Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/12/18 : Au regard des événements actuels et de la clôture effective de la DRAC Nouvelle-Aquitaine, l'équipe du Pôle d'Enseignement Supérieur Musique et Danse annule "Midi en Musique" de Noël, le 21 déc. à 12h15, dans la Chapelle de l'Annonciade.

19/12/18 : Tempête Klaus. 1 M€ pour financer les derniers dossiers de reboisement. Depuis 2009, l’État aura consacré 442 M€, l’Europe 60 M€ et le Conseil régional 1 M€, notamment à la reconstitution des parcelles sinistrées. 203 000 ha ont ainsi été reboisés.

19/12/18 : Faubourg Immobilier, le promoteur spécialisé en immobilier résidentiel, a été retenu par Bordeaux Euratlantique pour réaliser 10 000 m² de logements. Ce projet proposera différents types de logements au cœur de la métropole girondine.

19/12/18 : Les services de la préfecture de la Vienne seront exceptionnellement fermés les lundis 24 et 31 décembre.

18/12/18 : Rochefort (17) : au vu du "contexte économique morose", la ville de Rochefort a décidé de rendre ses emplacements de parking du centre-ville gratuits le temps de Noël, du 21 décembre au 1 janvier inclus, afin de favoriser l'accès aux commerces.

18/12/18 : Concours Agrinove : inscription jusqu’au 31 mars 2019. Son but : mettre en avant les innovations en amont de l’agriculture. A la clé notamment : 15 000€ pour le 1er prix. Infos : 05 53 97 71 53 / contact@agrinove-technopole.com.

17/12/18 : En visite ce lundi en Dordogne, Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires, a signé la convention ANRU à Coulounieix Chamiers avec les différents partenaires. L’État finance ce projet d’un coût total de 49 M€, à hauteur de 14 M€.

17/12/18 : Alain Juppé a annoncé ce lundi que la place des Quinconces, à Bordeaux, serait transformée en parking gratuit les 22, 23 et 24 décembre pour "faciliter l'accès aux commerces du centre-ville", touchés économiquement par les mouvements sociaux.

17/12/18 : Deux-Sèvres : la 7e édition de Capr'Inov a attiré 7000 visiteurs. 250 produits (dont 230 laitiers) de 8 pays ont participé aux concours : 21 médailles d’or, 46 d’argent et 53 de bronze ont été décernées, et 4 Capr’I d’Or à des entreprises innovantes.

17/12/18 : En mairie de Biarritz, en début d'après-midi, on aurait pris acte de la non venue du président Macron à la préparation du sommet du G7. Information non officiellement confirmée de la préfecture mais qui serait parvenue à certains élus de cette source

17/12/18 : En marge de sa visite en Dordogne, Jacqueline Gourault a rencontré des Gilets jaunes : il fut question du référendum d'initiative citoyenne et de désertification médicale lors de sa visite à Lanouaille, où doit être implantée une maison de santé.

15/12/18 : L'Association Petit Coeur de Beurre a décidé en accord avec la Jeune Académie Vocale d'Aquitaine JAVA et l'Ensemble Vocal Aquistriae d'annuler le concert "De choeurs à coeurs" prévu ce samedi 15 décembre en l'église St Louis des Chartrons à 20h30.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/12/18 | Expo-vente de tableaux de Gérard Desplanques à Limoges

    Lire

    Le Groupe Mercure organise du 20 au 22 décembre une expo-vente, autour d’une rétrospective de 1972 à 2018, de tableaux et de dessins de l’artiste-peintre Gérard Desplanques dont il a puisé son inspiration dans la richesse de la nature du Limousin. Il cherche au travers de ses œuvres à se rapprocher des peintres préhistoriques. Le vernissage de l’exposition aura lieu, en présence de l’artiste le 21 décembre à 18h30, à la Galerie Municipale de Limoges.

  • 19/12/18 | Un marché de Noël 100 % producteurs de Dordogne

    Lire

    La Chambre d’Agriculture de Dordogne organise son 1er marché de Noël le 20 décembre de 16h30 à 19h au Pôle Interconsulaire à Coulounieix-Chamiers. Agriculteurs et artisans proposeront un large choix de produits : Monbazillac, vins de Bergerac, canard gras en frais et en conserves, confitures, agneaux, porcs et dérivés, légumes, bières artisanales, volailles et volailles de Noël, charcuteries, plantes aromatiques, macarons, pain d’épice, nonnettes, nougats, fromage, noix et dérivés, broderies.

  • 18/12/18 | Niort et Bordeaux: ces bassines qui divisent

    Lire

    Nouvelle tension au sein de la majorité du Conseil régional, sur la question de l'eau, après la décision de deux élus EELV, Nicolas Thierry, vice-président en charge de l'environnement et de la biodiversité et Nicolas Gamache, conseiller régional des Deux-Sèvres de démissionner, le premier de la délégation à la qualité de l'eau, le second du bureau du Parc régional du Marais poitevin. Et ceci après le vote par la Région lundi du protocole d'accord permettant le financement des bassines fortement souhaitée notamment par l'agriculture, protocole signé ce mardi à la préfecture à Niort où les opposants ont manifesté.

  • 18/12/18 | Journée internationale des migrants vue de Pau

    Lire

    Ce 18 décembre à 18h, à l’occasion de la journée internationale des migrants, un cercle de silence se tiendra Place Clémenceau à Pau avec la Maison des Citoyen.ne.s du Monde des Pyrénées-Atlantiques. Tout au long de l’année, cette association coordonne un programme d’accompagnement de demandeurs d’asile dans leur apprentissage du français. Près de 90 demandeurs d’asile et réfugiés ont bénéficié de cet accompagnement qui permet aussi de tisser du lien social et de lutter contre les préjugés.

  • 18/12/18 | Charente-Maritime : Bussereau demande un Grenelle social et financier

    Lire

    Lors de la session du conseil départemental 17 ce lundi, les élus sont revenus sur le mouvement des gilets jaunes. Une motion du groupe LR a été proposée pour demander au gouvernement "de s'appuyer sur les élus locaux [...] afin d'engager au plus vite un dialogue constructif avec les Français". Quelques jours plus tôt, Dominique Bussereau avait déjà demandé au gouvernement une sorte de Grenelle sur le pouvoir d'achat, le social, la fiscalité et la transition écologique, ainsi qu'une réflexion sur la décentralisation.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | LGV : En Charente-Maritime, des mesures sonores "dans les normes"

08/12/2017 | Ce jeudi soir avait lieu à Clérac la première réunion de restitution des résultats des mesures acoustiques effectuées par Lisea sur le tracé de la LGV Bordeaux-Tours.

Réunion Lisea LGV

Quelques chaises vides mais beaucoup d'esprits échauffés et un concessionnaire pris entre des riverains excédés par les nuisances sonores et une législation de mesure que beaucoup jugent déjà obsolète. C'est un peu le bilan que l'on a pu tirer de la première réunion de restitution des résultats des mesures acoustiques censées apporter une réponse aux nuisances sonores de la nouvelle ligne LGV Bordeaux-Paris, à Clérac en Charente-Maritime. Qu'ils soient de Clérac même, Montguyon, Mesnac, Boresse-et-Martron ou Saint-Martin d'Ary, les riverains présents sont repartis bredouilles.

"On n'est pas étonnés, on savait très bien qu'ils arrivaient avec de très bons résultats", se désolait ce jeudi Michel Quod, deuxième adjoint au maire de Clérac au moment de la restitution des premiers résultats des mesures acoustiques effectées en Charente-Maritime. 25 enregistrements de 24h ont en effet été effectués sur les six communes de ce département par le CEREMA, un centre d'études et "d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement", mandaté par le concessionnaire de la nouvelle ligne LGV Bordeaux-Tours. Ils font partie d'une campagne plus large concernant 71 communes, 300 points de mesure acoustiques suite aux quelques 390 réclamations reçues. Fin octobre, les débuts de cette campagne de mesures en Gironde avaient déjà permis aux habitants et aux élus locaux d'émettre des doutes sur le bien fondé de la norme sonore à respecter, qui ne doit pas dépasser 60 décibels de moyenne en journée et 55 de nuit, la dite règlementation datant de 1999. Les résultats en eux-mêmes ne sont pas vraiment favorables aux riverains, qui ont maintes fois souligné des "pics d'intensité" de bruit lors du passage des trains. 

Norme contre ressenti

Dans le détail, sur les 25 points de mesure effectués tout au long des 20,17 kilomètres de lignes (dont 19 rajoutés en concertation avec les mairies), aucun ne dépasse le seuil règlementaire moyen, tous se situant en journée entre 37,5 décibels pour le lieu dit Bourg à Boresse et Martron à un maximum de 54,5 décibels pour les sites de La Bourdolle et Le Rigaud à Montguyon. Le département, qui dispose selon les chiffres fournis par Lisea de 5,74 km de merlons et murs acoustiques "en cumul sur les deux côtés de l'infrastructure", ne présente donc aucun cas obligeant le concessionnaire à procéder à de nouveaux aménagements. Le problème, selon les riverains, qui voient passer plus de 60 trains par jours à côté de chez eux (certains à 100 mètres, d'autres à 300). "Je vendais des aspirateurs industriels qui respectaient une norme AFNOR de 80 décibels. À la maison, quand j'allume le mien et que le train passe, je n'entends plus l'aspirateur. Je ne sais pas comment vous avez fait vos calculs, mais je ne suis pas convaincu", a tempêté Michel Quod, qui est loin d'avoir été le plus virulent de tous les témoignages. Dans le détail, les pics sonores constatés sur une des 25 fiches que nous nous sommes procurée, dépassent à intervalles réguliers la norme moyenne en vigueur, se situant souvent entre 70 et 80 décibels. Dans la salle, un habitant d'Aubie-et-Espessas en Gironde tonne : "Par qui est payé le CEREMA ? Pour être indépendant, il ne faut pas être payé par Lisea pour pouvoir effectuer des mesures justes qui soient au bon endroit et qui conviennent à tout le monde". Réponse de l'intéressé : "C'est à nous de prendre en charge les frais liés à nos obligations. Je crois savoir que sur certaines communes, il y a d'autres mesures qui sont faites par d'autres bureaux d'étude non commandités par Lisea. Ce sera la bonne occasion pour vérifier si les chiffres annoncés sont conformes ou non". 

Les principaux arguments des riverains sont déjà connus : remise en cause des calculs et des mesures effectuées sur 24h, modifications sur le tracé de la ligne effectués après les réunions publiques, pertinence des sites de mesure choisis, présence de "couloirs de bruits" non pris en compte car "pas forcément situés là où il y a eu des mesures", variation du bruit en fonction du type de train (ceux à deux étages ayant été particulièrement pointés du doigt par des membres d'associations locales)... Le résultat et les réponses de Lisea et du Cerema sont toujours les mêmes, bloquées par une législation sans laquelle rien n'est visiblement possible. "Il y a des modélisations qui avaient été faites au titre du contrat de concession, le concessionnaire était soumis à une règlementation qui a d'ailleurs été appliquée sur d'autres LGV. Aujourd'hui, on constate des nuisances dont vous faites état et qui sont très difficiles à supporter. Il fallait dans un premier temps être capable de démontrer que les exigences qui s'appliquent au concessionnaire étaient respectées, c'était le premier pas pour que des discussions puissent avoir lieu avec les services de l'État pour savoir si des solutions étaient possibles ou pas. Pour l'instant, les résultats démontrent que c'est respecté", répond Thierry Charlemagnen directeur environnement et développement durable chez Lisea. Quant aux exigences, "ce n'est pas Lisea qui les fixe".  

La suite (?) 

Alors que faire ? Pas grand-chose en fait. "Hormis faire pression comme maintenant, c'est tout ce qu'on peut faire (...) On était persuadés qu'on entendrait le train mais pas comme on est en train de l'entendre aujourd'hui. Ce qu'on demande à Lisea, c'est ce que demandaient les associations, les maires : trouver des moyens pour atténuer le bruit ou changer la législation. Je comprends que pour les riverains, c'est quelque chose de très pénible. Beaucoup de gens ressentent aussi des vibrations, et l'immobilier, il ne faut même pas en parler. Pour l'instant, on ne connaît pas de gens qui veulent vendre leur mobilier autour de la ligne chez nous, mais ils sont inquiets, c'est sûr", nous dit Michel Quod. En Indre-et-Loire, on est déjà en train d'essayer de négocier des mesures plus longues, "sur une commune pendant cinq jours". À Clérac, on aimerait bien aussi avoir droit à ce traitement de faveur. "C'est ce qu'on demande...", espère l'élu local. 

Quant aux cadences de trains qui vont aller en s'accélérant, comme le veulent les projections (125 trains par jour en 2036), il ne faut pas s'attendre à ce que les règles changent de sitôt, comme l'a soufflé Raphael Gerard, députér LREM de Charente-Maritime. "Concernant la modification des normes, on peut déjà sans doute dire qu'elle sera sans effets pour ce projet là. Ce n'est malheureusement pas rétroactif mais ça peut éviter de reproduire les mêmes erreurs sur de futurs chantiers programmés ou qui pourraient survenir. Le deuxième temps pour tous les habitants de la Haute Saintonge mais aussi tous les riverains de cette LGV, ce sera de trouver des moyens pour, au cas par cas, apporter des solutions concrètes. On voit bien que c'est un sujet compliqué, qu'il y a une notion de norme et une notion de ressenti qui peuvent être très différentes d'une personne et d'un endroit à l'autre", tempère-t-il. "Je ne sais pas si c'est LISEA qui construira les murs anti-bruit mais c'est clairement un sujet dont il faudra s'emparer et qu'il faudra discuter pour financer ces solutions. Des mesures multiples seront sans doute à prendre au cas par cas. Tous les députés, quelque soient leurs couleurs politiques seront là pour porter ces sujets. Il y a déjà eu beaucoup de questions posées au gouvernement, j'ai moi-même écrit à la ministre il n'y a pas très longtemps sur ces sujets de circulation et de nuisance de la LGV, la déficience des dessertes locales étant elle même un sujet. On est sur des territoires très enclavés et qui, du coup, ne vivent cette LGV qu'au travers des nuisances sans en avoir vu les bénéfices. Ça contribue à cristalliser un peu les ressentiments". 

Pour ce qui est du problème des vibrations ressenties "dans environ un tiers des réclamations", un représentant de Lisea affirme avoir commandé une cartographie en mesurant les impacts, toujours auprès du Cerema, qui devrait être croisée avec les plaintes reçues dans le courant des premiers mois de 2018 (janvier-février). "J'ai des voisins qui vont devoir vendre leur maison au rabais, ils viennent de perdre leur vente", affirme une dame dans la salle. Les conclusions ne seront pas pour autant remises en cause, du moins pour l'instant. 20h30. Il est déjà temps de ramasser les micros. Éliane est devant la scène, avec sa fiche de mesure entre les mains. On lui demande ce qu'elle compte faire pour sa maison, située à 110 mètres. "Rien", nous répond-t-elle. D'autres réunions "sectorielles" doivent se tenir jusqu'à l'été 2018 et seront "communiquées au fur et à mesure", affirme Lisea. "D'un côté, il y a ceux qui vont repartir l'esprit tranquille en ayant respecté les normes et de l'autre, ceux qui s'en iront frustrés car aucune réponse n'a été prise en compte", colère François Bastere, maire de Montguyon. "Pour notre part, nous avons rendez-vous avec le préfet le 18 décembre pour faire remonter ces difficultés, on ne va pas laisser les choses en l'état et on va continuer à se battre pour une qualité de vie que, depuis le 2 juillet dernier, nous n'avons plus".

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
131258
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
RECARTE Pierre | 08/12/2017

Les associations avaient mis en garde contre les phénomènes de réverbérations ou de couloirs acoustiques promptement balayés par les concepteurs. Elles avaient alerté sur l’importance de la gêne minimisée par les défenseurs du projet. Elles avaient réclamé une cartographie des niveaux de bruit réel refusée par les promoteurs de la LGV.
Toutes ces demandes ne pouvaient qu’émaner d’associations rétrogrades, « anti tout », refusant le progrès, niant l’intérêt économique d’un tel projet pour les villes traversée par la LGV, luttant pour leur pré carré, ancrées dans leurs certitudes, pour ne se limiter qu’à ces quelques commentaires méprisants de la part des fervents défenseurs du projet.
Aujourd’hui, c’est un concert de protestations contre les nuisances sonores. Une seule voix ne se fait pas entendre, celle du président de la région Nouvelle Aquitaine, Alain Rousset, l’un des décideurs. Pourtant dans une Tribune Libre parue le 02/12/2009 (http://www.renaudlagrave.fr/article-tribune-libre-d-alain-rousset-sur-la-lgv-40424618/) notre édile déclarait : « Face aux inquiétudes soulevées, la concertation est indispensable. La Région y veillera et participera au fonds de solidarité territoriale destiné à compenser les nuisances environnementales, sonores, paysagères au-delà des obligations de RFF en la matière. Il s’agit de prendre nos responsabilités. » Aujourd’hui, il a « sa LGV » et il se tait.

Patrick LANTRES | 15/01/2018

J'avais assisté à cette réunion bien que je ne sois pas de ce département. A l'annonce de la campagne de relevé de bruit, nous (les associations entre Tours & Bordeaux regroupées au sein d'un Comité) nous savions qu'il n'y aurait rien à attendre si ce n'est que de l'autosatisfaction de Liséa. Il ne faut plus se battre pour faire des relevés....ce n’est que de la poudre aux yeux ! Maintenant il faut aller plus loin et militer pour modifier les normes et compenser la perte de valeur des habitations proches de la ligne (sur le TGV Méditerranée les maisons à 150m de la ligne avaient bien été achetées...). Et ça passe par la mobilisation des maires ET surtout des députés. Ceux d'Indre & Loire, de la Vienne bougent (suite à nos interventions en particulier). Ce n'est plus une question de parti, c'est une question de santé publique. "I have a dream" ....! Que tous les députés de cette LGV se regroupent et travaillent ensemble sur une proposition de Loi modifiant celle en vigueur et obtiennent une compensation de perte de valeur des biens. Ne m’a-t-on pas répondu dans une réunion en préfecture « l’intérêt général oblige à quelques sacrifices »… outre l’ineptie d’une telle réponse, allez expliquer ceci à ceux qui perdent entre 30 & 50% de la valeur de leur maison. Lors d’un communiqué j’avais conclu « Encore un effort Madame la Ministre » aujourd’hui je complète par : » unissez-vous tous Mesdames et Messieurs les Députés ! ». Patrick Lantrès Président Comité TGV Réaction Citoyenne

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !