Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

14/11/19 : Charente-Maritime : Les services de l'État et 15 communes du littoral s’entraîneront dans le cadre d’un exercice départemental ORSEC au risque submersion marine les 27 et 28 novembre 2019.

14/11/19 : Niort : L'Acclameur reçoit le salon de l'enseignement supérieur samedi 16 novembre. Au programme : présentation de nombreuses formations pour des métiers d'avenir en lien avec le tissu économique local. Entrée libre.

13/11/19 : Charente-Maritime : selon le journal officiel du 7/11, le nouveau préfet Nicolas Basselier, ex préfet de l'Aisne, prendra ses fonctions le 25/11. Il succède à F.Rigoulet-Roze, devenu directeur de cabinet du ministre de la Cohésion des territoires.

13/11/19 : Niort : le festival des films sur smartphone Takavoir lance un appel à candidature pour sa prochaine édition, qui se tiendra les 27 et 28 mars 2020. Les candidats doivent livrer leur film de 3 min max avant le 16 février prochain sur takavoir.fr

13/11/19 : Niort : 32 entreprises ont participé en septembre dernier au Challenge de la mobilité, soit 713 salariés du territoire. 44% ont opté pour le vélo, 12% le bus, 15% le covoiturage, 8% la marche, 8% le train. La remise des prix s'est tenue hier soir.

13/11/19 : Deux-Sèvres : Le salon des professionnels de la filière caprine Caprinov' dont la dernière édition s'est tenue en novembre 2018, reviendra du 25 et 26 novembre 2020 au parc des Expositions de Niort.

13/11/19 : Après plusieurs passages au Festival Musicalarue, Miossec revient à Luxey (40) dans le cadre intimiste de la salle de spectacles “Les Cigales“, samedi 30 novembre à 20h30. Le Brestois viendra présenter son onzième opus "Les Rescapés".

12/11/19 : Les gendarmes et la Guardia civil sont arrivés en nombre au péage de Biriatou en raison de l'opération escargot lancée par Tsunami Democra-tic, le mouvement indépendantiste catalan, relayé localement par Bizi! et Aitzina bloquant la frontière à 18h30

12/11/19 : Charente : un groupe d’étudiants en BTS SAM de CCI Charente Formation, mène un projet sur la gestion citoyenne des déchets depuis 1 an et organisent une journée environnementale ce mercredi A 15h30 au Campus CCI, à l'ex CIFOP de L’Isle d’Espagnac.

08/11/19 : La liquidation judiciaire de la SNEM, société éditrice du quotidien l'Echo, diffusé sur 5 départements, a été confirmée cet vendredi par le Tribunal de commerce de Limoges. Les 42 salariés du journal recevront prochainement leur lettre de licenciement.

08/11/19 : Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Didier Guillaume se rendra ce samedi au salon de l'agriculture basque, Lurrama qui a ouvert ses portes ce matin. Il y rencontrera ses organisateurs et I. Berhocoirigoin, le président? et les exposants

08/11/19 : Dordogne : Dans le cadre du Grenelle des violences conjugales, la préfecture propose le jeudi 14 novembre, à 17 h h à la mairie de Montrem, une rencontre ouverte à tous sur le thème de la prise en charge des violences conjugales en milieu rural.

- Publicité -
S’abonner ici !
< proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 14/11/19 | Municipales : Michel Moyrand, l'ancien maire de Périgueux annonce sa candidature

    Lire

    L'ancien maire de Périgueux Michel Moyrand (2008-2014), vient de l'annoncer via les réseaux sociaux, il sera candidat aux municipales de mars, ce qui devrait porter à 9 le nombre de listes en lice sur Périgueux. Il justifie sa décision, de "ne plus voir une ville en déclin" avec des difficultés de circulation, des commerces qui ferment." Michel Moyrand souhaite construire une liste en dehors de tout parti politique. Le Comité Rénovons Périgueux a conclu un accord avec le groupe Périgueux et pourquoi pas ? animé par Thomas Sarlat.

  • 14/11/19 | Un foyer d'anémie infectieuse équine en Dordogne

    Lire

    Le Laboratoire National de Référence vient de confirmer que deux équins détenus par un centre équestre près du Bugue étaient atteints d’Anémie Infectieuse Equine (AIE). Le centre équestre fait l’objet d’un arrêté préfectoral de déclaration d’infection. Aucun équidé ne doit entrer, ni quitter cet établissement durant une période de 3 mois. Les animaux séropositifs sont euthanasiés et le détenteur est indemnisé par l’État. A ce jour, 6 animaux ont ainsi été euthanasiés sur un total de 17 détenus par le centre

  • 14/11/19 | Grand Poitiers inaugure le bassin nordique de la Ganterie

    Lire

    Ce samedi 16 novembre, les Poitevins vont pouvoir découvrir le nouveau bassin nordique de la piscine de la Ganterie. Toute la journée, l'accès sera gratuit. De nombreuses animations vont être proposées. Le matin, des jeux sur structures gonflables et des baptêmes de plongée. L'après-midi, des démonstrations de natation synchronisée, de sauvetage, de natation, de nages avec palmes + apnées. Le bassin sera ouvert au public jusqu'à 18h. Histoire de plonger dans le grand bain, en plein air !

  • 14/11/19 | Mois de l'Enfance en Gironde

    Lire

    Dans le cadre du "Mois de l'enfance" en novembre, le Département de la Gironde organise plusieurs temps forts destinés au grand public et aux professionnels notamment une conférence autour de "L’enfant à l’épreuve des violences conjugales", le mardi 19 novembre, immeuble Gironde à Bordeaux. Il sera question de comprendre les impacts et d'identifier les bonnes pratiques d’intervention médicale, sociale et juridique. Parmi les intervenants : Edouard Durand, magistrat et Karen Sadlier, docteure en psychologie.

  • 13/11/19 | Keolis Bordeaux a un nouveau Directeur général

    Lire

    Eric Moinier a été nommé le 1er novembre Directeur Général de Kéolis Bordeaux. Il succède à Hervé Lefèvre qui a rejoint la SNCF, en vue de sa nomination au poste de directeur régional Nouvelle-Aquitaine à compter de janvier 2020. Agé de 46 ans, Eric Moinier, était depuis 2016, Directeur Général de la filière indienne de Kéolis en charge du lancement puis de l’exploitation du nouveau réseau de métro automatique. A Bordeaux, il aura pour mission de diriger l’exploitation du réseau TBM.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui.fr au salon régional de l’Agriculture – Nouvelle Aquitaine

Les spéciaux d'Aqui


Aqui.fr au salon régional de l’Agriculture – Nouvelle Aquitaine

Transmission agricole : le stage installation, l’alternative au salariat testé avec succès à Pons

14/05/2019 | A Pons, le viticulteur Damien Rambaud a repris l’exploitation de Gérard Paignon après un stage installation d’un an et demi

Damien Rambaud, entre vignes et noyers près de Pons (17)

« En fait, on ne devrait pas appeler ça un stage, mais plutôt… un apprentissage pour devenir associé ou quelque chose comme ça (rires) ». D’aussi loin qu’il s’en souvienne, Damien Rambaud ne s’est jamais senti « stagiaire », avec ce que le mot induit de passivité et de non responsabilités, durant ses dix-huit mois de « stage installation » auprès de Gérard Paignon, candidat à la cession d’exploitation viticole à Pons. « Je crois que ça tient à la personnalité des deux parties, analyse Damien, mais aussi au fait que Gérard m’a toujours impliqué dans la gestion financière et administrative du site, les rendez-vous avec le comptable, etc. C’est important pour prendre toute la mesure de l’exploitation et pour sentir associé et non simple exécutant».

Gérard Paignon possédait plusieurs activités agricoles, dont un négoce de ses propres vins et spiritueux, répartis sur deux sites, un à Pons (17) et un à Saint-Martin de Lars (85). Voyant la retraite venir, il avait anticipé en cédant notamment des terres et des parts de l’activité vendéenne à ses filles. Il ne lui restait qu’à trouver quelqu’un pour gérer l’exploitation viticole de Pons. Il a trouvé Damien Rambaud par l’intermédiaire du  point d’accueil installation transmission de la Chambre d’agriculture. Le jeune homme s’était inscrit quelques mois plus tôt sur le Répertoire départ installation.

Après trois ans au poste d'adjoint au responsable de la production des vins à la Distillerie de la Tour à Pons, Damien Rambaud avait envie d’évoluer professionnellement. « Pendant toute la durée de mes études en BTSA (à Blanquefort) et même pendant mes années de salariat, j’ai toujours eu en tête l’idée de m’installer un jour quelque part », explique-t-il. Alors qu’il est disposé à quitter le département pour tenter sa chance, les hasards de la vie le font rester près de Pons, à quelques encablures de la ferme où son propre père était chef de culture. « Dire que j’ai grandi là-bas et que je ne connaissais même pas cette exploitation ! », s’amuse-t-il encore.

Savoir prendre des risques

« L’idée de faire une transmission par un stage-installation, c’est le service de la Chambre d’agriculture qui nous l’a suggéré », se souvient Damien Rambaud, « après trois ans de salariat et une rupture conventionnelle avec mon employeur, j’avais droit à des allocations de Pole Emploi dans le cadre d’un stage parrainage de 35h par semaine durant un an. Tout le monde y trouvait son compte ! ». Le jeune homme se souvient à ce moment là d’avoir eu l’impression de faire un pari sur la vie : « J’ai pris le risque que ça ne fonctionne pas et de me retrouver avec  mes droits au chômage épuisés, mais c’était le seul moyen que je voyais pour qu’on puisse apprendre à se connaître pour voir si on pouvait travailler ensemble avec Gérard Paignon. L’idée étant de s’associer sur les trois ans qu’il lui restait à faire avant sa retraite, c’était primordial de s’entendre autant sur le plan professionnel que personnel ».

Accepter de se faire aider

Damien commence son contrat en août 2013. Il y apprend en particulier la culture des noix, une activité complémentaire lancée par Gérard au début des années 1990 en pleine crise du cognac. « Je ne connaissais rien en noyers mais j’avais bien aimé l’idée d’avoir une activité complémentaire, se souvient le jeune viticulteur, d’expérience et par mes études il m’était devenu évident qu’il ne fallait plus mettre tous ses œufs dans un même panier et avoir une petite diversification, afin de se garder une marge de manœuvre en cas de coup dur sur une filière ». S’atteler à l’apprentissage puis à la prise en charge d’une nouvelle culture ne lui a pas fait peur : « Il n’y a pas d’école pour ça, Gérard m’a tout appris. Et comme il a rencontré quelques déboires techniques à ses débuts, il m’a fait bénéficier de son expérience, m’évitant ainsi dix ou quinze ans de galère ! Sans lui, j’aurai sans doute fait les mêmes erreurs. » Aujourd’hui, Damien se sent chanceux d’être à la tête d’une exploitation qui roule, avec des méthodes éprouvées. Ses 16 hectares de noyers lui rapportent plus que ses 12 hectares de vignes, mais Damien se sent toujours viticulteur avant tout!

Devenir chef d'entreprise

A la fin de son stage installation, Damien est devenu cogérant de l’exploitation, passée sous le statut d’EARL pour l’occasion. « J’ai emprunté 50 000€ à titre personnel pour les parts sociales, car tout ce qui concerne l’achat de foncier se fait au nom de l’EARL, en fonction des recettes de fonctionnement », explique le jeune agriculteur, qui a n’a rencontré aucune difficulté pour trouver un prêt. « Le fait de porter le projet à deux et d’avoir fait des stages chacun de notre côté avec la Chambre d’agriculture a joué favorablement dans notre dossier », affirme-t-il. Damien a notamment suivi une formation « plan de développement d’entreprise », qui permet au futur chef d’exploitation de planifier comme un chef d’entreprise ses cinq premières années d’exercices en investissements et en recettes : « Beaucoup de repreneurs pensent que ça ne sert à rien alors que c’est utile : on y manipule les chiffres avec un professionnel de l’économie à nos côtés. Ca donne un bon aperçu de ce qu’est la gestion d’entreprise. Il est important parfois de savoir se laisser accompagner pour faire les bons choix plus tard ».

Après avoir acheté 25% des parts, Damien Rambaud passe à 75% en 2017 à l’heure de retraite pour Gérard Paignon.  Ce dernier conserve toujours 25%, pour se faire un complément de retraite.

Anne-Lise Durif
Anne-Lise Durif

Crédit Photo : DR

Partager sur Facebook
Vu par vous
10221
Aimé par vous
3 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -