Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/07/20 : Ce vendredi, la Gironde a été placée en "vulnérabilité modérée" face à la pandémie de coronavirus par Santé Publique France. Depuis début juillet, sept nouveaux "clusters" ont été identifiés en Nouvelle-Aquitaine, dont trois en Gironde.

10/07/20 : Philippe Monguillot, le chauffeur de Chronoplus sauvagement agressé dimanche s'en est allé en milieu d'après-midi pour son dernier voyage, entouré de sa famille. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin devrait se rendre à Bayonne ce samedi.

10/07/20 : Les inscriptions aux transports scolaires en Nouvelle-Aquitaine sont ouvertes. N'attendez pas car jusqu'au 20 juillet, les frais de dossier sont offerts. Passée cette date, 15 euros de frais de dossier sont facturés.

10/07/20 : Philippe Buisson, maire de Libourne, a été réélu ce 10 juillet président de la Communauté d'agglomération du Libournais, la CALI, par 71 voix sur 74 votants.

10/07/20 : Florence Jardin, maire de Migné-Auxances (86), vient d’être élue présidente de Grand Poitiers. Elle succède à Alain Claeys à cette fonction. Elle arrive en tête avec 48 voix, devant Claude Eidelstein (26), Jean-Louis Ledeux (8) et 4 bulletins blancs.

09/07/20 : L'inauguration de la Flow vélo, itinéraire cyclable de 294 kilomètres entre Thiviers en Dordogne et L'île d'Aix en Charente- Maritime a eu lieu ce jeudi après midi à Salignac sur-Charente, au Pont du Né, kilomètre zéro de la Charente Maritime.

09/07/20 : Xavier Bonnefont, maire LR d'Angoulême, devient président de l'agglomération de Grand Angoulême en étant élu à la majorité absolue dès le premier tour. Il détrône le socialiste Jean-François Dauré de sept voix.

08/07/20 : Jean-Luc Gleyze, Président du Conseil Départemental de Gironde, a été élu ce 8 juillet, à l’unanimité de ses membres, Président du groupe des présidentes et présidents de gauche de l’Assemblée des Départements de France.

08/07/20 : Guillaume Guérin (Les Républicains) est élu président de la communauté urbaine de Limoges avec 47 voix face au socialiste Gaston Chassain.

08/07/20 : Le nouveau ministre délégué chargé des transports Jean-Baptiste Djebarri s'est rendu ce soir à la société Chronoplus de Bayonne où était employé le chauffeur Philippe Monguillot. Deux des agresseurs sont poursuivis pour tentative d'homicide volontaire.

03/07/20 : Deux-Sèvres : les 12 Marchés des Producteurs de Pays auront bien lieu cet été. Les communes s'organisent pour accueillir au mieux les producteurs et consommateurs. Pensez à apporter vos couverts, gobelets et serviettes non jetables!

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 14/07/20 | Mont-de-Marsan : Ouverture du Campus connecté en septembre

    Lire

    Mont-de-Marsan Agglomération vient d'être retenue par le Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation parmi les 25 nouveaux projets labellisés "Campus connecté" (le premier en Nouvelle-Aquitaine) pour permettre le développement d'une nouvelle offre d'enseignement supérieur sur son bassin de vie. Dès septembre 2020, 15 étudiants pourront accéder à une formation universitaire depuis un espace collaboratif qui leur sera dédié au sein de l'Inspé à Mont-de-Marsan, doublé d'un accompagnement par un tuteur. Infos: www.montdemarsan-agglo.fr

  • 14/07/20 | Les Jeunes Agriculteurs de la Vienne se lancent dans un concours photo

    Lire

    Les Jeunes Agriculteurs de la Vienne se challengent dans un concours photo dédié aux moissons de l’année 2020. À travers cette initiative, les jeunes agriculteurs souhaitent redynamiser cette saison 2020, selon eux, assez moyenne et pourrait mettre en péril des exploitations « déjà bancales ». Plusieurs lots seront distribués aux gagnants dont un week-end de remplacement offert, financé par JA86.

  • 13/07/20 | La Rochelle: prise d'armes et spectacle pyrotechnique virtuel

    Lire

    A la Rochelle la traditionnelle cérémonie militaire aura lieu Parc Franck-Delmas ce 14 juillet à 11h. Pour des raisons de précautions sanitaires il n’y aura pas de spectacle pyrotechnique lancé en ville. En guise de compensation, les artificiers Lacroix-Ruggieri ont proposé gracieusement un spectacle pyrotechnique virtuel sur-mesure sur le thème des monuments Rochelais qui sera retransmis à 22h30 sur le site de la Ville de La Rochelle www.larochelle.fr, relayé sur Facebook La Rochelle Ensemble, visible plusieurs jours, ainsi que sur les écrans des Francofolies Square Bobinec après les concerts.

  • 13/07/20 | Guéret ouvre un ludo-drive

    Lire

    Un système de prêt de jeu à la semaine vient d’être mis en place par la ludothèque de Guéret. Pour passer commande, il suffit de se rendre sur le site de la Ville et de les appeler pour réserver. Le retrait et le paiement (1,60 € par jeu) se font à l’Espace Fayolle du lundi au vendredi de 9h à 15h. Il faut penser à amener son propre sac !

  • 13/07/20 | Charentes : une journée technique viticole sur le gel et la grêle

    Lire

    La lutte contre le gel et la grêle sera le thème de la journée technique viticole organisée mercredi 22 juillet à 13h30 à la salle des fêtes de Chadenac, par la Chambre d'agriculture dans le cadre d'Innov'action et du plan Ecophyto. Au programme : conférences, témoignages et visite d'essais. Contacts: Laetitia CAILLAUD, conseillère en viticulture et ingénieure réseau DEPHY ECOPHYTO à Saintes : 05 46 50 45 00. Sandrine LUCAS, conseillère, œnologue, à St-Jean-d’Angély: 05 46 50 45 00.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Tunisie : persistance du questionnement sur l'égalité hommes-femmes face à la succession

| La Tunisie, pays arabe, précurseur en matière de statut des femmes, était un des sujets de débat au festival international du journalisme de Couthures-sur-Garonne.

Parlement Tunisien, Tunisie la persistance des interrogations sur l'égalité successorale entre hommes et femmes

À l'occasion du festival international de journalisme de Couthures-sur-Garonne, la Tunisie, et son "chantier" ont fait parti des sujets abordés au cours des trois jours qu'a duré la manifestation. Un chantier tunisien donc, parce que le pays est en pleine restructuration. Voilà maintenant huit ans que la fuite de l'ex-président Zine el-Abidine Ben Ali en Arabie Saoudite mettait fin à 23 ans de dictature. Depuis, le pays où est né le "Printemps arabe" poursuit sa transition démocratique. Un véritable chantier, qui touche de nombreux plans.

"Tunisie: attention chantier", ainsi était intitulée la dizaine de conférences qui se rapportaient au pays africain et qui se sont tenues lors du festival international de journalisme de Couthures-sur-Garonne. Un chantier, une reconstruction que le pays tente de mener simultanément sur tous les fronts. L'aspect sécuritaire, tout d'abord, avec un état d'urgence prorogé plusieurs fois suite aux attentats du 14 janvier 2018 et de la situation tendue de la Libye, Etat voisin ; un domaine qui impacte les autres aspects de la restructuration du pays, dont l'économie, largement basée sur le tourisme (13,8% du PIB national), et qui a souffert des périodes de troubles successives aux attentats. La politique enfin, avec une transition démocratique qui se poursuit et connaît, comme le veut le jeu politique, quelques aléas dans son déroulement, comme dernièrement le malaise du président Béji Caid Essebsi qui a révélé des fissures au sein de la classe politique. Et parmi ces grandes lignes directrices de la reconstruction tunisienne, il en est une, qui relève du plan social et qui tente de se faire une place parmi les grands dossiers du pays: l'égalité hommes-femmes.

Tunisie pays arabe précurseur sur le statut des femmes

Et sur ce plan, une loi, sur le point d'être votée par le Parlement, pourrait contribuer à ce chantier là. Depuis le 27 février, les 217 élus du Parlement tunisien planchent sur l'institution d'une égalité successorale entre les sexes. Validé par le Conseil des Ministres, le texte doit encore obtenir l'aval des parlementaires, avant de pouvoir prétendre à la promulgation. Porté par le Président de la République tunisienne, ce projet de loi reflète la volonté de ce dernier, à la veille de sa fin de mandat, de s'inscrire dans la lignée de son prédécesseur Habib Bourguiba. Le premier président tunisien, travaillait déjà à la réduction des inégalités hommes-femmes, notamment avec le Code du statut personnel, qui au lendemain de l'indépendance de 1956, interdisait la polygamie et facilitait le divorce. Ce texte de loi est encore inédit dans le monde arabe et conforterait la position du pays comme précurseur en matière de statut des femmes. Pour l'heure, la question successorale est réglée par des lois d'inspirations coraniques qui prévoient, qu'à même niveau de parentalité, un homme hérite du double d'une femme.

L'ambition d'une répartition successorale égale

Une législation actuelle qui s'applique par défaut, soit, dans les cas où aucune disposition n'aurait été prise en amont. En effet les tunisiens peuvent effectuer une démarche d’usufruit, également prévue par le Coran, qui leur permet de choisir au préalable le montant de la part laissée aux hommes et aux femmes de leur succession. Des mesures pré-existantes au projet de loi, sur lesquelles pourraient se reposer les partis religieux et conservateurs lors du vote en Assemblée, pour rejeter un projet de loi prévoyant l'application de l'héritage égalitaire par défaut, et la nécessité de démarches supplémentaires pour conserver l'inégalité successorale basée sur le sexe. Autre argument en défaveur du texte étudié, l'opinion publique. Pour l'heure les sondages réalisés révèlent une population tunisienne opposée au projet de loi, dont une importante part de femmes. Pour l'avocate et militante féminine Sana Malek* les résultats des enquêtes d'opinion s'expliquent par le fait que, pour l'heure, la population privilégie la religion et les normes qui en découlent, et souhaite accorder la priorité à d'autres thématiques telles que la politique, l'économie, et la sécurité du pays. Une réalité à laquelle se heurtent les aspirations féministes qui prônent une succession obligatoirement répartie de manière égale.

Complexité juridique et risques sociaux de la manœuvre

Pour l'avocate, effectivement, la priorité des parlementaires n'est pas à la résolution du calcul des successions. "Je respecte le choix militant de défendre ce texte. Si une loi comme celle-ci passe j'en serais heureuse. Mais, pour moi aussi, la priorité immédiate revient à d'autres sujets" explique Sana Malek. La juriste note également deux problèmes inhérents à ce projet législatif. Tout d'abord cette question pourrait renforcer, plus encore, le clivage ville-campagne, que l'on sait déjà très fort dans la pays. En effet tout le monde n'a pas quelque chose à léguer à sa famille, plus encore dans certains gouvernorats tunisiens comme Kairouan ou Médenine, où les taux de pauvreté restent importants. Ensuite, vient l'aspect juridique et ses conséquences. Sana Malek avertit sur la complexité à prendre des dispositions qui soient réellement égalitaires: "C'est très subtil. Il ne suffit pas de décréter que frère et sœur auront la même chose. De plus, vouloir appliquer une répartition de l'héritage fondée sur un modèle de famille nucléaire, telles que les familles occidentales, dans une société basée sur des familles larges, voire encore des tribus dans certaines régions, pourrait accélérer la nucléarisation des familles tunisiennes, et avoir un véritable impact sur l'ensemble de la société et son économie." Une économie au centre des préoccupations et à laquelle, pour l'heure le gouvernement accorde la priorité.

 

* Le nom a été modifié

Anna Bonnemasou
Par Anna Bonnemasou

Crédit Photo : photo libre de droit

Partager sur Facebook
Vu par vous
3786
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !