Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/01/18 : Les réactions stupéfaites et bouleversées se succèdent après la mort de Joan Taris élu Modem du Conseil régional adjoint au maire du Bouscat et directeur de cabinet du maire de Saint-Médard en Jalles. Joan Taris 41 ans s'est donné la mort ce dimanche

19/01/18 : Charente-Maritime : Air France et l'aéroport de La Rochelle-Ré annoncent une nouvelle ouverture de ligne pour cette année. L'annonce officielle sera faite mardi prochain.

19/01/18 : Le Conseil d’administration de l’université de Bordeaux a réélu Manuel Tunon de Lara à sa présidence. Antoine de Daruvar, directeur de l’école doctorale des Sciences de la vie et de la santé prend la vice-présidence suite à Dean Lewis.

18/01/18 : "Progrès et Sagesse": ce sera le thème de la 24° Université Hommes-Entreprise du CECA les 30 et 31 août au Château Smith Haut Lafitte. Il y sera question d'éthique et de sens, en particulier celui de l'intelligence artificielle: bienfait ou menace?

16/01/18 : France Télévision a compris l'utilité de France 3 Euskal Herri au Pays basque. Les sept minutes quotidiennes ont été maintenues, dans l'état. C'est à dire dans sa structure au studio des allées Marines de Bayonne et non prestataire de reportages

16/01/18 : Cyrille Guimard, sélectionneur de l'équipe de France de cyclisme, parrainera la 23e édition du Tour de Lot-et-Garonne et sa cyclosportive les 14 et 15 avril prochains.

16/01/18 : L'agglo de La Rochelle a été choisie par le cabinet Missions Publiques pour faire partie des 4 collectivités françaises à organiser un débat publique atour de l'essor des transports sans conducteur, le 27/01 de 9h à 17h. Inscription : debatcitoyen.fr

15/01/18 : La Rochelle participe à la 2e Nuit de la lecture samedi 20 janvier de 16h30 à minuit à la médiathèque de Villeneuve-les-Salines et dans le Hall de l’Agora au Centre social. Au programme : des lectures et des animations variées. Tout public. Gratuit.

13/01/18 : Cognac: les Trophées du vin 2018 ont récompensé le 11 janvier l'association cognaçaise Les Etapes du cognac avec le prix "meilleur accueil dans le vignoble", récompensant son développement de l'oenotourisme sur le territoire.

11/01/18 : Opération de régulation des sangliers à Agen et Foulayronnes. Un grand nombre de sangliers a été signalé et confirmé dans ces deux communes. Les services de l’Etat ont donc décidé d'organiser des opérations de régulation jusqu’au 28 février inclus.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/01/18 | L'hommage d'Alain Rousset à Joan Taris

    Lire

    Réaction du président du Conseil régional après la mort de Joan Taris: "Joan était un jeune responsable politique dont la trajectoire suscite l'admiration. Influencé par l'humanisme social, armé de fortes convictions européennes, il incarne une jeune génération de responsables politiques qui a assuré le renouveau des idées centristes...Elu régional, il s'est très vite imposé dans la vie de cette assemblée en exerçant, très tôt, la responsabilité de président de groupe qu'il a conservée en 2015 dans la nouvelle configuration territoriale. Il a démontré, dans cette fonction, une grande cohérence entre ses idées et sa pratique politique."

  • 19/01/18 | Didier Pourquery nommé président de Cap Sciences

    Lire

    Didier Pourquery devient le nouveau président de Cap Sciences, centre de culture scientifique technique et industrielle de Bordeaux. Elu à l'unanimité du Conseil d'Administration de Cap Sciences ce 18 janvier Didier Pourquery, Floiracais d'origine, partage son temps entre Bordeaux et Paris où il est directeur des rédactions de The Conversation (theconversation.fr), site de médiation scientifique alliant expertise universitaire et exigence journalistique. Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris et de l'ESSEC, Didier Pourquery a notamment été rédacteur en chef de Science et Vie Économie et de La Tribune

  • 19/01/18 | Charente-Maritime : Rochefort passe en mode doux

    Lire

    La ville de Rochefort est en train de repenser complètement son approche de la circulation, dans le but de développer les transports doux. Après quelques travaux de voirie, la ville s'engage plus fort dans son projet en rétrécissant la largeur de certaines voies principales et en aménageant des trottoirs mixte piétons/vélos. Le triangle des avenues Rochambeau, des Déportés-Fusillés et de la rue Auguste-Roux sera assimilé à la zone 30 qui couvre le reste du centre-ville de Rochefort.

  • 17/01/18 | Le Reggae Sun Ska repart en Médoc

    Lire

    Clap de fin pour la version "campus" du Reggae Sun Ska. À la suite d'un courrier et de plusieurs échanges téléphoniques avec les maires de Pessac, Talence et Gradignan soulignant des plaintes de riverains soumis à des "nuisances sonores", la 21ème édition du festival se délocalise. Elle aura lieu sur le domaine de Nodris, à Vertheuil, pouvant accueillir 12 000 festivaliers par jour (contre 27 000 sur le campus). Ce mercredi, les premiers noms de la programmation annoncent notamment Jimmy Cliff en tête d'affiche.

  • 17/01/18 | Le trafic de l'aéroport de Biarritz Pays-Basque: +4,7%

    Lire

    Les gestionnaires de l'aéroport de Biarritz Pays basque pourront avoir le sourire lors de la présentation des vœux la semaine prochaine. Si les chiffres de décembre ont connu une légère baisse, (74 091 passagers contre 74 727 en 2016) vraisemblablement en raison de l'enneigement précoce des stations de sports d'hiver, en revanche 2017 affiche des chiffres flamboyants avec 1 190 991 passagers, soit une augmentation de 4,88% qui confirme largement sa place de deuxième plateforme aéroportuaire de la Nouvelle-Aquitaine.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | LGV : les mesures acoustiques débarquent en Gironde

24/10/2017 | La LGV passe, en moyenne, 57 fois par jour. Le premier train arrive entre 5h30 et 6h du matin et le dernier passe entre 22h30 et 23h, un peu plus tard le week-end.

Nuisances sonores LGV

La campagne de mesures acoustiques destinée à préciser le niveau de nuisances sonores des riverains proches de la LGV reliant Tours à Bordeaux, lancée fin septembre, se poursuit et vient d'atteindre ce lundi le département de la Gironde. Lisea, le concessionnaire qui gère la LGV, est pris entre deux feux : d'un côté la règlementation de 1999 qui prévoit un seuil critique de décibels, de l'autre des riverains qui se plaignent davantage des "pics" de bruit ressentis au passage des trains. Ce lundi, à Cavignac, les deux parties étaient là pour poser un premier micro.

Est-ce un avion ? Une fusée ?...

"C'est compliqué". Voilà les mots utilisés par Jean-Claude - un riverain chez qui un sonomètre a été posé ce lundi par deux techniciens du CEREMA (Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement, sous la tutelle de l'État) à Cavignac en Gironde - quand on lui demande de nous parler de l'effet réel du bruit des trains sur son quotidien. L'appareil, destiné à mesurer le niveau de pression acoustique, est posé généralement à deux mètres de la facade la plus exposée aux nuisances provoquées par le tracé de la ligne à grande vitesse reliant Bordeaux à Tours. Ces mesures se font sur 24h (de 6h à 22h, elles ne doivent pas dépasser 60 à 65 décibels le jour et 55 à 60 décibels la nuit entre 22h et 6h). La campagne, coordonnée par Lisea, a commencé fin septembre en Charente et se poursuit depuis cette semaine en Gironde. 34 micros devront être posés dans seize communes du département situées dans un périmètre délimité, entre Lapouyade et Ambarès. 

Au départ, Lisea devait mesurer cent points d'écoute. Depuis, des riverains se sont plaints et une soixantaine de maires de communes ont été consultés, faisant remonter le nombre de mesures réelles à 300 points d'écoute sur toute la longueur de la ligne. Dans le détail, certains élus sont d'ailleurs particulièrement montés au créneau comme Brigitte Misiak, maire PS de Marsas, pour qui ces nuisances nouvelles sont comparables à "un avion qui atterrit". "Nous ne devions avoir qu'un seul capteur de mesure sur la commune de Marsas. À l'issue de notre rencontre le 21 juillet, nous avons obtenu six capteurs de mesure et nous avons demandé à ce que ces mesures se fassent le plus tôt possible", a notamment déclaré l'élue lundi sur Sud Radio. Dans le courant de l'été, elle a lancé une pétition qui, pour l'heure, a obtenu 428 signatures. Ce n'est, bien sûr, qu'un exemple parmi d'autres.

Dans une lettre signée par le président de Lisea, Hervé le Caignec, datant du 19 juin 2017, il était précisé au maire de Cavignac qu'après un travail de sélection des sites de suivi (sites situés à moins de 100 mètres/sites "sensibles pour lesquels sont définis des objectifs spécifiques"/sites dont les niveaux sonores sont "tout juste inférieurs aux niveaux règlementaire"), le concessionnaire "ne prévo(ya)it pas d'intervenir au cours de cette campagne". Comme pour Marsas et d'autres communes proches du tracé, les choses ont depuis évolué : à Cavignac, deux mesures seront ainsi effectuées. La maison près de laquelle a été posé le micro ce lundi bénéficiait cependant d'un "avantage" : les trains y passent sur une ligne enterrée. Pas vraiment suffisant pour diminuer le bruit selon Jean-Pierre Raso, voisin proche. "Même ici où c'est enterré, on l'entend arriver; ça fait comme un bruit d'orage qui éclate, une vibration. Pour ceux qui vont un peu moins vite, ça passe, mais ceux qui vont à fond la caisse (c'est à dire à plus de 300 km/h), on l'entend vraiment. Je pensais que ça allait siffer, mais c'est plus qu'un sifflement".  

Des mesures contestables ?

Le problème de ces mesures, c'est qu'elles sont effectués selon une norme sonore, une moyenne de 60 décibels ramenée à la journée. Or, les riverains concernés par les nuisances y opposent des "pics d'intensité" lors du passage des trains, lissés pour obtenir la moyenne demandée (moments de silence compris). Ainsi, en moyenne, on compte sur la ligne reliant Bordeaux à Tours 57 trains par jour, et leur passage situe momentanément le niveau sonore entre 85 et 90 décibels. "La loi date de 1977, il va falloir sérieusement revoir les fondements juridiques qui encadrent cette problématique, ça me paraît un peu obsolète. Les résultats vont certainement rentrer dans les clous", déclare sans grand illusion le maire LR de Cavignac, Jean-Jacques Édard. "Quand on fait une moyenne sur 24h, on a du mal à apprécier la nuisance par rapport à ce que c'était avant pour les riverains qui habitent à proximité de la ligne". Après vérification, la règlementation ayant fixé le nombre de décibels actuellement autorisés est en vigueur depuis le 8 novembre 1999, celle de 1977 concernant uniquement les autoroutes. Reste que les riverains de Bordeaux-Tours sont loin d'être les seuls à se poser la question. Ce lundi, un député LREM a écrit à quatre ministres pour demander "une révision des méthodes de mesures des décibels". 

Il faut dire que même si elle est bien postérieure aux années 70, la loi accuse quand même sa majorité. Jean-Jacques Édard se désole d'ailleurs qu'elle n'évolue pas aussi vite que les lois environnementales. "On m'a fait faire marche arrière pour l'implantation d'une zone d'activité sur Cavignac parce qu'on avait vu un papillon et un batracien dans une étude environnementale sur une zone de développement économique. On pourrait dire qu'il y a une prédominance des lobbys environnementaux sur le politique", s'emporte-t-il. "Des lois ont interdit les avions de passer le mur du son sur les continents, ils le font au large. Les trains, ce sera plus compliqué", continue-t-il. "La LGV relie les grandes capitales. Nous, on regarde passer les trains, c'est tout ce qu'on fait. C'est la première fois qu'il y a un investissement terrestre dont je ne peux espérer aucun retour sur investissement. On veut bien accepter d'être bousculés sur nos territoires, mais il ne faut pas qu'on considère qu'on peut tout faire avec nous". 

De son côté, Lisea semble se retrancher derrière ces normes sonores, promettant que si des changement s'opèraient dans le trafic, les mesures seraient refaites. Dans le cas échéant où cette moyenne sonore dépasserait le cadre règlementaire, la société s'engage à installer des dispositifs adaptés, comme des murs antibruit. En plus des nombreux "comités de suivi" pilotés conjointement avec les maires des collectivités et les services de l'État, la commune de Marsas (encore elle) a, par exemple, ouvert un cahier de doléances. Le sujet est donc largement considéré par les municipalités, même les plus réduites, comme le confirme Thierry Charlemagne, directeur Environnement et Développement durable de LISEA. "La gène est assez générale. Sur 340 kilomètres de ligne, on a eu environ 350 plaintes de riverains, dont des pétitions ou courriers groupés", précise ce dernier, avant d'ajouter que l'on "constate quand même plus de plaintes dans les milieux ruraux que dans les grandes villes". Que faire, alors ? Diminuer la vitesse des trains ? "On a transmis cette idée à la SNCF, on n'a aucun pouvoir", botte en touche le responsable. "On prendrait une initiative autre que celles règlementées, on viendrait nous le reprocher". 

Un processus au long cours

Or, si les prix de l'immobilier flambent le long des grandes villes situées sur le tracé de la LGV, il en est tout autrement pour les communes les plus rurales et dont les habitants ont des maisons situées à proximité des voies, dont la valeur immobilièire est, du même coup, fortement dépréciée (sans doute depuis le moment où la LGV Tours-Bordeaux a été déclarée d'utilité publique en 2011). Sur ce point, la justice se range souvent derrière les exploitants. En 2013 par exemple, un couple de Maillé (Indre-et-Loire) ayant demandé la condamnation de Liséa à leur verser 90 000 euros de dommages et intérêt suite à la dépréciation de la valeur de leur propriété avait été débouté. Pour ce qui est de Bordeaux-Tours, Lisea a déjà pris des mesures de protection acoustique sur une centaine de kilomètres via Cosea, consortium piloté par Vinci (chargé du chantier) avant la mise en service de la ligne. Problème : non seulement ces murs ont été jugés "trop bas" par les riverains et seraient "entrecoupés à plusieurs niveaux" mais, d'après ce que confie Thierry Charlemagne, "les mesures préventives coûtent beaucoup moins cher" que la réalisation d'un mur antibruit "construit quand la ligne est déjà en circulation". Sans compter le fait que les précédentes études acoustiques faites en amont du projet ont été réalisées en simulant le trafic d'ici 2036, soit 125 trains par jour...

Les habitants concernés par ces nuisances n'ont donc plus qu'une chose à faire : attendre. "Cinq à six semaines" pour obtenir les résultats, qui seront communiqués aux maires et aux riverains des communes concernés par les points de mesure. De nouvelles réunions publiques "sectorielles" (pas forcément une pour chaque commune, donc, mais en tir plus groupé) commenceront dans le courant de la première semaine de décembre en Charente-Maritime et pas avant début 2018 pour les autres départements. Sans compter que question bruit, les anciennes rames du réseau Atlantique en feraient davantage que les Océanes, en raison de leur âge. Or, si une quarantaine de nouvelles rames doit être livrée par Alstom à la SNCF, à raison d'une par mois jusqu'à fin 2019, la fin du réseau Atlantique n'est pas programmée avant 2024. De quoi prendre les devants ? "Il va falloir obtenir quelque chose de toute façon, et pour les riverains et pour le prolongement éventuel des lignes vers le sud de Bordeaux. Dans les conditions actuelles, les nuisances que nous avons ne sont pas vraiment un bon point pour les concepteurs politiques et techniques de ces LGV. Ici, l'infrastructure est faite, on ne va pas la changer. Mais je ne suis pas très inquiet parce que dans ce contexte, je pense que tout le monde aura à coeur de régler le problème ici", ajoute le maire de Cavignac, avant de conclure lapidairement que "tout le monde a intérêt à ce que ça marche. Le problème, ce sera de savoir le niveau d'acceptation de chacun".

Ce dernier compte bien voir le dossier arriver à son terme : une réunion est prévue entre les maires et le sous-préfet à la toute fin du mois d'octobre. Dernière précision : si ces mesures tiennent compte du bruit, pour les vibrations, c'est une autre histoire. Si Jean-Pierre Raso témoigne bien de "portes qui claquent", il devra encore attendre : Lisea est actuellement en train d'analyser les réclamations sur ce sujet, de l'aveu de Pierre Couturier, le "chargé environnement" du concessionnaire. "Il faudra calculer s'il n'y a aucun risque de dommages sur le bâti. Cela dépendra de la distance de la ligne, de la nature du sol, de l'âge du bâti". Et même si les plaintes concernant les vibrations seraient "moins importantes" que celles du bruit, dans le cas échéant où des mesures devaient être faites, ce serait dans un "cadre règlementaire moins précis", sur "un mur porteur ou en milieu de plancher". Voilà qui préfigurerait presque un autre dossier potentiel à déposer sur le bureau des maires dans les mois à venir. La campagne de mesures sonores du CEREMA, elle, doit durer jusqu'au printemps prochain. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
107202
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !