Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/01/19 : La Rochelle : la Nuit de la lecture se tient samedi 19 janvier de 14 h à 7 h dimanche à la Médiathèque de Laleu/La Pallice, à la Médiathèque Michel-Crépeau et au Muséum d’Histoire naturelle. Des lectures et des animations variées sont organisées.

16/01/19 : Le lanceur de poids bordelais Jean-Luc Mastromauro a battu le record de France des moins de 50 ans. Il a réalisé 17m19 à Fronton le 13 janvier, améliorant ainsi son propre record de France, établi une semaine plus tôt avec 16m90.

16/01/19 : Dans le cadre du dispositif "Permis de Jardiner" et à l'initiative du collectif Pau Sud, la rue Jacques Terrier sera revégétalisée. La Maison du Jardinier organise le 18 janvier de 14h à 17h une après-midi de plantation participatif.

15/01/19 : le Préfet de la Dordogne a désigné le sous-préfet de Nontron, Frédéric Roussel, référent départemental pour le grand débat national. Il est joignable à l'adresse : pref-granddebat@dordogne.gouv.fr. Plus d'infos : www.granddebat.fr

15/01/19 : Solène Ndama, licenciée au Bordeaux Athlé commence bien la saison. La jeune athlète bordelaise (20ans) réalise la meilleure performance mondiale de la saison au pentathlon (5 épreuves) en salle à Clermont-Ferrand.

14/01/19 : Didier Lallement, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la Gironde, a nommé Thierry Suquet, secrétaire général de la préfecture de la Gironde, comme référent pour le Grand Débat National en Gironde.

13/01/19 : Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français: Faut-il reconnaître le vote blanc? Faut-il rendre le vote obligatoire? Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques

12/01/19 : GJ.La préfecture de Gironde a fait le point suivant à 19h45: 6000 manifestants, 35 interpellations, pas de blessé du côté des forces de l'ordre, des vitrines et du mobiliers urbains dégradés ainsi que des poubelles brûlées.Dernières dispersions en cours"

11/01/19 : Manifestations du samedi 12 janvier. Alain Juppé, maire de Bordeaux, en accord avec le Préfet, a décidé de fermer les lieux publics. L'opération de parking gratuit sur la place des Quinconces est reconduite ce dimanche 13 janvier.

10/01/19 : Avec 6,8 millions de passagers et + 9,3% de hausse de trafic, l'Aéroport de Bordeaux conclut une 9ème année de croissance consécutive. En gagnant 576.000 voyageurs supplémentaires, 2018 représente la meilleure année sur la plateforme bordelaise.

10/01/19 : Pour la période des soldes, le réseau des bus de l'agglomération d'Agen fait voyager en illimité sur l’Agglo pour 1,20€ (au lieu de 2,50€). Offre valable les samedis 12, 19 et 26 janvier 2019.

10/01/19 : Fermeture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation en raison de travaux, du jeudi 10 janv 21h au vendredi 11 janv à 6h. Des déviations seront mises en place par la rocade intérieure et la rocade extérieure, via le pont F. Mitterrand.

09/01/19 : Bernard Giraudel, patron charismatique du Vieux Logis, le restaurant étoilé de Trémolat en Dordogne, est décédé ce mercredi. Il a trouvé la mort sur les routes de Dordogne, à l'âge de 93 ans. Il a fait un arrêt cardiaque au volant de sa voiture.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/01/19 | 150 postes à pourvoir à l'aéroport !

    Lire

    Pôle Emploi et l’aéroport de Bordeaux-Mérignac organisent un job dating inédit en partenariat avec la Ville de Mérignac le 31 janvier prochain. 150 postes seront à pourvoir immédiatement autour d’une vingtaine de métiers allant de l’agent d’exploitation au steward, en passant par l’agent de sûreté ou l’agent de piste. L'occasion, CV en main, de rencontrer directement toutes les entreprises de l’aéroport qui recrutent sur terre ou dans les airs ! Commerces, restaurants, loueurs de véhicules, compagnies aériennes, etc. Infos et détails des postes à pourvoir sur : www.pole-emploi.fr

  • 16/01/19 | Le Raid Saint-Martin : volume 2

    Lire

    Le département de la Vienne et le Stade Poitevin Triathlon organisent les 21 et 22 juin 2019 le 2ème Raid Saint-Martin. Cette épreuve sportive, labellisée, festive et culturelle permet de découvrir le 4ème chemin de randonnée lié à Saint-Martin en Touraine et Poitou. Deux formules XL (150km) seront proposées pour cette édition 2019 et un raid de 90 km. Les équipes s’inscriront par 2,3 ou 4 et pourront profiter d’étapes de course à pied, run and bike, VT canoë et course d’orientation.

  • 16/01/19 | Pyrénnées : partenariat Altibus-Air'Py

    Lire

    Présents actuellement au salon Grand Ski à Chambéry, le gestionnaire de l'aéroport Pau-Pyrénées et Altibus en ont profité pour signer un partenariat qui permet de relier par navette l'aéroport Palois à 18 stations de ski des Pyrénées. Ainsi, Altibus s'implante pour la première fois dans les Pyrénées! Les navettes sont proposées au tarif de 15€ l'aller simple, en correspondance avec les vols de Paris Orly, Brest, Caen, Lille et Strasbourg.

  • 16/01/19 | Dartess et Inno'vin main dans la main

    Lire

    Le leader français du conditionnement et de la logistique des vins et spiritueux, Dartess, souhaite devenir un acteur de l'innovation. En rejoignant le cluster INNO'VIN, qui rassemble plus de 150 acteurs viti/vinicoles en Nouvelle-Aquitaine, Dartess met ainsi l'innovation au cœur de son développement, afin de mieux prendre le virage digital. Ce rassemblement d'acteurs de l'innovation permet de s'associer avec des startups, entreprises ou organismes de recherche et mener des expérience concrètes

  • 16/01/19 | La Nouvelle-Aquitaine consommatrice de glyphosate

    Lire

    Alors qu'un sujet d'Envoyé Spécial y est consacré cette semaine, une étude récente enquête réalisée par France Info sur le glyphosate. Trois départements de Nouvelle-Aquitaine figurent dans les territoires où l'herbicide s'est le plus vendu en 2017 : la Charente-Maritime (271 tonnes), la Charente (270,1 tonnes) et la Gironde (248,9 tonnes). Selon cette enquête, qui se base sur les données de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris), 2017 "représente la troisième année où le produit s'est le plus vendu en dix ans".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Secours Catholique : la pauvreté en France et en Gironde à la loupe

08/11/2018 | Le rapport annuel sur l'état de la pauvreté en France bénéficie d'une déclinaison girondine, dans laquelle on retrouve quelques différences sur les types de publics accueillis.

statistiques pauvreté 2018

Le Secours Catholique (Caritas France) a dévoilé ce jeudi 8 novembre (soit quelques jours après le début de la trêve hivernale) son rapport statistique sur l'état de la pauvreté en France, assorti d'une enquête sur la perception de la protection sociale. Quelques semaines après l'annonce d'un vaste plan pauvreté par le gouvernement Macron, ces données, également déclinées dans les régions et les départements, permettent de voir apparaître une précarité différente en fonction des territoires. Chiffres, comparatifs et analyses à l'appui, tour d'horizon des situations nationales et girondines face à une alarme qui ne cesse jamais de sonner.

Etat des lieux dans l'Hexagone

C'est un document toujours scruté pour mesurer des tendances globales, même s'il donne une vision plutôt sombre de la situation. Ce jeudi 8 novembre, le Secours Catholique a sorti un nouveau rapport sur l'état de la pauvreté en France, avec des données de l'année 2017. Ce dernier est basé sur un système de fiches statistiques remplies avec les personnes accueillies dans les différentes antennes locales de l'association chaque année (86 275 fiches au niveau national). Et le moins que l'on puisse dire, c'est que globalement, la situation, si elle ne s'aggrave pas dramatiquement, est tout aussi loin d'une amélioration. Dans les chiffres nationaux, d'abord, on constate plusieurs tendances. D'abord, les femmes sont plus accueillies que les hommes (56,1%). Parmi elles, beaucoup sont des mères isolées (40%) ou des femmes seules, en moyenne plus âgées. La plupart vivent sous le seuil de pauvreté, fixé à 855 euros. Si le seuil de pauvreté ne bouge pas, on ne peut pas en dire autant du revenu médian des ménages accueillis. Ce dernier, établi à 540 euros, diminue de 6 euros par rapport à l'an dernier. En 2017, 9 ménages sur 10 ont un revenu sous le seuil de pauvreté à 60% (en dessous de 1026 euros par mois) et près de deux sur trois pour le seuil à 40% (684 euros).

Le Secours Catholique assure constater "un creusement des disparités des profils, avec d'un côté une population française plus féminine et vieillissante et de l'autre une population étrangère plus masculine et jeune". Reste que la part des adultes de nationalité française âgée de plus de cinquante ans augmente encore (un tiers en 2017, un quart en 2010). Les plus de soixante ans dépassent pour la première fois le seuil des 10%. 80% d'entre eux sont seuls ou en couple sans enfant. Les populations rencontrées sont également en majorité des chômeurs : "leur proportion dans les accueils est huit fois plus élevée que dans la population globale (67,8% contre un peu plus de 9%). Ils sont au chômage depuis plus longtemps (2,6 ans en moyenne en 2017, soit un an de plus qu'en 2010) puisque six sur dix le sont depuis plus d'un an, et les deux tiers d'entre eux ne reçoivent aucune indemnité car ils sont en fin de droit ou non couverts. Les tendances sont lourdes et ancrées, comme le souligne Alain de Brugière, président de l'antenne girondine de l'association. "Il y a de plus en plus cette impression d'impasse, avec des personnes en fin de droits et qui se retrouvent sans solutions. Pourtant, il ressort que les personnes sont plutôt bien accueillies par les fonctionnaires en charge de la protection sociale, mais cette dernière fonctionne trop en silo et ne protège pas suffisamment les personnes les plus fragiles dans le cas de ruptures d'aides ou d'imprévus". Dans plus de la moitié des cas (53%), les personnes accueillies au niveau national ont en effet connu des ruptures de prestations sociales. "Il y a une demande très forte pour repenser le parcours : avoir moins de guichets mais plus d'accueil avec un interlocuteur unique".

En Gironde aussi, les écarts se creusent

Le constat local n'est pas beaucoup plus reluisant. Si les personnes sont plus nombreuses à venir de leur propre initiative, la majorité a été orientée par les services sociaux (71,5%, +2,9% par rapport à 2016). La majorité vient d'un "grand pôle" urbain, a fait des études secondaires et supérieures (82,3% contre 73% en 2016 et 59,9% en France) et a entre 25 et 39 ans. On rencontre également beaucoup de mères isolées et des couples avec enfants. Les principales demandes concernent l'aide alimentaire (38,3% contre 47% en 2016, en repli donc) mais aussi l'accueil et l'écoute. Du point de vue des nationalités, 73,5% des personnes accueillies en Gironde sont françaises (61,3% en France), avec tout de même une hausse des étrangers venus d'Europe de l'Est. Les seniors sont, tout comme au niveau national, plus présents dans ces statistiques. Là où c'est moins rassurant, c'est dans les profils de ménages les plus rencontrés. Alors qu'il s'agit des mères isolées en France et des hommes seuls en Nouvelle-Aquitaine, quasiment 30% du public girondin est constitué de couples avec enfants. En revanche, il y a une importante différence au niveau des personnes sans ressources qui sont moins nombreuses sur le département, et l'intérim saisonnier et les temps partiels sont en légère baisse (10,5% contre 12,7% en 2016). 28,6% touchent le RSA, 69% touchent des prestations logements contre 58,3% en France. Les ressources mensuelles, elles, sont en légère augmentation (983 euros contre 909 euros en 2016). Sans grande surprise, l'étude départementale pointe également des loyers élevés (+3,87% entre 2016 et  2017) et, plus étonnant, 19,2% des personnes rencontrées sont sans droit reconnu au travail, soit une hausse de 6,4% par rapport à l'an dernier.

Le plan pauvreté, une "impulsion intéressante"

Au moment du bilan, le constat est plutôt amer (malgré quelques indicateurs positifs comme le taux de CDI, plus élevé en Gironde) : les services sociaux ont tendance à basculer plus souvent les demandeurs vers ce type d'associations, les publics sont plus fragilisés, beaucoup sont des premiers contacts, ont des enfants ou sont seuls et isolés. En septembre dernier, la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté a été détaillée par Emmanuel Macron. Si certaines mesures (comme le revenu universel d'activité) sont plus discutées que d'autres, pour Alain de Brugière, il s'agit là d'une première étape plutôt louable pour endiguer le phénomène. "On a l'impression que le regard du Président de la République a bougé, il a visiblement compris que les pauvres faisaient aussi partie de la société... On retrouve beaucoup de points proposés par les associations qui figurent dans le plan. Cela dit, ce n'est sûrement pas suffisant, je pense aux montants proposés pour le financement des repas scolaires. Sur les huit milliards (en fait, 8,5 milliards d'euros sur quatre ans, ndlr), on peut au moins dire que la moitié constitue du recyclage. Mais il faut un début. Certaines mesures sont positives et on pense qu'il y a des étapes intéressantes. Notre enjeu, c'est la vigilance pour travailler avec le gouvernement, en espérant qu'il soit coopératif".

L'une des carences majeures soulignées par le Secours Catholique dans son rapport, c'est l'absence de possiblité de formations pour les personnes en situation de précarité. "C'est vraiment un souci parce que les entreprises, sauf certaines qui ont des politiques de responsabilité sociales, n'ont pas cette culture d'aller chercher des personnes en difficulté pour les former. Pour les chômeurs de longue durée, les partenaires sociaux qui répartissent les enveloppes de formation ont l'objectif de former des gens qui soient prêts à l'emploi rapidement et les entreprises ont des exigences d'efficacité immédiate. Pour aller chercher ceux qui sont loin de ce flux, ça reste compliqué". A ce titre, l'allongement de la période de formation obligatoire pour les jeunes en décrochage à partir de 2020 paraît faire office d'esquisse, peut-être renforcée par les contrats d'insertion par l'activité économique s'adressant à des personnes très éloignées de l'emploi, avec 500 millions d'euros débloqués pour l'accompagnement individualisé. La réorganisation annoncée des employés de la fonction publique et l'annonce de leur future évaluation, en revanche, fait douter de la "fin des guichets" souhaitée par les associations caritatives comme le Secours Catholique. D'autant que le non recours aux prestations sociales est en hausse : un ménage sur trois en France rien que pour le RSA, principalement des pères et hommes seuls... et des couples avec enfants.

L'info en plus : vous pouvez retrouver toutes ces données et d'autres, plus détaillées, sur le site internet        www.secours-catholique.org.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : Secours Catholique

Partager sur Facebook
Vu par vous
2485
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !