Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

19/09/18 : Fermeture du Pont d’Aquitaine dans les deux sens sur la section de la rocade A630 entre les échangeurs 2 et 4 du mercredi 19 à 21h au jeudi 20 sept à 6h, du jeudi 20 à 21h au vendredi 21 sept à 6h, du samedi 22 à 22h au dimanche 23 sept à 18h.

19/09/18 : Charente-Maritime : un nouvel arrêté limite l'irrigation à compter de ce matin 9h à un volume hebdomadaire de 7% du volume restant à consommer depuis le 15 juin, sur les bassins Seudre, Bruant, Charente aval, Marais Sud et Nord de Rochefort, Seugne.

18/09/18 : Charente-Maritime : Gérard Davet et Fabrice Lhomme, les auteurs d'"un président ne devrait pas dire ça", seront à l'Agora de Saint-Xandre (près de La Rochelle) pour une conférence-débat le mercredi 26 septembre à partir de 18h30.

18/09/18 : Charente-Maritime : Une visite d'inspection étant programmée ce soir au sein du pont de Ré, la circulation est interdite à tous les poids lourds de plus de 3,5 tonnes à compter de 20h ce mardi 18 septembre jusqu'à 7h mercredi 19 septembre.

18/09/18 : La Rochelle s’engage dans une série d’actions de sensibilisation au Self data. La Ville organise une Conférence publique, "Données personnelles, et si on en parlait ?", jeudi 20 septembre à 18 heures au Musée maritime La Rochelle.

18/09/18 : C'est confirmé, Florence Parly, la Ministre des Armées sera présente le 2ème jour du Salon ADS SHOW, à Mérignac, le jeudi 27 septembre.+ d'info

18/09/18 : A Bordeaux, le Centre Régional Information Jeunesse organise un Jobs Dating Spécial Rentrée ces 18 et 19 septembre: 200 offres d'emploi dans la garde d'enfants, animation, grande distribution, soutien scolaire, propreté et hôtellerie restauration+ d'info

Banque Alimentaire, AgriSud International: la solidarité et le partage, ici et là-bas!...

Rencontres, rencontres ! Ce métier, le mien, offre ce privilège rare des rencontres, de la découverte de notre commune humanité et parfois, souvent, pour peu qu'on le veuille, dans ce qu'elle a de meilleur. Ce samedi 21 septembre nous a permis, successivement, ce bonheur et l'irrésistible envie de le partager. D'abord, ce fut de bon matin au sein de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de Gironde pour s'informer, à l'initiative de l'association des Amis d'Aqui!, de l'extraordinaire travail accompli, à moins que ce ne soit avant tout une mission, par l'équipe réunie autour de Pierre Pouget. Découvrir, aussi, cette ruche où s'affairaient des dizaines de personnes, de tout âge – la doyenne des quelques 200 bénévoles de la Banque revendique joyeusement ses 86 ans – et de toute condition, parfois venues de très loin, du sud de la Méditerranée en attente de statut, occupés à trier les légumes et les fruits arrivant du Marché d'intérêt national de Brienne qui seraient redistribués par une noria de camions portant fièrement ce slogan : « Investissons dans la solidarité alimentaire ». Une ambiance où la convivialité, à l'heure de la pause café, fait merveille et où le moteur de chacun porte un nom : servir ! Second temps de ce samedi enchanteur : les retrouvailles, à l'Hôtel de Région, d'une autre équipe, celle d'AGRISUD INTERNATIONAL, cette ONG magnifique née chez nous, ici en Gironde, du côté de l'Entre-deux-Mers à l'initiative d'un homme d'exception Jacques Baratier, comme Robert Lion son président l'a rappelé.


- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/09/18 | Gironde : les ministres "en action"

    Lire

    Programme chargé pour les visites ministérielles en Gironde ce vendredi. Les ministres de l'Agriculture et de l'Environnement (François De Rugy et Stéphane Travert), en "opération séduction post-Hulot", visitent une entreprise développant une micro-algue censée remplacer les intrants chimiques en viticulture et un domaine viticole en agriculture raisonnée (château Sénéjac). Bruno Le Maire devait rencontrer syndicats et élus autour du dossier Ford Blanquefort à Bordeaux. Enfin, la ministre des transports Elizabeth Borne, intervenait à 15h à l'occasion d'une conférence "mobilité et santé" à Bordeaux.

  • 21/09/18 | A Bergerac, le service civique recrute

    Lire

    Le BIJ/Espace Jeunes de la Communauté d’Agglomération de Bergerac organise un speed-dating consacré au service civique le 26 septembre de 14h30 à 17h. L’objectif de cet évènement est de mettre en relation les structures avec les jeunes recherchant une mission de service civique. Les jeunes auront 5 minutes pour convaincre les 5 structures présentes : l’association Overlook, l’USB Basket, le collège Max Bramerie, le lycée des Métiers du Sud Périgord et le lycée Jean Capelle.

  • 21/09/18 | L'Hermione repart en 2019, direction la Normandie

    Lire

    L'Hermione reprendra la route en 2019. Pour le 75e anniversaire du débarquement de juin 44, l'Hermione se rendra en Normandie avec des escales à Cherbourg (6 au 8 mai), Rives-en-Seine (du 4 au 6 juin), Ouistreham et Rouen, avec un temps fort lors de l’escale à l’Armada de Rouen du 7 au 16 juin. L'Hermione fera également un arrêt à Nantes et à Saint-Nazaire pour les festivités Débords de Loire du 23 au 27 mai. Départ le 27 avril 2019 de Rochefort.

  • 21/09/18 | Port de Bordeaux : la qualité de l'air mesurée

    Lire

    L'agence Atmo Nouvelle Aquitaine a rendu ce vendredi un rapport étudiant l'impact sur l'air de l'activité maritime au port de la lune, après une campagne de mesure réalisée entre avril et mai. Résultats : l'influence des paquebots maritimes est jugée "négligeable" sur la concentration de polluants étudiés (dioxyde de soufre, dioxyde d'azote et particules fines) sur les deux rives de la Garonne et "les diverses émissions urbaines, dont le trafic routier, sont les principales responsables de la pollution sur le quai" malgré la source supplémentaire de dioxyde d'azote représentée par les paquebots fluviaux.

  • 21/09/18 | La fermeture du pont de pierre contestée

    Lire

    L'association de commerçants de la rive droite bordelaise Esprit Bastide a annoncé ce jeudi avoir déposé une requête auprès du tribunal administratif de Bordeaux pour attaquer l'arrêté municipal du 5 juillet dernier actant la fermeture du pont de pierre aux automobilistes, confirmée après une expérimentation débutée en août 2017. L'association déplore notamment "l’absence d’étude(s) d’impact sur l’environnement économique ou sur l’environnement tout court." La requête devrait donner lieu à une audience dont la date n'a pour l'instant pas été déterminée.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | La silver-économie au rythme creusois

12/12/2017 | La nouvelle directrice du Pôle Domotique de Guéret nous éclaire sur les avancées de la silver-économie revêtant, dans ce département, des atours stratégiques majeurs.

Pôle Domotique Guéret

En janvier dernier, l'ancienne secrétaire d'État chargée des personnes âgées et de l'autonomie, Pascale Boistard, avait lancé en Nouvelle Aquitaine une déclinaison régionale de la "feuille de route silver-économie". Un marché qui se cherche toujours, même si on dénombrerait au moins 200 start-ups identifiés en France spécialisées dans le domaine. Au delà des chiffres annoncés (56 milliards d'euros de chiffre d'affaire en 2013, 300 000 emplois d'ici 2020), l'économie des seniors est plus que jamais un enjeu régional. En Creuse, où se prépare un "plan de redynamisation", de nouvelles initiatives voient le jour.

La feuille de route régionale de la silver-économie (déclinaison d'un rapport national datant de décembre 2016), si elle n'a pas permis de dégager encore de réelles actions concrètes, a au moins eu le mérite de remettre le sujet sur la table des débats politiques régionaux. Il faut dire que du haut de ses 84 000 kilomètres carrés, cette grande région est particulièrement concernée par le phénomène de vieillissement de la population : 30% de ses six millions d'habitants ont plus de soixante ans et 11% plus de 75 ans. Pour gérer cet enjeu démographique majeur, chaque ancienne région a sa spécialité : médecine et santé pour l'Aquitaine, développement des technologies pour Poitou-Charentes et "accompagnement des parcours résidentiels" et domotique, regroupés en "silver économie" pour la Limousin. Si un partenariat inter-régional a été annoncé pour 2018, il ne correspond pour l'instant qu'à un objectif sur le papier. En mars 2015, entre Limoges et Guéret, le bilan que nous avions pu faire était situé entre de grands espoirs et un développement de la filière plombé par des défis structurels de taille. Nous avons voulu savoir si les choses avaient avancé depuis, et dans quelle(s) direction(s).

Stratégie territoriale

Car la Creuse est toujours le département le plus concerné par le vieillissement de la population en France, bien qu'il soit le moins peuplé de la région Nouvelle Aquitaine (22 habitants par kilomètre carré, c'est trois fois moins que les 70 habitants par kilomètre carré de la région). En plus d'un solde migratoire négatif (en moyenne 1000 décès de plus que les naissances), l'âge moyen des habitants est de 47,5 ans, soit la plus haute moyenne de la région. Cela dit, les avancées dans la filière de l'économie des seniors sont tout sauf flamboyantes : malgré un comité stratégique et le contrat de filière qui l'a suivi en 2013, on a l'impression que les initiatives en la matière sont éparpillées un peu partout sur le territoire, si bien que des salons comme la "Silver Economy Expo"(en novembre à Paris) ou les récompenses du Trophée Silver-Éco remis par la CCI locale semblent encore nécessaires pour en identifier les acteurs. Le Pôle Domotique et Santé de Guéret est sans conteste l'une des plus identifiées en Creuse. Il y a quelques mois, il s'est adjoint les services d'une nouvelle directrice et ancienne directrice de l'éducation et des sports au Conseil départemental, Cécile Bourderionnet. Pour exemple, la délégation de service public pilotée par le département (et baptisée Domo Creuse Assistance) avait distribué, à l'été dernier, 2000 packs "autonomie" et recensaient 3500 abonnés à la plateforme de téléassistance pour la détection des chutes. 

Questionnées sur les avancées concrètes du Pôle depuis notre dernière visite, cette dernière, pragmatique, préfère nous avertir. par mail : "S’agissant de la filière silver-économie locale (...) cette thématique fait partie des axes de négociation dans le cadre du plan de redynamisation de la Creuse à soumettre au président de la République. Pour l’instant, nous n’avons pas de visibilité claire sur les leviers/ressources complémentaires que nous pourrions mobiliser", écrit-elle. C'est que le département de la Creuse se trouve actuellement dans un chantier éminemment politique : ce fameux "plan de redynamisation" du département qui doit être remis dans les mains d'Emmanuel Macron avant la fin de l'année. En concertation avec les habitants (plus de 2000 participants en tout selon les derniers chiffres) et le cabinet Auxilia, plusieurs pistes ont déjà été identifiées, en plus de l'élaboration d'un fort "marketing territorial" : développement de zones franches dans le but d'attirer les entreprises dans le secteur, créer des "centres d'accueil pour personnes handicapées" en Creuse, demander des transferts de sièges d'administration publiques comme La Poste ou la CAF... les idées ne manquent pas. Le Pôle Domotique de Guéret a lui aussi fait des propositions en accord avec ses attentes, évidemment très grandes. "On attend des leviers, pas uniquement des moyens financier, plus de coordination". 

De nouvelles pistes à exploiter

La plus grosse nouveauté, dont ce dernier va se doter en février prochain, est l'exemple parfait d'un partenariat inter-régional. Il est présenté comme un "showroom virtuel en 3D immersive" dans lequel on pourra trouver, de l'aveu de Cécile Bourderionnet, une "bibliothèque numérique de tous les produits" en termes de domotique, histoire de gagner du temps. Au sein de ce showroom, il y aura surtout un cube "Cave", une pièce au sein de laquelle sont projetées des vidéos en 3D, commandé à l'entreprise bordelaise Immersion, "leader européen des systèmes de simulation visuelle et de réalité virtuelle sur mesure". Table tactile, cloud privé, visio intégrée, projection murale : bien évidemment, c'est, pour Guéret, bien plus qu'un simple gadget pour impressionner les touristes. L'idée de départ, celle d'un appartement témoin, est devenue un projet avorté, "en raison d'une obsolescence assez rapide, et parce qu'on ne voulait pas avoir le monopole d'une marque sur d'autres. L'objectif de ce showroom, c'est d'attirer les professionnels qui sont mobilisés dans le maintien à domicile. C'est difficile de faire connaître les solutions existantes en termes d'aménagement de l'habitat, les dossiers sont souvent conçus par l'administration dans l'urgence. Pour solliciter les artisans locaux, on manque de coordination dans les différents bassins d'emplois", continue Cécile Bourderionnet, contactée par téléphone.

"Il faut prendre le besoin dans toute ses dimensions. Aujourd'hui, la technologie existe, ce qu'on cherche c'est l'innovation dans la façon qu'on a de travailler avec. Il manque un maillon en terme de formation continue à l'équipement (...) le mot domotique fait aussi un peu peur. Le problème, c'est souvent la petite taille des entreprises et des acteurs du secteur, qui du coup n'arrivent pas à atteindre une masse critique afin d'être rentables. On veut tenter d'accompagner l'artisan l'architecte ou le prescripteur parce que l'équipement dans un habitat coûte cher, même si le prix de l'immobilier a chuté. On a une image de l'équipement moderne assez vêtuste, cela peut amener des réticences. On veut essayer de rassurer les gens en les transformant en acteurs de la décision". Démonstration de la domotique favorisant un maintien à domicile ou formation des professionnels (via des simulations) à un habitat plus adapté : voilà donc bien le but recherché par le "cube" et tout ce nouvel attirail technologique. Ce n'est, cela dit, pas le seul point sur lequel travaille le Pôle domotique de Guéret. Là bas, on peut déjà être étudiant en BTS, licence pro ou master 2 international et spécialisé dans la silver-économie (en tout, le campus de Guéret comptait, à la dernière rentrée 550 étudiants). Ce qu'il recherche désormais, c'est de "booster les collaborations pour appuyer les projets du territoire via le financement des stages des étudiants au sein de la communauté d'agglomération". Il suffit de voir les projets tutorés de ces derniers, présentés chaque année, pour se rendre compte de la fertilité évidente du terreau local.

La collaboration, c'est bien là le mot clé essentiel. Depuis peu, le Pôle de Guéret l'a appliqué au champ des start-ups en développant, depuis mai 2016, un incubateur/pépinière d'entreprises. Cette dernière est de taille modeste : si "One Gates" et sa serrure connectée vont venir "tester" le marché local dans les mois qui viennent, ils ne seront que les deuxièmes derrière Carcidiag. Cette start-up a cependant pas mal fait parler d'elle en développant un kit de diagnostic du cancer. Pour Guéret, chaque chose en son temps. "Un pas après l'autre", justifie Cécile Bourderionnet. "Le secteur est segmenté, c'est compliqué d'avoir une vue d'ensemble mais se positionner comme une pépinière qui a déjà une assise, c'est aussi un enjeu de territoire. Aujourd'hui, on est davantage identifié par l'extérieur qu'au sein du département. Les start-ups ont la crainte de venir s'installer dans un territoire qu'elles ne connaissent pas". Pour ces dernières, le Pôle a pour projet de mettre en place un système de location de bureaux, "plus agile" selon la responsable qu'un contrat d'échéance passé dans une pépinière classique. Et, pourquoi pas, de lancer une plateforme de financement participatif en partenariat avec des associations locales ? Certains de ces projets sont bien plus développés que d'autres, simplement à l'état d'ébauche. Mais l'enjeu de structurer et de mobiliser une filière éparpillée et pas toujours visible restr primordial dans les ambitions locales. "Il faut que la Creuse se place comme un territoire d'expérimentations. On ne pourra pas être compétitifs par rapport à Bordeaux, mais il y a un marché à prendre ou à booster. La dynamique régionale va nous porter plus qu'autre chose, et on pourrait être identifiés comme un lieu potentiel d'innovation, pour gagner du temps et être force de proposition". La revanche de la Creuse se situera, à n'en pas douter, dans tous les acteurs qu'elle pourra fédérer autour d'elle.

 

Lire aussi notre article: Grande Région : La silver économie, véritable enjeu démographique en Limousin

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Idées neuves en Nouvelle AquitaineCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
15287
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !