "Pour de nombreux maires, la fermeture de l'école de village annonce la fermeture future de commerces. Et dans les prévisions de la carte scolaire qui doit être validée vendredi prochain, plusieurs écoles à classe unique devraient fermer à la rentrée. Elles seraient au nombre de 13. Et la Dordogne bénéficie d'un maillage territorial au niveau scolaire, très dense : le département compte 400 écoles contre par exemple 300 dans les Landes , qui est aussi un département rural. Anne Gaëlle Baudouin Clerc, la préfète de la Dordogne, a tenu à rappeler aux élus que l'école rurale est une priorité du gouvernement et souhaite travailler avec les maires pour créer "un réseau scolaire plus durable." La représentante de l'Etat souhaite engager avec les maires et le conseil départemental une nouvelle convention ruralité. Celle qui est en cours arrive à échéance à la rentrée. "On nous incite à créer des regroupements à quatre classes. Les établissements scolaires à quatre classes en milieu rural, il n'y en a pas. Il va falloir qu'une collectivité se dévoue pour créer une école et ce ne peut pas être la commauté de communes, elle n'a pas la compétence scolaire," intervient le maire de Simeyrols, Vincent Flaquière.

Le témoignage du maire de Saint-Amand-de-Coly

Pour la préfète, ce seuil  fatidique de quatre classes ou le regroupement du cycle 3 au sein d'un collège de proximité, ne sont que des pistes de réflexion parmi d'autres.  Elle a semblé avoir du mal à convaincre certains élus. La représentante de l'Etat réfute l'immobilisme sur le sujet : elle souhaite "donner une prime à ceux qui se bougent et qui tentent de trouver des solutions innovantes pour bâtir un projet éducatif solide sur le territoire. " Certains maires ont déjà réfléchi à ce que qui pouvait être fait en termes de regroupement d'offre scolaire, comme en témoigne Vincent Geoffroid, maire de Saint -Amand -de- Coly. 

"Actuellement, nous avons deux classes sur Saint-Amand et une classe à Coly. Pour la prochaine rentrée, nous avons déjà acté avec les élus de Coly et les enseignants, la fermeture de l'école communale. Nous regroupons les 3 classes sur Saint Amand. Cela représente 70 élèves, de la maternelle au CM2. En vallée de la Vézère, nous avons une chance relative : les effectifs scolaires sont stables, ce n'est pas le cas partout. Ce regroupement des deux écoles s'accompagne d'un projet de fusion des deux communes, en bonne voie. La commune nouvelle représenterait alors 620 habitants  et nous pourrons porter des projets plus conséquents pour développer notre territoire commun. Au tour du projet de l'école, nous avons aussi celui de la cantine scolaire qui prendrait place dans le séchoir à tabac (il est utilisé pour des spectacles en saison estivale ) avec un partenariat avec des agriculteurs locaux pour l'approvisionnement des denrées alimentaires. Dans sa globalité, cette action représente un budget autour de 90 000 euros. L'école de Coly serait transformée en relais d'assistantes maternelles pouvant recevoir entre 10 et 11 enfants de 3 mois à 3 ans.  "Ce qui m'inquiète le plus, c'est le seuil des quatre classes, qui semble nous être imposé alors que nous voulons nous inscrire dans un projet de territoire", ajoute Vincent Geoffroid. 

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
38659
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !