Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

03/12/20 : Ce 3 décembre, les communes de Bordeaux et Le Tourne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boue pour la période du 9 au 11 mai 2020.

03/12/20 : Valéry Giscard d'Estaing est mort ce 2 décembre à 94 ans. Son élection en 1974 a été considérée comme un tournant dans le cours de la société française avec l'abaissement à 18 ans de l'âge de la majorité et le soutien à la loi sur l'IVG de Simone Veil

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/12/20 | Exelus poursuit sa quête de l'innovation

    Lire

    La société bordelaise Exelus, spécialisée dans la télé-médecine, lance un programme afin que la start-up soit LA référence dans ce domaine pour les professionnels de santé. Ce qui fait qu’elle se démarque? Son offre complète et évolutive ainsi que son avance en matière d’innovation. Un programme qui mobilisera 13 salariés jusqu’en mars 2022. Exelus reçoit le soutien du Conseil régional avec une aide à hauteur de 400 000€. Pour information, la start-up commercialise depuis 2016 la plateforme de télé-médecine Nomadeec, leader sur le marché français.

  • 03/12/20 | Le projet « Dock de légumes » va voir le jour

    Lire

    Lors de la dernière commission permanente de la Région Nouvelle-Aquitaine, celle-ci vient d’attribuer une aide de 55 842 euros au projet « Dock de légumes » porté par la Communauté d’Agglomération de Grand Angoulême. Cette action vise à préfigurer les équipements et services collectifs nécessaires pour sécuriser et développer les productions maraîchères biologiques et locales. Plusieurs études ont déjà été menées afin de réaliser l’état des lieux de l’écosystème agricole et alimentaire territorial notamment.

  • 03/12/20 | La Charente-Maritime lance une nouvelle aide aux travailleurs indépendants

    Lire

    Le Département 17 lance une nouvelle aide aux entrepreneurs indépendants, dans le cadre du nouveau confinement de novembre. Ce coup de pouce de 800 € pour motif "social" s'adresse aux auto-entrepreneurs, travailleurs indépendants non salariés et dirigeants de sociétés par actions simplifiées et/ou simplifiée unipersonnelle. Pour en bénéficier, il faut bien évidemment justifier de la perte de ses revenus par rapport à 2019. Demande à faire sur: https://la.charente-maritime.fr/actualites/

  • 03/12/20 | La Corrèze vous invite à la découvrir !

    Lire

    Afin d’attirer de nouveaux habitants, le Département de la Corrèze lance une grande campagne d’attractivité. Après inscription et tirage au sort, le Département propose à plusieurs personnes un week-end, tous frais payés, pour découvrir concrètement le territoire. Pour ceux qui franchiront le pas de s’installer en terre corrézienne, le Département proposera la mise en place d'un ensemble de services d'accompagnement à l'installation. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 31 janvier sur venezvivreencorreze.fr

  • 02/12/20 | La Rochelle : le Congrès des Départements de France reporté en avril

    Lire

    Le congrès des Départements de France devait se tenir du 4 au 6 novembre à l'espace Encan de La Rochelle. Annulé à cause du reconfinement, il devrait finalement se tenir les 28,29 et 30 avril prochain au même endroit. "Le programme et les invités restent les mêmes", a assuré le président des départements de France et de la Charente-Maritime, Dominique Bussereau, qui compte mettre en avant l'importance des départements au quotidien. Le premier ministre Jean Castex clôturera cette 90e édition.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Médecins du Monde publie son rapport annuel sur l’accès aux droits et aux soins

15/10/2020 | L’association humanitaire a publié son vingtième Observatoire de l’accès aux droits et aux soins ce jeudi 15 octobre.

L'en-tête du rapport de Médecins du Monde

L’association Médecins du monde est née en 1986 avec la volonté de stopper son activité rapidement. 34 ans plus tard, l’ONG est toujours présente avec ses 15 Centres d’Accueil de Soins et d’Orientation (Caso). En 2019, les CASO de Médecins ont reçu, au niveau national, plus de 23 000 personnes dans une situation de grande précarité et éloignées des parcours de soin. D’après les représentants de Médecins du Monde à Bordeaux, la situation tendrait à s’aggraver en 2020 du fait de la pandémie du Covid-19.

« On ne migre pas parce qu’on est malade, on est malade parce qu’on migre ». Bernard Broustet est délégué régional de Médecins du Monde à Bordeaux. Il décrit des conditions de voyage inhumaines pour les plus de 2400 personnes qui se sont rendues de le Centre d’Accueil, de Soins et d’Orientation bordelais sur l’année 2019. L’accueil offert par la France n’est pas plus reluisant, selon le représentant de l’ONG. En témoignent les difficultés d’accès aux soins et les récentes évacuations de squats et bidonvilles dans la métropole bordelaise : celui de la rue Lajaunie le 1er octobre, un autre à Mérignac en septembre – pour installer une école sur le site – ou encore celui de la rue Denis Papin à Bègles, « plus grand squat de la métropole » d’après la Préfecture, en février.

« Une politique d’expulsion inefficace qui aggrave la précarité »

Pour deux des expulsions évoquées plus haut, elles ont été réalisées dans le contexte sanitaire que nous connaissons depuis le mois de mars, fustigées à ce titre par Médecins du Monde Bordeaux. Elles apparaissent comme une sorte de double peine pour les habitants de ces lieux, après le durcissement de l’accès aux soins des demandeurs d’asiles par l’État en fin d’année dernière. A l’époque, le gouvernement annonçait, à l’occasion du débat parlementaire sur l’immigration, le durcissement de l’accès à la Couverture Santé Solidaire (ex CMU-C) ainsi qu’une complexification de l’Aide Médicale d’État (AME), seule possibilité d’accès aux soins d’une personne en situation irrégulière. « Des mesures mesquines et détestables à quelques mois de l’arrivée du Covid-19 en France », estime Bernard Broustet.

Jean-Luc Taris, responsable de la mission squats de Médecins du Monde Bordeaux se rend régulièrement dans ces lieux de vie. « En Gironde, nous avons recensé 170 squats, il est possible qu’il y en ait bien plus, précise-t-il. Sur la seule métropole bordelaise, 3 500 personnes vivent dans des squats ou des bidonvilles. Un chiffre qui a doublé en cinq ans ». Si le responsable de la missions squats de Médecins du Monde juge la politique d’expulsion menée par la Préfecture « trop chère économiquement et socialement, inefficace et aggravant la précarité des publics touchés dans un contexte de circulation active du Covid-19 », il reconnaît quelques avancées. « Je salue l’arrivée croissante de structures de droit commun, comme les Pass (Permanences d’accès aux soins de santé) », ajoute-t-il. Pour Jean-Luc Taris, l’objectif à terme est de transférer la mission squats de Médecins du Monde à ces structures de droit commun. « Nous devrons nous retirer à un moment donné », éclaire-t-il.

Plusieurs demandes concrètes

Que ce soit pour l'année 2019 ou l'année 2018, les revendications de l'ONG sont les mêmes : simplifier l'accès aux soins pour les étrangers. Dans son rapport annuel, Médecins du Monde demande à l’État, entre autres, la fin du délai de carence pour l’accès des demandeurs d’asile à la couverture maladie et la fin des mesures restrictives de l’Aide Médicale d’État. « En 2019, 78,8 % des personnes ayant des droits théoriques n’ont pas de couverture maladie alors qu’elles y ont droit, et pour les personnes relevant théoriquement de l’AME, 88,7 % n’ont aucune couverture maladie », indique le document.

En ce qui concerne les mineurs, 2833 ont été accueillis dans les CASO de Médecins du Monde en 2019, dont plus de 1300 mineurs non accompagnés. Aude Saldana-Cazenave, coordinatrice régionale de Médecins du Monde, appelle les autorités à traiter ces derniers comme des enfants et non comme des migrants. « La France met beaucoup de barrières autour de l’accès au droit de l’enfance, poursuit Aude Saldana. D’autant que dans le délai entre l’évaluation de la minorité et la décision des services de l’enfance, ces jeunes ne sont pas protégés ». Sur ce sujet, Médecins du Monde demande la mise en place d’un dispositif d’accueil qui respecte la présomption de minorité, « permettant à celles et ceux qui se déclarent MNA de bénéficier d’un hébergement sécurisant et sécurisé » indique le rapport. L’association demande également la fin des tests osseux, « non éthiques, invasifs et peu fiables », d’après la coordinatrice régionale de Médecins du Monde.

Le rapport annuel complet de Médecins du Monde peut être rétrouvé en ligne.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : Médecins du Monde

Partager sur Facebook
Vu par vous
4560
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !